BFMTV

Attaque de Levallois-Perret: le point sur l'enquête

Les investigations s'attachent désormais à établir les éventuelles complicités et la préméditation dans l'attaque contre des militaires de l'opération Sentinelle survenue mercredi.

24 heures après l'attaque ayant blessé six militaires de l'opération Sentinelle à Levallois-Perret, l'enquête, qui a déjà conduit à l'interpellation d'un suspect algérien de 36 ans sur l'autoroute A16 mercredi après-midi, tente toujours de déterminer si cet individu est bien celui qui conduisait le véhicule ayant foncé sur les militaires. La voiture utilisée, une BMW, était prépositionnée dans une rue proche du casernement des soldats du 35e régiment d'infanterie de Belfort. Son conducteur a pris la fuite tout de suite après les faits. Au lendemain de cette attaque, les investigations se concentrent également sur la question d'éventuelles complicités.

Un suspect inconnu des services de renseignement

L'état du suspect, blessé par balle lors de son interpellation, a été jugé pour l'heure incompatible avec une garde à vue et n'a pas permis non plus son audition. L'homme, qui a habité plusieurs communes d'Île-de-France, n'est pas connu des services de renseignement comme radicalisé et n'était pas fiché S. Il était toutefois inscrit depuis 2013 au traitement d'antécédents judiciaires pour une infraction à la législation sur les étrangers. De nationalité algérienne, il était actuellement titulaire d'une carte de séjour.

Des perquisitions dans le Val-d'Oise

Mercredi en fin d'après-midi, des perquisitions ont été menées au domicile du suspect, dans un immeuble proche de la gare de Bezons, dans le Val-d'Oise. Ses proches devraient être rapidement entendus, pour déterminer quelles étaient ses fréquentations et retracer son emploi du temps de ces derniers jours.

Certains de ses voisins ont déjà été auditionnés. "C'est quelqu'un qui me paraissait un peu bizarre", témoigne sur BFMTV l'une de ses voisines. "Quelqu'un de discret", complète un autre occupant de l'immeuble.

Une attaque préméditée?

Les enquêteurs cherchent par ailleurs à établir la préméditation de l'attaque, notamment en déterminant si son auteur avait repéré les lieux en amont à Levallois-Perret. Tout semble indiquer que l'attaque était planifiée. Il semble d'ores et déjà certain que l'attaquant connaissait l'heure de prise de fonction des soldats de l'opération Sentinelle. L'exploitation des caméras de vidéosurveillance installées à proximité du lieu d'hébergement des militaires devrait pour cela être d'une aide précieuse.

L.N. avec Mélanie Vecchio