BFMTV

Dieudonné, histoire d'une dérive

Dieudonné sur le plateau du 13 heures de France 2, le 5 mai 1997. Il était alors candidat aux législatives de Dreux contre la candidate du Front national.

Dieudonné sur le plateau du 13 heures de France 2, le 5 mai 1997. Il était alors candidat aux législatives de Dreux contre la candidate du Front national. - -

Avant de faire monter sur scène le négationniste Robert Faurisson et de s'afficher avec l'essayiste d'extrême droite Alain Soral, il était le compagnon de scène d'Elie Semoun et se présentait comme un militant de gauche et anti-raciste. Explications

Dieudonné, c'est l'histoire d'un revirement inexplicable. D'un mec qui se rêvait en nouveau Coluche, d'un militant de gauche et antiraciste désormais persona non grata pour ses fréquentations d'extrême droite et un humour qui flirte avec un antisémitisme systématique.

Retour 20 ans en arrière: avec Elie Semoun sur scène, le ton est volontiers grinçant. Mais quand le personnage de Dieudonné, Bokassa, réplique à celui d'Elie, qui est juif: "Tu comprends Cohen, les Boches ils auraient pu finir le boulot en 45", personne ne doute qu'il s'agit de second degré.

"J'ai l'image d'un mec extrêmement drôle, avec lequel je n'ai jamais autant ri, avec lequel je n'ai jamais eu autant de complicité", se souvient d'ailleurs son ancienne moitié sur scène, interrogé sur Dieudonné en septembre dernier.

Militant de gauche et anti-raciste

Dieudonné se présente alors comme un militant anti-raciste, qui dénonce le communautarisme. "Les flics et la politique, c'est pas mon blem', musulmans et catholiques je m'en cure le zen", chante-t-il au milieu des années 1990, dans une parodie de clip de rap.

Il se revendique homme de gauche, et se présente même aux législatives de Dreux contre le Front national, "en parfaite opposition avec ce parti de l'extrême, et ce grand marabout borgne". C'est ainsi qu'il qualifie Jean-Marie Le Pen, le 5 mai 1997, sur le plateau de France 2. Ce même Jean-Marie Le Pen qui, onze ans plus tard, deviendra le parrain de son quatrième enfant.

"Le pouvoir de la provocation politique"

Cinq ans plus tard, tout bascule à cause d'un sketch à la télévision où il dérape. "Au moment de ce sketch 'du colon juif' (Isra-heil! bras tendu sur le plateau de Marc-Olivier Fogiel), il découvre le pouvoir de la provocation politique", explique Anne-Sophie Mercier, auteur du livre La vérité sur Dieudonné (Plon). Selon elle, le déclic est là: "Je pense que ça provoque chez lui un très grand plaisir."

Dieudonné se radicalise en effet peu après. Il est mis à l'index des médias - et se met à fréquenter les "infréquentables". "A ce moment-là, comme je suis diabolisé et boycotté comme lui. Fatalement, ça crée une solidarité", indique l'essayiste d'extrême droite Alain Soral, dont l'artiste est devenu proche. Il se rapproche aussi de Jean-Marie Le Pen, fait monter le négationniste Robert Faurisson sur scène - et quitte les pages culture pour la rubrique procès.

>> Retrouvez ce sujet en grand format dans le Grand Angle diffusé ce soir à 21h45, 22h45 et 23h45.

Mathilde Tournier et avec Myriam Alma