BFMTV

Alimentation: l'appellation "lait de soja" va-t-elle être interdite?

(Photo d'illustration)

(Photo d'illustration) - Philippe Huguen-AFP

Lait, beurre ou fromage végétal... La Cour de justice de l'Union européenne doit dire ce mercredi si ces produits, qui ne sont pas d'origine animale, peuvent être présentés comme des produits laitiers... comme les autres.

Le "lait de soja", le "beurre de tofu" ou le "fromage vegan" sont-ils légaux? La Cour de justice de l'Union européenne doit trancher ce mercredi.

À l'origine de cette action, le Verband Sozialer Wettbewerb -une association allemande de lutte contre la concurrence déloyale- qui se demande si les produits purement végétaux commercialisés par l'entreprise Tofutown, comme le lait, la chantilly, le beurre, le fromage ou les yaourts, ont le droit de s'appeler ainsi alors qu'ils ne sont pas d'origine animale. Selon elle, ces produits enfreignent la réglementation de l'Union sur les dénominations pour le lait et les produits laitiers. 

Le lait, "exclusivement produit de la sécrétion mammaire"

Comme le stipule le règlement européen sur le sujet, "la dénomination 'lait' est réservée exclusivement au produit de la sécrétion mammaire normale, obtenu par une ou plusieurs traites". Quant aux produits laitiers, comme le beurre, les yaourts, la crème ou la chantilly, il s'agit de produits "dérivés exclusivement du lait, étant entendu que des substances nécessaires pour leur fabrication peuvent être ajoutées, pourvu que ces substances ne soient pas utilisées en vue de remplacer, en tout ou partie, l'un quelconque des constituants du lait".

Tofutown assure de son côté que ses produits ne sont pas contraires à la réglementation. Et indique que ses dénominations telles que "beurre" ou "cream" sont toujours associées à des termes renvoyant à l'origine végétale des produits, comme "beurre de tofu" ou "rice spray cream".

L'association allemande a ainsi saisi le tribunal régional de Trèves, à la frontière avec le Luxembourg, qui a à son tour demandé à la Cour de justice d'interpréter la réglementation de l'Union.

"Le consommateur ne sait plus ce qu'on lui vend"

Pour Richard Milchior, avocat spécialiste en droit de l'Union européenne, la définition existante est très claire et laisse présager que la Cour de justice pourrait estimer que le "lait de soja" ne peut pas être intitulé de la sorte.

"Le consommateur ne sait plus ce qu'on lui vend, remarque-t-il pour BFMTV.com. Cela ne veut pas dire que le produit est mauvais. Il peut tout à fait être bon, sain, avec des qualités nutritionnelles, mais il pourrait tout aussi bien s'appeler 'boisson à base de soja'. Rien ne les empêche de faire des produits vegan, mais en respectant les dénominations qui sont protégées."

Selon lui, certaines présentations de produits vegan posent problème. "C'est une opération qui s'apparente à du parasitisme: se placer dans un sillage pour profiter de la notoriété et de la réputation de produits" comme le lait, produit de grande consommation.

"Ce n'est plus le lait sorti du pis de la vache"

Ce n'est pas le point de vue de Sébastien Arsac, co-fondateur de L214, une association qui lutte pour la protection des animaux d'élevage. Ce militant du veganisme, qui exclut de la consommation tout produit issu des animaux, estime qu'aujourd'hui, de nombreux laits sont consommés alors qu'ils n'ont plus rien à avoir avec le lait traditionnel.

"Le lait est de plus en plus transformé, modifié, sans lactose, indique-t-il à BFMTV.com. Ce n'est plus le lait sorti du pis de la vache. Certains laits infantiles, pour les enfants qui ne tolèrent pas le lait classique, s'appellent 'lait' alors qu'ils sont d'origine végétale."

"Les producteurs laitiers se sentent menacés"

Selon lui, ces produits alternatifs se sont particulièrement développés ces dernières années au point d'entrer dans les habitudes des consommateurs qui les ont identifiés.

"On voit bien que les producteurs laitiers se sentent menacés par ces alternatives en tentant de protéger leurs appellations. La dénomination 'fromage végétal' permet d'indiquer au consommateur l'usage qu'il pourra en faire. Le terme 'lait de soja' est installé dans le langage commun. Y a-t-il vraiment tromperie lorsqu'il les achète?"

En mars dernier, l'Allemagne avait déjà déclaré la guerre à la saucisse vegan. Le ministre de l'Agriculture s'était lancé dans une bataille afin d'interdire aux fabricants de produits de substitution à la viande d'utiliser les appellations "wurst" (saucisse) ou "Schnitzel" (escalope).

Céline Hussonnois-Alaya