BFMTV

Variants du Covid-19: comment expliquer la flambée de l'épidémie en Moselle?

Le taux d'incidence en Moselle, au 8 février 2021.

Le taux d'incidence en Moselle, au 8 février 2021. - BFMTV

L'importante présence des mutations du coronavirus dans le département de la Moselle reste inexpliquée à ce stade.

L'inconnue demeure en Moselle. Le département est confronté à une forte croissance du nombre de cas des variants sud-africain et brésilien: 300 cas de mutations évocatrices de ces deux variants ont en effet été rapportés positifs depuis quatre jours et 200 supplémentaires quelques jours plus tôt.

Difficile d'établir un lien direct entre ce département situé dans la région du Grand Est et le Brésil ou l'Afrique du Sud où ont été détectés pour la première fois ces variants, plus contagieux que le Covid classique. La question se pose alors de savoir si ces mutations relevées sont arrivées depuis certains départements d'outre-mer, plus proches géographiquement de ces deux pays.

La piste de Mayotte à étudier

L'une des pistes étudiée dans le cas du variant sud-africain est Mayotte. L'île est confinée depuis une semaine en raison de l'explosion de son taux d'incidence qui frôle les 860 cas pour 100.000 habitants. Si les déplacements depuis et vers le 101e département requièrent un "motif impérieux", ils restent possibles.

"Ce que l'on sait c'est que l'île de Mayotte compte beaucoup de variants sud-africains, mais c'est assez logique vu la proximité (avec l'Afrique du Sud, NDLR)", explique le chef des urgences du CHR Metz-Thionville François Braun sur BFMTV. Le président de Samu-Urgences de France précise néanmoins qu'il ne s'agit là que de "suppositions qui pour l'instant ne sont pas étayées".

Olivier Véran a d'ailleurs noté, jeudi soir, que les cas récemment détectés "ne correspondent pas tous à des clusters, les personnes malades n’ont pas nécessairement voyagé, n’ont pas nécessairement été en contact direct avec d’autres personnes ayant voyagé".

Pour Christian Rabaud, infectiologue au CHRU de Nancy en Meurthe-et-Moselle, département voisin de la Moselle, il est "difficile de trouver une explication unique pour l'émergence ou la montée en puissance d'un variant dans un endroit particulier".

Une importante zone de transit

Préférant ne pas non plus tirer de conclusion hâtives, le maire de Thionville Pierre Cuny rappelle que le département est un territoire de brassage de populations et de transit : "l'axe entre Luxembourg-Thionville-Metz-Nancy est le deuxième corridor européen où transite tous les jours dans un sens et dans l'autre plus de 200.000 véhicules".

Une observation que partage le président du département Patrick Weiten: "?ous sommes dans une situation très particulière en Moselle, un département avec un million d’habitants et des grands axes de communication qui relient au Luxembourg et à l’Allemagne" où travaillent des dizaines de milliers de Mosellans.

François Balloux, directeur de l'institut de génétique de l'University College London, estime pour sa part qu'"il faut accepter qu'à ce stade les variants sont distribués de façon internationale (...) Ils sont partout".

Jusqu'ici les variants brésilien et sud-africain ne représentent que 4 à 5% des cas rapportés quotidiennement par Santé Publique France. Un taux susceptible d'évoluer au regard de leur très forte contagiosité.

Hugues Garnier Journaliste BFMTV