BFMTV

Dieudonné est devenu courtier en assurances

Il compte plus de 16 condamnations dans son casier judiciaire et 200.000 euros d'amende qu'il n'a toujours pas fini de payer à la justice, et pourtant le polémiste Dieudonné fait salle comble. Il joue actuellement son dernier spectacle à Paris avant d'entamer une tournée dans toute la France. Des dates sont programmées jusqu'à juin 2017.

Il a des dates programmées jusqu’en juin 2017. Le polémiste Dieudonné joue actuellement à domicile, sur sa scène habituelle, le théâtre de la Main d’or, avant d’entamer une tournée dans toute la France. Tout du moins dans les salles où il sera autorisé à jouer.

Les spectacles de Dieudonné s'inspirent de l'actualité. Celui qu’il joue actuellement: Média sera remplacé dès janvier par Politique.

Jusqu’au 5 novembre, "Dieudo" comme l’appellent ses fans, se produit cinq fois par semaine à la Main d’or. Et c’est un succès.

"D’abord il me fait rire. Ensuite, il n’est pas très politiquement correct, et ça fait du bien" confie un fidèle à BFMTV.

"C’est vraiment dans le cadre de l’humour, qu’on puisse rire de tout, pour moi c’est quelque chose d’important", ajoute une autre fan. 

Humour ou négationnisme?

"Le cadre de l’humour", c’est là que le bât blesse. Dieudonné M’bala M’bala flirte avec les limites de la loi dans son spectacle. C'est notamment le cas lorsqu’il plaisante à propos de la déportation et de l’extermination des personnes de confessions juives durant la Seconde Guerre mondiale.

"Vous niez toujours l’existence des chambres à gaz?" demande sa partenaire sur scène, "Alors pour tout ce qui est technique, c’est Jacky" répond Dieudonné, avant d’enchaîner, "Vous vous y croyez? Moi je réponds pas à ça, tout ce qui est effet spéciaux, c’est Jacky". Dans la salle, le public est hilare.

Plaisanter sur la Shoah, c’est une vieille rengaine chez Dieudonné.

Un type d’humour particulier qui teste les limites de la loi Gayssot de 1990 qui sanctionne la contestation publique de crimes contre l’humanité.

16 condamnations judiciaires et plus de 200.000 euros d'amende

En mai 2016, le polémiste avait écopé de deux mois de prison avec sursis et 10.000 euros d’amende pour des propos antisémites dans son dernier spectacle, La Bête immonde. Dans cette pièce, “Dieudo”, déguisé en détenu de Guantanamo, fers aux pieds, avait discouru sur le rôle qu'il attribue aux juifs dans la traite des noirs et ironisé sur le génocide commis par les nazis.

Si elle est la dernière en date, cette condamnation n’est pas la première pour Dieudonné. A 50 ans, son casier judiciaire comptabilise 16 condamnations et plus de 200.000 euros d’amende, que le polémiste n’a pas totalement fini de payer.

En mars 2015, Dieudonné avait été condamné à deux mois de sursis pour apologie d’actes de terrorisme pour son message “Je me sens Charlie Coulibaly”. Amedy Coulibaly étant l’auteur du meurtre d’une policière à Montrouge au lendemain des attentats ayant décimé la rédaction de Charlie Hebdo puis de la prise d’otages dans une supérette casher à Vincennes.

De 35 à 39 euros le billet de spectacle

Mais entre deux procès, les affaires de Dieudonné sont pour le moins lucratives. En 2014, l'année des polémiques et des interdictions, Dieudonné affichait un résultat d'exploitation de 1.586.534 euros, soit le triple de l'année précédente.

En plus de ses billets, vendus 35 euros à Paris, jusqu’à 39 en région, le polémiste donne dans le merchandising. Dans la boutique du site, le fan peut se constituer un style "quenelle intégrale", geste répandu parmi sa communauté: bonnet à 9,90 euros flanqué de “Au dessus, c’est le soleil”, tee-shirt à 19,90 euros, ou encore un lot “débardeur quenelle et Mug ferme-la” pour 25,90 euros.

Un système d'assurance "anti-système"

Pour prospérer, le polémiste mise sur la diversification. Si la vente de tee-shirt ou mugs à leur gloire est commune à de nombreuses personnalités, une des vaches à lait de Dieudonné peut surprendre: les assurances. Plus précisément, Ananassurance. Une assurance reprenant le logo de Dieudonné, l’ananas.

Une entreprise qui se veut anti-sytème et se décrit ainsi sur son site:

“Un projet solidaire et indépendant du système. Nous sommes, telle une arche de Noé sur l’océan du web, prête à reconstruire un monde qu’il nous est permis d’imaginer plus juste”.

Véhicule, habitation, santé ou sur-mesure, Ananassurance propose différentes formules. Pour Philippe Taboret, président de l’association des courtiers, interrogé par BFMTV, Ananassurance n’est autre que “de l’intermédiation inutile”. Concrètement, Dieudonné utilise sa notoriété “pour attirer les gens et ensuite revendre ses fichiers”.

Un an après le lancement de l’assurance, Dieudonné revendique plusieurs dizaines de milliers de clients.

>> Enquête sur les nouveaux business de Dieudonné, diffusion complète dans Grand Angle à 22h40 et 23h40.

Marine Henriot et Quentin Baulier