BFMTV

Une mère alerte Emmanuel Macron sur le PIMS, une maladie touchant les enfants qui ont eu le Covid-19

Les enfants seraient plus sensibles à la nouvelle variante du Covid-19

Les enfants seraient plus sensibles à la nouvelle variante du Covid-19 - Martin BUREAU / AFP

Marie Vades, originaire des Pyrénées-Orientales, a écrit mi-avril à Emmanuel Macron pour l'alerter sur le syndrome inflammatoire multi-systémique pédiatrique, ou PIMS, qui touche les enfants ayant contracté le Covid-19.

"Mon mari et moi avons vécu les pires jours de notre vie." Le 18 avril dernier, Marie Vades, une habitante de Latour-Bas-Elne (Pyrénées-Orientales), a écrit à Emmanuel et Brigitte Macron, ainsi qu'aux ministres Olivier Véran et Jean-Michel Blanquer, pour les alerter sur "une situation sanitaire grave" pour les enfants atteints de la maladie de PIMS, après avoir développé le Covid-19.

"Notre fille était en train de mourir sous nos yeux"

Sa fille, Emma, âgée de 7 ans, a souffert d'un syndrome inflammatoire multi-systémique pédiatrique, en octobre 2020, quatre semaines après fait une forme asymptomatique du coronavirus, explique-t-elle dans ce courrier, dévoilé mercredi par le quotidien L'Indépendant.

"Mon mari et moi avons vécu les pires jours de notre vie. Notre fille était en train de mourir sous nos yeux. (...) Après sept jours de corticothérapie, d'oxygénation, d'anticoagulants et d'une transfusion d'immunoglobulines, on a pu rentrer chez nous choqués et éprouvés. Ma fille a ensuite pris trois mois de traitement et un suivi cardiologique car elle avait développé de la tachycardie et de grosses extrasystoles. (...) Il y a un mois elle en a refait", écrit Marie Vades.

La mère de la fillette assure qu'ils sont, avec son mari, "aujourd'hui démunis et inquiets" pour l'avenir de leurs enfants. "Emma n'a plus une vie d'enfant, devant rester au repos, souffrant, prenant tous les jours plusieurs doses de médicaments, plus les rendez-vous médicaux, les examens...", poursuit-elle.

Des signes digestifs

Le syndrome inflammatoire multi-systémique pédiatrique, ou PIMS, a touché un peu plus de 500 enfants depuis le 1er mars 2020, selon Le Figaro. Dans un point du 25 mars, Santé publique France annonçait que 442 cas avaient alors été signalés et 196 enfants (44%) avaient été hospitalisés en réanimation.

Cette maladie, qui touche principalement les enfants de 7 ans, selon Santé publique France, se traduit dans "80% des cas" par des signes digestifs, "diarrhées, vomissements, douleurs abdominales", a expliqué au Figaro Alexandre Belot. Ce rhumato pédiatre fait partie de l'équipe qui surveille les nouveaux cas pour Santé publique France.

"Il y a une fièvre importante. Les enfants peuvent avoir une rougeur aux yeux, conjonctivite, les lèvres asséchées et beaucoup de fatigue", a-t-il ajouté.

Dans son courrier, Marie Vades s'étonne "que de nombreux acteurs de santé n'ont toujours pas connaissance de cette maladie" et souligne que c'est le "devoir" d'Emmanuel Macron "d'informer massivement pour protéger nos enfants et qu'ils soient pris en charge de manière rapide et efficace". "Monsieur Macron, vous aviez employé le mot 'guerre'. Pour nos enfants, petits soldats qui tombent et souffrent, votre soutien aurait été un réconfort", conclut-elle.

Clément Boutin Journaliste BFMTV