BFMTV

Grippe: tout ce qu'il faut savoir sur le lancement de la campagne de vaccination

Un pharmacien vaccinant un patient contre la grippe en octobre 2020 à Paris

Un pharmacien vaccinant un patient contre la grippe en octobre 2020 à Paris - Ludovic MARIN / AFP

La campagne de vaccination contre la grippe a déjà commencé lundi dans les EHPAD mais s'étend au reste de la population à risque dès ce vendredi, alors que l'épidémie de Covid-19 est toujours présente.

La campagne de vaccination contre la grippe en France a été avancée de quatre jours et est lancée ce vendredi, dans un contexte particulièrement incertain car toujours marqué par l'épidémie de Covid-19. Les premières doses ont toutefois pu être injectées dès ce lundi dans les EHPAD.

"Parce que tout est prêt pour la campagne de vaccination contre la grippe, nous avançons son lancement", a annoncé lundi soir sur Twitter le ministre de la Santé, Olivier Véran.

Après une quasi absence d'épidémie de grippe l'hiver dernier, en raison notamment des gestes barrières, la levée des restrictions "et la moins bonne application des mesures barrières vont permettre à nouveau la circulation du virus de la grippe dans les mois à venir", avait alerté le Conseil Scientifique début octobre. Et "l’intensité de l’épidémie de grippe dépendra principalement du niveau de vaccination antigrippale".

· Qui peut se faire vacciner?

La grippe est une infection respiratoire "qui peut entraîner chez les personnes à risque des complications graves, telles qu’une pneumonie ou l’aggravation d’une maladie chronique déjà existante", explique le ministère de la Santé. Elle touche habituellement de 2 à 8 millions de personnes chaque année "avec un excès de mortalité attribuable à la grippe de 10.000 à 15.000 décès, principalement chez les sujets fragiles", souligne l'Institut Pasteur.

En ce sens, ce sont les personnes les plus à risque face au virus qui sont prioritaires pour être vaccinées: celles âgées de 65 ans et plus, de moins de 65 ans souffrant de certaines maladies chroniques, les femmes enceintes, les personnes souffrant d’obésité, mais aussi "l’entourage des nourrissons de moins de 6 mois à risque de complication grave de la grippe et des personnes immunodéprimées", détaille le site de l'Assurance Maladie.

Les professionnels de santé et les professionnels des établissements médico-sociaux au contact des patients à risque peuvent également se faire vacciner, "car ils peuvent contribuer à propager l’infection" ainsi que les aides à domicile des particuliers "employeurs vulnérables".

En tout, cette vaccination concerne 18 millions de Français, qui sont d'ailleurs aussi éligibles pour une dose de rappel de vaccin contre le Covid-19. L'objectif du gouvernement est d'en vacciner 75%, ce qui n'a jusque-là jamais été atteint. Lors de l'épidémie 2019-2020, la couverture vaccinale était de 47,8%, l'hiver dernier elle était de plus de 55%, selon les données de Santé Publique France.

· Quels vaccins?

Cette année, trois vaccins antigrippaux seront à disposition du public: le Vaxigrip Tetra, le Influvac Tetra et le Efluelda. II s'agit de vaccins inactivés composés de 4 souches de virus.

Le vaccin Elfuelda "a une recommandation uniquement pour la population âgée de 65 ans et plus", explique sur BFMTV Marie-Cécile Levant, responsable médicale grippe pour Sanofi Pasteur France. "Il contient une dose d'antigène supérieure pour permettre aux séniors de mieux répondre, de stimuler un peu plus leur système immunitaire pour avoir une efficacité meilleure vis-à-vis de la grippe et de ses complications".

Le ministre de la Santé a promis 10 millions de doses dès l'ouverture de la campagne, contre 4 millions l'année dernière.

· Où se faire vacciner?

Si vous faites partie du public prioritaire pour la vaccination contre la grippe, "vous recevez de votre caisse une invitation et un bon de prise en charge afin de retirer gratuitement le vaccin chez le pharmacien sur présentation du bon de prise en charge, et vous faire vacciner par le professionnel de votre choix", explique le site Service Public.

Si vous n'avez pas reçu de message mais que vous faites partie du public éligible à la vaccination, il est nécessaire d'en parler à un professionnel de santé qui pourra vous délivrer un bon de prise en charge.

Les médecins, infirmiers, sages-femmes et pharmaciens peuvent ensuite vous vacciner. "Le plus simple pour tout le monde c'est de se rendre chez son professionnel de santé, quel qu'il soit, pour dire 'je veux les deux vaccins'", a expliqué jeudi le Directeur Général de la Santé Jérôme Salomon lors d'un point presse.

· Et avec le vaccin contre le Covid-19?

Sur ce sujet, il y a des changements. Il a dans un premier temps été question de pouvoir, soit faire les deux vaccins (grippe et rappel de Covid-19) en même temps, soit 15 jours plus tard. Mais désormais, "il n’y a pas de délai minimal à respecter entre une vaccination contre la grippe et une vaccination contre le Covid-19", écrit l'Assurance Maladie. Il est également demandé, lorsque les deux doses sont injectées en même temps, d'en faire une dans chaque bras.

"C'est quelque chose qui a été validé par la Haute Autorité de Santé, on a un certain nombre de retours qui disent qu'il n'y a pas de conflit entre ces deux vaccins, au contraire peut-être même que l'on gagne du temps" en faisant les deux en même temps, déclare le virologue Bruno Lina sur BFMTV. Pour lui, "avoir un parcours de vaccination qui combine à la fois le rappel vaccinal pour le coronavirus et la vaccination contre la grippe est une opportunité qu'il faut saisir".

· Pourquoi se vacciner contre la grippe?

Le vaccin est, à ce jour, le seul traitement connu contre la grippe. "En dehors des mesures d’hygiène la vaccination annuelle contre la grippe reste le moyen le plus efficace de se protéger. Il permet de réduire les formes graves", explique l'Institut Pasteur.

Dans le contexte actuel de l'épidémie de Covid-19, il est également question, avec cette vaccination, d'éviter une surcharge des hôpitaux. Le taux d'incidence pour ce coronavirus est actuellement en train d'augmenter, ce qui fait craindre l'arrivée d'une nouvelle vague cet hiver. Or, "une épidémie de grippe concomitante à l’épidémie de Covid-19 pourrait augmenter la pression sur le système de santé", écrit le conseil scientifique.

D'autant qu'étant donné le peu de cas recensés l'année dernière, peu de personnes ont été immunisées, et les médecins s'attendent à davantage de malades de la grippe cet hiver.

Selon le dernier bulletin de Santé Publique France, pour le moment, seulement des "cas sporadiques de grippe" ont été détectés. Seul le département de Mayotte est en phase pré-épidémique. La suite de l'épidémie dépendra de l'efficaicté du vaccin - qu'il est difficile de connaître pour le moment - ainsi que du nombre de personnes qui choisiront de le faire, mais aussi du respect des gestes barrières, qui ont permis, l'année dernière, d'éviter l'épidémie.

Salomé Vincendon
Salomé Vincendon Journaliste BFMTV