BFMTV

Le vaisseau Soyouz transportant le robot humanoïde Fedor s'est arrimé à l'ISS

Le robot Fedor., ici photographié en juillet 2019.

Le robot Fedor., ici photographié en juillet 2019. - Roscosmos space agency - AFP

Le robot à taille humaine baptisé Fedor est le premier engin de ce type envoyé dans l'espace par la Russie.

Un vaisseau spatial Soyouz non habité transportant le robot humanoïde russe Fedor s'est arrimé à la Station spatiale internationale (ISS), a annoncé ce mardi l'agence spatiale russe Roskosmos. Le Soyouz MS-14 s'est arrimé précisément à l'ISS à 03h08 GMT, indique un communiqué publié sur le site de Roskosmos.

Une deuxième tentative "magnifique"

Un commentateur sur Nasa TV, la chaîne de télévision de l'agence spatiale américaine, qui diffusait l'arrimage en direct, a relevé "l'approche parfaite vers l'ISS". "La deuxième tentative d'arrimage était magnifique", a déclaré le commentateur. "L'équipage est maintenant passé à sept", soit Fedor et les six astronautes qui sont déjà à bord de l'ISS, a-t-il ajouté. 

Le vaisseau avait décollé jeudi du cosmodrome russe de Baïkonour, au Kazakhstan. Une première tentative d'arrimage avait échoué samedi.

Premier engin de ce type envoyé par la Russie

Le robot à taille humaine baptisé Fedor est le premier engin de ce type envoyé dans l'espace par la Russie. Fedor doit séjourner dans l'ISS jusqu'au 7 septembre pour apprendre à assister les astronautes dans la station spatiale. 

Fedor, un robot au corps anthropomorphe argenté, mesure 1,80 m de haut et pèse 160 kilos. Il dispose de comptes sur les réseaux sociaux Instagram et Twitter, qui détaillent sa vie quotidienne, par exemple lorsqu'il apprend à ouvrir une bouteille d'eau. A bord de l'ISS, Fedor doit tester ses capacités en conditions de gravité très faible. Parmi ses principaux savoir-faire figure notamment celui d'imiter les mouvements humains, ce qui veut dire qu'il pourrait aider les astronautes à réaliser des tâches.

Le Soyouz qui l'a mis en orbite transportait une cargaison de 670 kilos, "dont des équipements scientifiques et médicaux, des composants pour le système de vie, ainsi que des conteneurs avec des vivres, des médicaments et des produits d'hygiène pour les membres de l'équipage", précise le communiqué de Roskosmos.

L'échec de la première tentative d'arrimage avait constitué un nouveau revers pour le secteur spatial russe, qui a subi ces dernières années accidents et scandales de corruption.

A.S. avec AFP