BFMTV

Affaire Grégory: Murielle Bolle et son cousin désormais face à face

Murielle Bolle

Murielle Bolle - AFP

La confrontation entre Murielle Bolle, témoin clé de l'affaire Grégory, et son cousin, dont le témoignage a pesé sur sa récente incarcération, a commencé ce vendredi après-midi à la cour d'appel de Dijon.

Deux versions différentes en tous points s'opposent ce vendredi dans le bureau de la présidente de la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Dijon. Murielle Bolle et son cousin sont arrivés sur place en début d'après-midi, l'un après l'autre sous la protection des forces de l'ordre, dans deux véhicules aux vitres teintées. Ils se sont d'abord entretenus avec leurs avocats avant de se retrouver devant la présidente de la chambre d'instruction de Dijon. 

Deux versions 

La justice se penche de nouveau sur la soirée du 5 novembre 1984, qui constitue un tournant dans l'affaire Grégory. Le cousin de Murielle Bolle, qui avait 15 à l'époque des faits, assure que celle-ci avait subi ce soir-là des violences familiales, qui avaient entraîné la rétractation de son témoignage incriminant son beau-frère Bernard Laroche.

Le cousin ajoute avoir reçu des confidences de sa cousine, lui disant qu'elle avait bien assisté à l'enlèvement du petit garçon de 4 ans, le jour de son assassinat, par Bernard Laroche, devenu le premier suspect de l'affaire, puis relâché et tué en 1985 par le père de Grégory qui le croyait coupable.

Murielle Bolle, qui est aujourd'hui âgée de 48 ans, a jusqu'ici maintenu sa version des faits: elle n'était pas dans la voiture de Bernard Laroche, et n'a subi aucune violence de la part de sa famille. Elle a été mise en examen fin juin pour enlèvement suivi de mort et placée en détention provisoire.

Des contradictions à souligner 

Devant la présidente de la chambre de l'instruction Claire Barbier, son cousin devra répondre aux questions des avocats de Murielle Bolle, qui s'emploieront à souligner les contradictions dans son témoignage. L'une des questions portera notamment la présence sur les lieux le 5 novembre 1984 d'un avocat, Me Paul Prompt, aujourd'hui décédé. Le cousin de Murielle Bolle jure l'avoir vu ce soir-là. Mais les avocats de l'accusé affirment pouvoir démontrer qu'il ne pouvait pas être présent.

M.P avec AFP