BFMTV

Évaluations nationales: le confinement a pesé sur les résultats des CP-CE1

Des élèves et une enseignante masqués dans une classe française.

Des élèves et une enseignante masqués dans une classe française. - Frédérick Florin

Les résultats des évaluations nationales réalisées en septembre dernier en CP et CE1 révèlent que le niveau des élèves français a légérement baissé en français et en maths.

Le confinement a pesé sur les résultats des élèves français: les évaluations de début d'année font état d'une baisse de niveau, surtout en CE1, tandis que les écarts se sont creusés entre les plus défavorisés et les autres.

Le ministère de l'Education a rendu publics ce lundi les résultats de ces évaluations nationales réalisées en septembre, qui portaient en CP et CE1 sur des compétences en français et en maths, et en sixième sur l'ensemble des compétences devant être acquises en primaire.

Baisse de niveau notable en français

Ces résultats étaient d'autant plus attendus cette année qu'ils devaient donner une indication sur l'impact de la fermeture des écoles entre mars et mai dernier.

En CP, ils font état d'une "légère baisse" des acquis, en français et en maths et d'un creusement des écarts entre élèves d'écoles défavorisées (REP et REP +) et les autres.

En classe de CE1, les baisses sont plus sensibles. Alors que l'an dernier, les résultats étaient en hausse en français et que les écarts entre élèves d'éducation prioritaire et les autres s'étaient réduits, c'est l'inverse cette année. En septembre 2020, la baisse est notable en français, en particulier dans les domaines de la lecture et l'écriture.

Ainsi, 72,6% des élèves lisaient correctement à voix haute en 2019, contre 68,3% en 2020. En mathématiques, les résultats font état d'une relative stabilité, sauf pour les élèves les plus fragiles. Surtout, "les écarts ont beaucoup progressé par rapport à l'année précédente", a souligné Fabienne Rosenwald, directrice de la Depp, l'agence des statistiques du ministère lors d'un point presse.

Les écarts se creusent

Ces données montrent que les élèves issus des milieux les plus défavorisés ont été les plus touchés par les modifications qu'a entraînées le confinement, selon le ministère.

La réduction des écarts constatée l'an dernier, qui était attribuée aux effets positifs du dédoublement des classes en éducation prioritaire, a été "effacée" cette année.

En sixième enfin, les résultats se sont améliorés en français et en mathématiques. Les écarts se sont accrus en maths entre les élèves entrant en sixième en éducation prioritaire et les autres.

Les effets du confinement ont été "amortis, voire compensés", grâce notamment à des mécanismes de soutien comme les stages de réussite, a observé Edouard Geffray, le directeur général de l'enseignement scolaire (Dgesco).

Jeanne Bulant avec AFP Journaliste BFMTV