BFMTV

Couvre-feu, tests, vacances... Les nouvelles mesures annoncées par Macron pour lutter contre le Covid-19

Le président de la République a annoncé une série de mesures pour freiner l'épidémie de coronavirus.

Le président de la République a annoncé ce mercredi soir une série de mesures pour freiner l'épidémie de coronavirus. Parmi elles, l'instauration d'un couvre-feu dans plusieurs métropoles, mais aussi une nouvelle stratégie de tests ou encore des consignes plus strictes dans les réunions privées.

· Un couvre-feu en Ile-de-France et dans huit métropoles

La première mesure annoncée par le chef de l'Etat est la mise en place d'un couvre-feu entre 21 heures et 6 heures en vigueur à partir de samedi et pour au moins quatre semaines en Ile-de-France et dans et dans 8 autres métropoles.

Les métropoles de Lille, Grenoble, Lyon, Aix-Marseille, Montpellier, Rouen, Toulouse et Saint-Etienne sont également concernées par cette mesure que le chef de l'Etat entend étendre jusqu'au 1er décembre, si le Parlement l'autorise. Il aura donc une durée de 4 semaines au moins, et de 6 semaines si possible.

· Pas de restrictions des transports

Le chef de l'Etat a précisé qu"il n'y aurait pas de "restrictions des transports" lors du couvre-feu ni de limites de déplacements entre les régions, et que des dérogations seraient possibles notamment pour les personnes travaillant après 21 heures et pour "les urgences sanitaires". Le non-respect du couvre-feu sera cependant passible d'une amende de 135 euros.

· Des consignes plus précises dans les réunions privées

Emmanuel Macron a aussi donné une liste de règles à respecter dans le cadre des réunions privées pour lutter contre la propagation du coronavirus. Il préconise ainsi de ne pas être plus de six à table, de porter le masque même à l'intérieur et en famille, de respecter la distanciation sociale ou encore d'aérer régulièrement les habitations, "dix minutes minimum, 3 fois par jour".

· Deux à trois jours de télétravail par semaine

Le chef de l'Etat a aussi préconisé "deux à trois jours de télétravail par semaine" dans les entreprises où cela est possible, pour "réduire un peu la pression collective", sans rien imposer.

"Il faut que ce soit aussi négocié dans les branches et au plus près dans l'entreprise", a-t-il souligné, tout en relevant qu'on "a besoin d'échanger avec les collègues de travail".

· Une nouvelle stratégie de tests

Emmanuel Macron a aussi promis une nouvelle "stratégie" de tests pour détecter les cas de Covid et pouvoir "réduire drastiquement les délais", en reconnaissant qu'"on a rencontré de vraies difficultés sur le sujet".

"Nous allons rentrer dans une stratégie où on va pouvoir réduire drastiquement les délais" pour mieux "suivre" la circulation du virus, a déclaré le chef de l'Etat. Il a indiqué que cela passerait par de nouvelles techniques, comme les tests antigéniques, qui ont été autorisés, et la possibilité de s'auto-tester.

· Une nouvelle application de traçage: "Tous Anti-Covid"

Après l'échec de l'application Stop Covid, une nouvelle application de traçage des malades du coronavirus sera lancée le 22 octobre sous le nom de "Tous anti-Covid".

"Ce sera une application (...) où il y aura des informations: comment circule le virus, où vous êtes, où sont les points pour se faire tester (...). Donc il y aura des informations générales, des informations plus particulières et locales", a détaillé le président de la République.

Le gouvernement veut également en faire "avec nos restaurateurs, avec l'ensemble des cafetiers (...) tous les professionnels, un outil pour mieux alerter, tracer" afin d'"identifier les foyers de contamination, les remonter et prévenir", a-t-il souligné.

· Des aides supplémentaires

Le chef de l'Etat a promis des aides supplémentaires aux secteurs économiques qui seront affectés par le couvre-feu, comme la restauration, les théâtres, les cinémas et l'événementiel, mentionnant notamment le chômage partiel et le fonds de solidarité, récemment élargi.

Les bénéficiaires du RSA et des allocations logements auront quant à eux "une aide exceptionnelle pendant les 6 semaines de 150 euros, plus 100 euros par enfant".

Cyrielle Cabot avec AFP Journaliste BFMTV