BFMTV

Ile-de-France Mobilités a acheté un masque en tissu pour chaque abonné Navigo, annonce Pécresse

Valérie Pécresse à Paris le 30 janvier 2018

Valérie Pécresse à Paris le 30 janvier 2018 - ERIC PIERMONT / AFP

Invitée ce lundi sur LCI, la présidente de la région Ile-de-France s'est de nouveau dite favorable à une verbalisation des usagers des transports en commun en cas de non-port du masque.

Alors que la date du début du déconfinement se rapproche, l'inquiétude grandit parmi les usagers des transports en commun d'Ile-de-France qui vont devoir retourner travailler en utilisant les métros, tramways, bus ou RER. Avant l'épidémie de coronavirus, ils étaient cinq millions de voyageurs à se déplacer ainsi chaque jour.

Invitée ce lundi sur LCI, la présidente d'Ile-de-France Valérie Pécresse a assuré que la région et Île-de-France Mobilités avaient pris des mesures pour limiter les risques de transmission du Covid-19 dans les transports franciliens à partir du 11 mai.

"Nous avons dit que la région était prête à équiper les voyageurs. Ce que je souhaite c’est que ça se fasse en amont du 11 mai (...) Île-de-France Mobilités a acheté un masque tissu par abonné Navigo", a assuré Valérie Pécresse. "Au-delà de ça, il faudra distribuer des masques papier pour les voyageurs qui en auraient besoin", a-t-elle ajouté.

Il y a une responsabilité des employeurs

La question de la distribution de ces masques de protection n'est cependant pas tranchée, selon la présidente de la région, qui a expliqué que "les modalités sont à voir avec l’Etat et les opérateurs de transports". Valérie Pécresse précise qu'il faudra également pouvoir "vendre des masques dans les distributeurs de la RATP et de la SNCF", mais que les employeurs devront eux aussi participer à la distribution de masques.

"Il y a une responsabilité des employeurs. Ils doivent évidemment prendre le relais. C’est pour ça que la région a mis en place une centrale d’achat de manière à ce que les entreprises puissent s’approvisionner en masques et approvisionner leurs salariés, y compris pour leur temps de transports", a-t-elle déclaré.

La présidente de la région Ile-de-France s'est par ailleurs de nouveau dite favorable à l'obligation du port du masque dans les transports en commun ainsi qu'à une verbalisation des personnes qui n'en porteraient pas. "Mais qui dit verbalisation dit d’abord donner les masques à tout le monde", a précisé Valérie Pécresse. Mais pour limiter au maximum les risques de transmission du coronavirus, la politique a réitéré son appel à "continuer le télé-travail au maximum".

Juliette Mitoyen