BFMTV

Camp du Millénaire: après l'évacuation, déjà la crainte de voir le campement se reformer

BFMTV

Le camp de migrants du Millénaire, dans le 19e arrondissement de Paris a été évacué dans le calme ce mercredi. Un soulagement pour les riverains qui attendaient cette opération depuis des semaines, mais beaucoup redoutent déjà l'installation d'un nouveau campement.

Le grand nettoyage a commencé mercredi quelques minutes après l'évacuation de 1.017 migrants du camp du Millénaire, sur les bords du canal Saint-Denis. L'évacuation est saluée par les habitants du quartier et les commerçants impactés par le campement du Millénaire comme ce directeur d'une salle de sport accolée au camp.

"C'est une situation sanitaire qui est difficile, une présence très masculine et nombreuse qui peut parfois créer un sentiment d'insécurité, à défaut de réel incident puisqu'on n'a pas à déplorer quoi que ce soit. Mais évidemment, ce n'est bon pour personne", 

Un sentiment partagé par beaucoup dans le quartier où l'évacuation est vécue comme un soulagement. Mais déjà, certains prédisent l'installation d'un nouveau campement. "Evacuer ce camp pour les remettre ailleurs... Ca paraît une solution insoluble et un cycle sans fin", résume un riverains.

"Je pense qu'il faut une bonne fois pour toute, au lieu de se renvoyer la balle entre le gouvernement et la mairie de Paris, s'asseoir autour d'une table et discuter, régler la situation de ces personnes", ajoute un autre. 

Un centre d'accueil durable souhaité par les associations

Pour éviter l'installation de nouvelles tentes et assurer l'accueil des migrants dans des conditions acceptables, les associations demandent l'ouverture d'un centre d'accueil durable dans la capitale.

"Dans ce cadre-là, on pourra effectivement envisager de faire un diagnostic médical, social et comme ça les personnes pourraient déposer leur demande d'asile dans les conditions les plus dignes", estime Guillaume Chers, directeur de l'urgence à France terre d'asile.

Emmaüs Solidarité, qui n'a pas souhaité s'associer à l'opération d'évacuation s'attend aussi à voir des migrants présents au camp du Millénaire revenir à la rue. Cette association avait piloté le projet du centre d'accueil de la Chapelle qui a fermé au mois de mars.

"La Chapelle, ça été 25.000 personnes mises à l'abri en 17 mois. Si on n'avait pas fait la Chapelle, il y aurait autant de personnes dans les rues. Je ne suis pas en train de dire que c'est tout à fait le modèle, mais en tout cas on doit s'en inspirer", plaide Bruno Morel, directeur général d'Emmaüs Solidarité. 

Cette demande est appuyée par Anne Hidalgo qui s'est dite prête à soutenir le gouvernement dans ce projet "en identifiant rapidement un terrain intramuros et en apportant sa contribution au financement de ce lieu". Pendant plusieurs semaines, la Ville de Paris et le ministère de l'Intérieur se sont livrés à un bras de fer politique sur la question de la prise en charge des migrants et des évacuations des campements. 
C. B avec Dah Magassa, Jules Chiapello