BFMTV

Covid-19: une "amorce d'infléchissement" dans les hôpitaux d'Ile-de-France

Les indicateurs épidémiques témoignent d'une légère amélioration dans la région ces derniers jours.

Si la prudence est de mise, la tendance est observée par plusieurs spécialistes. "Dans certaines régions, dont l'Île-de-France", la courbe épidémique semble s'être tassée au cours des derniers jours. Invitée de l'émission de Jean-Jacques Bourdin ce lundi matin, le Pr Karine Lacombe, infectiologue à l'hôpital Saint-Antoine, à Paris, fait état d'un "frémissement".

"On voit dans les services hospitaliers un petit peu moins de patients qui arrivent dans les services de médecine, note l'intéressée. En revanche, les service de réanimation -qui sont toujours en décalé par rapport aux services de médecine- eux, sont bien saturés."

Des propos confirmés par Martin Hirsch, le directeur général de l'AP-HP, à l'antenne de France Inter ce lundi matin. "Dans la région Île-de-France, la semaine dernière, on voyait en moyenne 110 entrées en réanimation par jour et à peu près 500 hospitalisations. Ces trois ou quatre derniers jours, relève-t-il, on voit plutôt 80 entrées [en réanimation, ndlr] par jour et environ 400 entrées en hospitalisation. Oui, on peut parler en région Île-de-France d'une 'amorce d'infléchissement'".

L'effet couvre-feu?

"Je pense que c'est clairement l'effet du couvre-feu, indique pour sa part Xavier Lescure, infectiologue à l'hôpital Bichat, sur BFM Paris. C'est un peu trop tôt pour que ce soit lié au confinement. Aujourd'hui, la circulation du virus, qui a tendance un peu à diminuer en ville, montre que les gens se sont vraiment responsabilisés".

Pas de quoi crier victoire pour autant. "Ce qu'on sait actuellement c'est que nous n'avons pas atteint le pic épidémique et que ça continue d'augmenter, tempère Stéphane Gaudry, professeur en médecine intensive et réanimation à l'hôpital Avicenne de Bobigny. Donc pour l'instant, on ne voit pas d'effets très positifs [au confinement, ndlr]. Ce qu'on peut dire, c'est que s'il n'y avait pas eu ça, peut être que la situation serait encore pire".

Dimanche, le ministre de la Santé Olivier Véran confirmait également observer une "forme de ralentissement" dans la progression de l'épidémie, tout en estimant qu'il est encore "trop tôt pour juger de l'effet du reconfinement".

Florian Bouhot Journaliste BFM Régions