BFMTV

Attaque de Kim Kardashian: le recel des bijoux volés sera compliqué

Après le vol dont a été victime la star américaine, la police française est en alerte. Le but: repérer les bijoux avant qu'ils ne soit revendus, une tâche plus difficile qu'il n'y paraît.

L'opération éclair a délesté Kim Kardashian de 9 millions d'euros de bijoux. Agressée dans sa chambre d'hôtel parisienne, la star américaine est rentrée aux Etats-Unis sans bague de fiançailles, ni bijoux qu'elle gardait auprès d'elle lors de son voyage en France. Désormais une question va se poser à ses agresseurs: comment revendre de tels bijoux sans attirer l'attention? 

Des bijoux identifiés

Si leur valeur est estimée à plus de neuf millions d'euros, les bijoux de Kim Kardashian vont voir leur cote s'effondrer au marché noir, victimes de leur notoriété. Car de tels joyaux sont tous marqués au fer rouge, pour éviter qu'il ne puisse passer de main en main, comme l'explique un joaillier à BFMTV: 

Les pierres "sont tatouées. C’est un tatouage qui est fait au laser et qui ne peut pas être enlevé. Donc ça, ça sera marqué à l’intérieur de la matière et de toute façon, à partir du moment où il y aura un contrôle sérieux, on saura d’où vient ce bijou."

A ce "tatouage laser" vient s'ajouter les caractéristiques générales de chaque bijou qui, elles aussi, sont répertoriées. Poids, taille, carats: tous ces éléments sont inscrits sur une fiche d'identification qui rend chaque bijou unique pour l'oeil expert d'un spécialiste. 

Démonter pour revendre

Ne reste alors aux braqueurs qu'une option: démembrer les bijoux pour mieux les revendre. Les pierres devront être desserties et retaillées pour ne plus ressembler à celles d'origines. Le métal qui les portait sera lui fondu pour fabriquer de nouveaux bijoux. Ce n'est qu'alors que les pierres pourront être revendues: 

"Soit en direction du marché hollandais ou belge, du marché du diamant. Soit, ça peut être carrément envoyé en direction des pays des Balkans où là vous avez potentiellement des vrais clients" explique Frédéric Ploquin, grand reporter à Marianne.

Le parquet de Paris a d'ores-et-déjà ouvert une enquête pour éclaircir les conditions dans lesquelles les braqueurs ont pu pénétrer dans l'hôtel particulier de Kim Kardashian et en ressortir avec leur butin sans être inquiétés. Et mettre la main, avant qu'ils ne disparaissent, sur les bijoux de la diva.
P.A.