BFMTV

L'épidémie de coronavirus est une "affaire grave prise avec sérieux", selon Martine Aubry

Martine Aubry à la mairie de Lille, le 3 août 2018

Martine Aubry à la mairie de Lille, le 3 août 2018 - Philippe HUGUEN / AFP

La maire de Lille a réagi ce mardi matin aux mesures prises par le gouvernement pour gérer l'épidémie de coronavirus en France. Elle a appelé à "ne pas faire peur".

"Je pense que c'est une affaire grave qui a été prise avec sérieux, et tant mieux". Invitée sur LCI, Martine Aubry, la maire de Lille depuis 2001, candidate à un quatrième mandat, a exhorté ce matin à "ne pas faire peur" avec l'épidémie de coronavirus.

"On a un des meilleurs systèmes de santé au monde (...) Il ne faut pas faire peur, on doit avoir confiance en notre système de santé", a poursuivi l'ancienne numéro deux (1997-2000) du gouvernement de gauche plurielle dirigé par Lionel Jospin, où elle avait notamment en charge la santé.

Confiance dans les professionnels de santé

Selon Martine Aubry, il ne faut "pas de peur excessive dans un pays comme la France, on n'est pas l'Italie en termes de système de santé".

"Je n'ai pas très envie de critiquer le gouvernement et le président sur une affaire comme celle-là. Je dis simplement il faut le traiter avec grand sérieux et c'est ce qui a été fait, et moi j'ai confiance dans les professionnels de santé qui sont dans les hôpitaux", a ajouté l'ancienne ministre de l'Emploi et de la Solidarité.

"Le gouvernement demande d'appliquer un certain nombre de normes, nous le faisons strictement et, en même temps, dans les endroits où le virus n'est pas encore, il faut continuer à vivre normalement, sans inquiétude particulière", a-t-elle encore déclaré, "sachant que ceux qui sont touchés, pour 80% c'est une rhinite estivale, nous disent les médecins".

"Ne pas faire peur"

Selon elle, "il faut prendre au sérieux" pas seulement "ceux qui sont âgés" mais tous ceux "qui sont âgés et malades ou déjà avec une maladie chronique ou des personnes qui auraient une maladie chronique très avancée".

"'Faire peur' c'est expliquer par exemple qu'on ne peut plus du tout rendre visite aux personne âgées. Quand on est ici et qu'il n'y a pas un seul cas, non, je ne vois pas pourquoi on dit ça", a-t-elle jugé.

Quant aux élections municipales, "toutes les dispositions sont prises" dans les bureaux de vote.

dossier :

Martine Aubry

B.R. avec AFP