BFMTV

La Nasa pense rendre Mars habitable en recréant son champ magnétique

Vue d'artiste de la planète Mars retrouvant de l'eau liquide à sa surface.

Vue d'artiste de la planète Mars retrouvant de l'eau liquide à sa surface. - Nasa

Mars possédait autrefois une atmosphère dense semblable à celle de notre monde, mais elle a été balayée par les vents solaires. Contrairement à la Terre, dotée d'une puissante dynamo interne qui nous protège de ces particules chargées en énergie.

D'un côté, la planète bleue. Etincelante. De l'autre, la lueur rougeâtre d'un désert glacé. La distance par rapport au Soleil ne suffit pas à expliquer une telle différence entre le paysage de la Terre et celui présenté par Mars. Toutes les deux sont situées dans la zone dite d'habitabilité où, sous certaines conditions de pression et de température, de l'eau liquide peut exister.

Le facteur qui a joué un rôle déterminant dans l'évolution de ces deux planètes telluriques est la persistance, pour la Terre, d'un intense champ magnétique. On est plus au stade de la théorie que d'un projet, mais des scientifiques, lors du colloque Planetary Science Vision 2050 organisé par la Nasa, ont exposé leur méthode pour rendre Mars habitable. Ils ont calculé que la restauration d'un champ magnétique permettrait de redonner durablement une atmosphère plus dense à la planète rouge et une chance pour nous, d'y trouver un second foyer possible.

Vents solaires ennemis

Si Mars n'a plus qu'un reste d'atmosphère, 170 fois moins dense que celle de la Terre, la faute en revient aux vents solaires. Ces particules (ions et électrons) issues de notre étoile ont balayé la couche de gaz qui entourait la planète. Et avec elle, l'effet de serre qui permettait à Mars d'accueillir des océans d'eau liquide. C'est du moins l'hypothèse que laissent entrevoir les données glanées par la sonde Maven.

Pour restaurer durablement une atmosphère martienne, il faudrait qu'elle soit protégée par un champ magnétique. Sur Terre ou plutôt à l'intérieur de la Terre, la puissante dynamo du noyau continue de générer la protectrice magnétosphère. Celle qui nous donne en outre à voir de magnifiques aurores boréales, lorsque les particules solaires traversent le bouclier magnétique naturel dans la haute atmosphère. Mars, dont la masse est de 0,107 Terre, n'a pas su conserver cette dynamique. D'où la pression très basse, la température moyenne de -53° Celsius et une surface constamment bombardée de rayons cosmiques. Autant d'obstacles au développement de la vie.

Illustraiton schématique de ce que permettrait le bouclier générateur d'un puissant champ magnétique.
Illustraiton schématique de ce que permettrait le bouclier générateur d'un puissant champ magnétique. © Jim Green - NASA - USRA

Un bouclier magnétique artificiel pour protéger Mars

En matière de terraformation (action de rendre une planète semblable à la Terre), il y a la méthode forte et la méthode douce. Alors qu'Elon Musk envisage de bombarder Mars avec des bombes nucléaires pour faire fondre la glace martienne, d'autres pensent à des solutions moins radicales. Il serait en l'espèce question de positionner un bouclier magnétique au point de Lagrange L1 pour que la planète ne subisse plus les incessants bombardements solaires.

Ce bouclier consisterait en un dipôle magnétique géant assez puissant pour générer ce champ magnétique artificiel. Des simulations informatiques montrent qu'en seulement quelques années, ce dispositif permettrait de restaurer la pression atmosphérique martienne pour qu'elle atteigne la moitié de la pression terrestre. A terme, l'eau liquide referait son apparition.

David Namias