BFMTV

Cluster d'un variant "préoccupant" à Bordeaux: 64 cas identifiés

Soignants dans un centre de dépistage dans le quartier de Bacalan à Bordeaux

Soignants dans un centre de dépistage dans le quartier de Bacalan à Bordeaux - Philippe LOPEZ / AFP

Davantage de tests, de traçage, et plus de vaccins sont prévus pour enrayer ce cluster bordelais. Aucune des personnes détectées n'a développé de forme grave, ni même n'a été hospitalisée.

Au moins 64 personnes ont été contaminées par un variant britannique du Covid-19 jugé "préoccupant" dans un quartier de Bordeaux, a déclaré l'Agence régionale de Santé (ARS) de Nouvelle-Aquitaine ce mardi dans un point presse. Ce chiffre n'était que de 51 la semaine dernière. Ce variant, déjà identifié auparavant en France, a acquis plusieurs mutations supplémentaires, et pourrait être plus contagieux, bien qu'il n'y ait pas encore de certitude à ce sujet, selon l'agence.

Les différents cas ont été identifiés dans le quartier de Bacalan et ses alentours, au nord de la ville de Bordeaux. Deux chaînes de contamination ont été détectées, explique l'ARS: la majorité des cas trouvés sont asymptomatiques, et ont été identifiés parce qu'ils étaient cas contacts. Selon l'ARS, aucun rassemblement en particulier ne semble pour l'instant avoir engendré ce cluster, et les infections viendraient de plusieurs événements.

Davantage de vaccins et de tests

Il semble que ce variant ait touché en particulier des jeunes - des personnes âgées de moins de 50 ans - non vaccinés, qui n'ont pas fait de forme grave et n'ont pas été hospitalisés. Pour l'ARS, c'est un point positif, notamment parce que ces données laissent penser que cette mutation ne contourne pas le vaccin.

Cette forte circulation du virus pourrait toutefois s'expliquer par le fait que seulement de 6 à 9% de la population dans la région ait attrapé le Covid-19, cela signifie que moins de personnes sont immunisées contre le Covid-19.

Pour éviter que ce cluster ne se propage, la ville de Bordeaux a mis en place plusieurs mesures rapidement, avec plus de tests, plus de traçage et de vaccins. Un centre de dépistage a ainsi été mis en place dans le quartier concerné et plus de 900 tests ont été réalisés depuis.

De plus, 19.000 doses supplémentaires de Pfizer et Moderna ont été envoyées dans la région pour traiter ce variant. Un nouveau centre de vaccination va ouvrir dans le quartier concerné dès mercredi il sera ouvert de 9h à 20h - sauf mercredi à partir de 14 heures - tous les jours. Les pharmacies et les médecins de cette zone vont également recevoir des doses de Moderna pour pouvoir vacciner. 

Jeanne Daudet avec Salomé Vincendon