BFMTV

Grippe: près de 3000 morts jusqu'à début janvier

Image d'illustration

Image d'illustration - JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

La grippe a été moins meurtrière qu'il y a un an, mais le bilan est de près de 3000 décès jusqu'à début janvier.

L'épidémie saisonnière de grippe en France a causé un excès de mortalité de près de 3000 décès jusqu'à début janvier, soit moins qu'il y a un an, a indiqué mercredi Santé publique France.

L'agence sanitaire a fait état dans un communiqué d'un "excès de mortalité toutes causes et tous âges confondus estimés à 4800 décès dont 2850 attribuables à la grippe" entre le 4 décembre et le 7 janvier.

L'épidémie, moins meurtrière qu'en 2016

L'épidémie devrait avoir moins tué qu'en 2016-2017. L'hiver dernier, le bilan final avait été d'une surmortalité de 21.200 décès, dont 14.400 attribuables à la grippe.

"Au vu des chiffres provisoires d'excès de mortalité toutes causes et de décès attribuables à la grippe observés à ce stade de l'épidémie, l'excès de mortalité observé lors de cette saison devrait être inférieur à celui de la saison précédente", a estimé Santé publique France. Le bilan doit être tiré à la fin de l'hiver.

90% des décès concernent les personnes âgées

Près de 90% des décès concernent des personnes âgées de 65 et plus. L'épidémie recule en cette fin janvier. La France reste parmi les 15 pays européens où elle est "modérée". Dans cinq autres (Espagne, Italie, Irlande, Luxembourg et Malte), elle est d'intensité élevée.

La meilleure prévention contre la maladie est la vaccination, jugée insuffisante par le gouvernement.

S.Z avec AFP