BFMTV

"Nous vaincrons": le message de la biochimiste dont les recherches sont à l'origine des vaccins à ARN Messager

DOCUMENT BFMTV - Katalin Kariko en est persuadée, "nous allons gagner" contre le Covid-19 et ses mutations, "mais aussi contre de futurs virus, dont nous ne connaissons même pas encore l'existence.

"Nous vaincrons". BFMTV s'est rendu en Pennsylvanie, à la rencontre de la biochimiste hongroise Katalin Kariko, l'une des premières à avoir cru à la technique de l'ARN messager et à avoir obtenu des résultats déterminants sur cette méthode au coeur des premiers vaccins contre le Covid-19. Ses découvertes scientifiques ont notamment permis la création des vaccins Moderna et Pfizer/BioNTech, qui pourraient à terme endiguer la pandémie.

"Nous vaincrons, et même si d'autres mutations surviennent, et que le vaccin actuel n'est plus efficace, grâce à l'ARN il sera possible d'en faire un nouveau très rapidement", déclare-t-elle, alors que différents variants ont été identifiés dans le monde ces dernières semaines.

"L'ARN est notre arme, et nous allons gagner"

La découverte de ces mutations parfois plus contagieuses, qui ont par exemple conduit le Royaume-Uni à remettre en place des mesures strictes, ne l'inquiètent pas tant que ça. Elle espère par exemple que la pandémie sera terminée cet été.

"Vous savez, les mutations sont des choses qui arrivent dans la vie des virus", explique Katalin Kariko, "en fait il y a un combat permanent entre le virus et le système immunitaire, mais l'ARN est notre arme, et nous allons gagner. Pas seulement contre le virus et ses mutations, mais aussi contre de futurs virus, dont nous ne connaissons même pas encore l'existence". Le vaccin Pfizer semble d'ailleurs efficace contre le variant britannique selon les derniers tests.

Interrogée sur les appels circulant pour sa nomination à un Nobel, elle s'amuse de la situation, et répond que "si on arrive à mettre fin à la pandémie, grâce au vaccin à ARN Messager, ce sera cela la plus grande récompense que je puisse obtenir, voilà ce qui me rendrait heureuse plus que tout".

Baptiste Besson, Lara Tchekov, Mélanie Bontems avec Salomé Vincendon