BFMTV
Santé

Variant Omicron: selon l'OMS, plus de 50% des Européens seront touchés d'ici 2 mois

Des piétons masqués dans une rue de Londres, le 23 décembre 2021

Des piétons masqués dans une rue de Londres, le 23 décembre 2021 - JUSTIN TALLIS © 2019 AFP

L'Organisation mondiale de la santé estime que le variant, plus virulent que Delta, aura touché plus de la moitié des Européens d'ici deux mois.

Inquiète du "raz de marée" d'Omicron, la branche européenne de l'Organisation mondiale de la santé a estimé ce mardi que plus de 50% des Européens pourraient être touchés par Omicron d'ici deux mois, à cause du rythme actuel de contamination, deux ans pile après l'annonce du premier décès officiellement lié au Covid-19 en Chine.

"À ce rythme, l'Institute for Health Metrics and Evaluation (IHME) prévoit que plus de 50% de la population de la région sera infectée par Omicron dans les six à huit prochaines semaines", a dit le directeur de l'OMS Europe, Hans Kluge, lors d'une conférence de presse.

Selon lui, ce variant du Covid-19 très contagieux présente des mutations "lui permettant d'adhérer plus facilement aux cellules humaines, et pouvant infecter même les personnes qui ont été préalablement infectées ou vaccinées". Le géant pharmaceutique Pfizer a indiqué lundi que son vaccin anti-Omicron devrait prêt en mars.

Le 11 janvier 2020, le Covid faisait un premier mort en Chine

La pandémie a fait près de 5,5 millions de morts, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles, qui pourrait en réalité être deux à trois fois plus élevé, selon l'OMS.

Les premiers cas avaient été détectés fin 2019 en Chine, et le 11 janvier 2020, Pékin annonçait le premier mort officiellement recensé d'une pneumonie atypique, plus tard baptisée Covid-19, dans la ville de Wuhan (centre).

Confrontée à une multiplication des foyers de contaminations, la Chine a confiné ces dernières semaines plusieurs de ses méga-cités. Lundi soir, Anyang, dans la province du Henan (centre), a ordonné à ses cinq millions d'habitants de rester chez eux, interdit la circulation des véhicules particuliers, fermé les commerces non essentiels et lancé une campagne de dépistage générale à cause d'Omicron, selon l'agence officielle Chine nouvelle.

A.S. avec AFP