BFMTV

70.000 foyers encore privés d'électricité: pourquoi les réparations prennent si longtemps?

Un camion de la compagnie d'électricité Enedis, le 15 novembre 2019 en Ardèche

Un camion de la compagnie d'électricité Enedis, le 15 novembre 2019 en Ardèche - Jean-Philippe Ksizazek - AFP

Trois jours après le fort épisode neigeux qui s'est abattu sur le sud-ouest de la France, 33.000 foyers restent privés d'électricité lundi matin malgré les nombreuses interventions du gestionnaire d'électricité Enedis.

Après les importantes chutes de neige qui ont touché jeudi six départements de la région Rhône-Alpes, 33.000 foyers restaient privés d'électricité ce lundi matin, a indiqué Enedis. Ils sont situés dans la Drôme, l'Isère et l'Ardèche. À la mi-journée dimanche, 70.000 foyers étaient encore concernés par cette coupure.

Une neige particulièrement lourde

Si tant de foyers sont encore coupés du réseau électrique, c'est parce que les dégâts ont été importants, à cause d"une neige lourde, qui a endommagé de nombreuses lignes électriques, en en jetant certaines à terre. Dans une vidéo explicative, Enedis parle de neige "collante".

"Dans certains cas, la neige s'agglomère en blocs compacts, jusqu'à former une forme de manchon qui adhère tout autour des lignes électriques", explique le gestionnaire. Très dense et très chargée en eau, cette neige "peut provoquer des surcharges de plusieurs kilos par mètre de câble, jusqu'à provoquer une rupture, et donc une panne sur le réseau".

Les branches d'arbres, alourdies par la neige, ont également plus de chance de se casser sur les lignes électriques. Enedis a mobilisé 2200 agents pour rétablir le courant mais ces derniers se heurtent à des routes parfois encore bloquées et un épais brouillard à certains endroits. Les hélicoptères ou drones qui permettraient d'évaluer la situation à distance ne sont pas non plus utilisables.

"Depuis un jour et demi, avec la tempête, il est impossible de décoller car le ciel est très bas", expliquait vendredi Robin Devogelaere-Pozzo, directeur de la communication d'Enedis, à FranceInfo.

"Le ciel est bas, les hélicoptères n'ont pas pu voler", a confirmé dimanche Philippe Monloubou, Président d'Enedis.

"Difficile aujourd'hui de communiquer une fin de crise"

Les zones qui restent sans courant sont toujours localisées dans la Drôme, l'Isère et l'Ardèche. "Tout sera rétabli dans la journée", a expliqué ce lundi matin sur BFMTV Robin Devogelaere, directeur de la communication d'Enedis.

Plusieurs dizaines de groupes électrogènes ont été distribués en attendant les réparations, mais attention à leurs règles d'utilisation, car une trentaine de cas d'intoxication au monoxyde de carbone avec des appareils d'appoint ou groupes électrogènes ont été signalés. Deux septuagénaires ont ainsi été retrouvés sans vie, ce dimanche, à Beauvoir-de-Marc en Isère.

Toujours en Isère, samedi, huit personnes dont un couple de 82 et 75 ans, avaient été secourues en urgence absolue. En Ardèche et dans la Drôme, c'est près d'une vingtaine de personnes dont cinq enfants qui ont été hospitalisés pour maux de tête et vomissements. 

Salomé Vincendon