BFMTV

De Paris à Montpellier, des centaines de manifestants ont rendu hommage à Steve Maia Caniço

-

- - -

De nombreuses mobilisations ont eu lieu ce samedi en France, dans le calme, souvent à l'appel des gilets jaunes. A Nantes, la journée a été marquée par des tensions avec les forces de l'ordre.

Une journée d'hommages à Steve Maia Caniço et de manifestations contre les violences policières. A Nantes, mais aussi à Paris, Montpellier ou Toulouse, des centaines de manifestants se sont réunis ce samedi, le plus souvent dans le calme.

Des tensions à Nantes

A Nantes, dans la matinée, des centaines de personnes se sont retrouvées près de la grue jaune, dans une émotion palpable, près du lieu où le corps du jeune homme de 24 ans a été retrouvé lundi dans la Loire. Près d'un portrait de Steve, des fleurs blanches ou roses ont été jetées dans le fleuve, des manifestants portaient des brassards noirs. "Où est la justice pour Steve?", pouvait-on lire.

Dans l'après-midi, dans le centre-ville, dont l'accès était limité par crainte de débordements, 1700 manifestants de tous âges ont défilé vers la préfecture puis vers la cathédrale et le château, dans un face à face tendu avec les forces de l'ordre. Gaz lacrymogène et canon à eau ont répliqué à des jets de projectiles et départs de feu. Plusieurs barricades ont été dressées et des vitrines brisées. 42 personnes ont été interpellées selon les chiffres de la préfecture communiqués à BFMTV à 19 heures..

Paris, Toulouse, Montpellier et Lyon

Cibles de tous les slogans, la police et le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner : "Selon l'IGPN, le meurtre était conforme", "la police noie", pouvait-on lire sur les pancartes et les murs.

Ailleurs, les rassemblements se sont déroulés dans le calme. A Paris, place de la République, une centaine de personnes, parfois vêtues de gilets jaunes, ont rendu hommage à Steve en observant une minute de silence et en déposant des roses blanches sous la surveillance d'un impressionnant dispositif policier. 

Pour Jean-Christian, "gilet jaune", Steve, "c'est la mort de trop". "Il y a trois coupables, le premier donneur d'ordre c'est Castaner. Le 2e donneur d'ordre c'est le préfet de Nantes et le 3e c'est le commissaire de Nantes".

A Montpellier, ils étaient plusieurs centaines à rendre hommage à Steve Maia Caniço et dénoncer "des méthodes policières inacceptables", comme l'a dit Bruno. "Liberté, égalité, répression", ont scandé les manifestants. Répondant au mot d'ordre "après Steve, à qui le tour?", quelques centaines de "gilets jaunes" ont aussi défilé dans le centre-ville de Toulouse, au cri de "police partout, justice nulle part".

A Lyon, une cinquantaine de gilets jaunes étaient rassemblés pour rendre hommage au jeune homme. Partis de la place Bellecour vers le palais de justice au bord de la Saône, ils se sont ensuite dirigés vers le Vieux-Lyon où la permanence d'un député LaREM a été dégradée. Des gilets jaunes ont notamment collé des affichettes proclamant "Justice pour Steve".

B.R. avec AFP