BFMTV

Dans un sondage, un Français sur 10 affirme n'avoir jamais entendu parler de la Shoah

Une exposition rend hommage aux six millions de juifs assassinés par les Nazis, le 10 janvier 2018 au mémorial Yad Vashem de Jérusalem.

Une exposition rend hommage aux six millions de juifs assassinés par les Nazis, le 10 janvier 2018 au mémorial Yad Vashem de Jérusalem. - Gali Tibbon - AFP

21% des 18-24 ans interrogés ont répondu n'avoir jamais entendu parler du génocide des juifs pendant la Seconde guerre mondiale.

C'est une donnée étonnante que soulève une enquête Ifop réalisée pour la fondation Jean-Jaurès et plusieurs structures et dévoilée ce jeudi: si une très grande majorité des Français connaissent le génocide des juifs pendant la Seconde guerre mondiale, un sondé sur 10 affirme n'en avoir jamais entendu parler.

Plus étonnant encore, cela concerne plus de 20% des 18-24 ans, alors même que leurs souvenirs d'école devraient être encore frais. Plus l'âge des sondés augmente, plus ils ont entendu parler de la Shoah. En novembre dernier, une enquête de la chaîne CNN délivrait des résultats similaires

"Au cours de sa scolarité, un élève est censé rencontrer trois fois l'histoire du génocide des juifs: en CM2, en troisième et en première. Passer à côté en milieu scolaire est quasi-impossible", remarque Iannis Roder, directeur de l'observatoire de l'éducation de la Fondation Jean-Jaurès, pour Franceinfo qui révèle les résultats de l'étude.

Il estime toutefois qu'il est "possible" qu'il y ait un "aspect provocateur" dans certaines réponses. C'est en effet possible au vu de la méthode utilisée pour l'enquête: un questionnaire auto-administré en ligne du 12 au 13 décembre, complété par 1014 personnes représentant la population française de 18 ans et plus.

L'école, premier lieu où l'on apprend la Shoah

Qui plus est, l'école est le premier lieu cité par les sondés lorsqu'ils disent où ils ont acquis leurs connaissances sur la Shoah, avec 58% de réponses. Viennent ensuite les films, documentaires ou livres (41% des réponses), la transmission familiale (17%), la presse et les commémorations (16%), les musées ou lieux historiques (11%) et enfin Internet, qui ne récolte que 6% des réponses.

En parallèle, le taux de sondés considérant qu'il est important d'enseigner la Shoah afin d'éviter que cela ne se reproduise est en forte progression: +8 points en quatre ans, pour s'établir à 85%. L'importance accordée à la lutte contre l'antisémitisme connaît une moins forte progression (+3 points), mais est valorisée par 88% des Français interrogés.

De plus en plus de sondés voient la Shoah comme "un crime monstrueux"

Sur la perception du génocide, plus de trois quarts des sondés le voient comme "un crime monstrueux" (un taux en hausse de 14 points par rapport à 2014), un peu moins de 20% comme un "drame parmi d'autres de cette guerre qui a fait beaucoup de victimes", et seulement 1% comme "une invention".

Plus de 50% des sondés pensent aujourd'hui que les Français juifs se sentent en insécurité, et près de 60% le comprennent. Un chiffre qui, là aussi, progresse avec l'âge des personnes interrogées. L'enquête complète est disponible ici

Liv Audigane