BFMTV
Santé

"La situation n’est plus tenable": des associations de malades veulent le retour du masque obligatoire face au Covid-19

Des Franciliens masqués dans le métro à Paris en mai 2020.

Des Franciliens masqués dans le métro à Paris en mai 2020. - GEOFFROY VAN DER HASSELT

Dans une tribune publiée dans "Le Parisien", douze associations de malades demandent au gouvernement de rétablir le port du masque "obligatoire dans les espaces de grande promiscuité."

La nouvelle vague de Covid-19 va-t-elle entraîner le retour du port du masque obligatoire? C'est le souhait de douze associations de malades, qui estiment dans une tribune publiée dans Le Parisien que "la situation n'est plus tenable." Plus de 55.000 cas positifs sont désormais enregistrés chaque jour en moyenne, et le taux d'incidence en France est de 583... bien au-dessus du seuil d'alerte fixé à 50.

Avec la grippe et la bronchiolite, la crainte d'une "triple-épidémie" est réelle. "Notre système hospitalier, qui pourrait se retrouver submergé, à la veille des fêtes de fin d’année", alertent les signataires.

Depuis plusieurs jours, le gouvernement a changé de ton, multipliant les appels à la responsabilité individuelle et collective. Devant les députés fin novembre, la Première ministre Élisabeth Borne a même lancé un "appel solennel" à reporter le masque dans les transports en commun ainsi "qu'au contact des personnes fragiles".

"Protégeons-nous les uns les autres"

Mais ces appels "ont une efficacité très limitée", déplorent les associations. "Force est de constater que le port du masque reste minoritaire, dans les transports, dans les pharmacies d’officine, ou encore dans les magasins bondés en décembre, dans des conditions d’aération en général insuffisantes", peut-on lire dans la tribune.

"Face à sa gravité et à ses enjeux, nos associations appellent à ce que le port du masque redevienne obligatoire dans les espaces de grande promiscuité", affirment les douze organisations signataires.

"Le masque, c’est parfois pénible à porter et certes ça fait de la buée sur les lunettes. Mais aujourd’hui, cet outil dont l’utilité est démontrée, doit contribuer à faire baisser la pression sur les établissements de santé et les professionnels qui y exercent", disent-ils.

"Protégeons hôpital. Protégeons les patients. Protégeons les soignants. Protégeons les plus vulnérables d’entre nous. Protégeons-nous les uns les autres", plaident encore ADMD, AFH, Aider à Aider, Alliance du cœur, ANDAR, ELLyE, Fédération Caire, FFAAIR, les Séropotes, Patients en réseau, Renaloo et RoseUp.

Interrogé sur le sujet début décembre, le ministre de la Santé François Braun a indiqué qu'il rétablira le port du masque obligatoire "en fonction de l'évolution de la situation." Mais la mesure est loin de faire l'unanimité chez les Français

Ariel Guez