BFMTV

Un "frémissement" de l'épidémie en France? Pourquoi les scientifiques restent malgré tout prudents

Selon le monde scientifique et hospitalier, un léger infléchissement des chiffres de l'épidémie de Covid-19 est observé depuis quelques jours en France. Mais la prudence reste de mise car la tension dans les hôpitaux demeure très forte.

Ressentirons-nous bientôt les effets du couvre-feu et du reconfinement? Les indicateurs du Covid-19 commencent à donner les premiers signes encourageants, notamment en Ile-de-France. Dans ce contexte, les responsables sanitaires allument une lueur d'espoir tout en employant des mots pesés, enrobés de formules très prudentes.

Martin Hirsch, le directeur général de l'AP-HP (Assistance publique-Hôpitaux de Paris), constate en effet "une amorce d'infléchissement" dans les structures parisiennes. "Ces trois ou quatre derniers jours, on voit plutôt à peu près 80 entrées par jour (en réanimation)", contre 110 "il y a huit jours" et "plutôt 400 entrées en hospitalisation par jour" contre 500 il y a une semaine, explique-t-il sur France Inter.

"Frémissement" et léger "ralentissement"

"Ce n'est pas la même chose partout en France, mais dans certaines régions on a l'impression d'avoir un frémissement dans la pente épidémique (...) On a l'impression que cela s'infléchit", abonde Karine Lacombe, cheffe du service des maladies infectieuses à l'hôpital Saint-Antoine à Paris, sur BFMTV-RMC.

Des observations qui confirment celles du ministre de la Santé, Olivier Véran, qui a salué dimanche un "frémissement" et "une forme de ralentissement" dans la progression de l'épidémie, bien qu'il soit encore "trop tôt pour juger de l'effet du reconfinement".

La prudence reste de mise car, après un moment de répit à la fin du mois de septembre, "on a vu (l'épidémie) redémarrer en octobre", met en garde Martin Hirsch. De plus, le pic des hospitalisations "est encore devant nous (...) ce n'est pas sous contrôle partout et les jours à venir seront très compliqués, forcément", prévient-il.

La pression demeure dans les hôpitaux

Une note d'optimisme qui est donc rapidement tempérée, car les effets des mesures restrictives ne se font pas encore ressentir partout. Ainsi, le directeur de l'Agence régionale de santé (ARS) de Provence-Alpes-Côte-d'Azur, Philippe Demester, ne "constate pas encore de ralentissement de la croissance" dans la région.

De manière générale, la pression sur les hôpitaux s'accroît toujours, avec 4527 patients touchés par le Covid-19 en réanimation dimanche, sur une capacité totale et toutes pathologies confondues déjà portée de 5000 à 6400 lits, et qui devrait bientôt passer à 7500.

"Les entrées restent supérieures aux sorties, ce qui explique les difficultés rencontrées par des services de réanimation", souligne sur Franceinfo Anne-Claude Crémieux, professeure de maladies infectieuses à l'hôpital Saint-Louis à Paris.

Plus de 40.000 morts en France

Par ailleurs, le nombre de morts depuis le début de l'épidémie a dépassé samedi la barre des 40.000 samedi.

L'esquisse d'une embellie perdurera-t-elle au point d'envisager un assouplissement du confinement avant Noël? "C'est vraiment trop tôt pour le dire", juge Anne-Claude Crémieux. Le ministre de la Santé a donné rendez-vous d'ici la fin de la semaine ou au début de la suivante pour "faire le bilan du confinement" et que le gouvernement puisse au besoin annoncer "des mesures complémentaires".

Ambre Lepoivre avec AFP