BFMTV
en direct

EN DIRECT - Charente-Maritime: le masque de nouveau obligatoire en extérieur dans 45 communes touristiques

EN DIRECT - Charente-Maritime: le masque de nouveau obligatoire en extérieur dans 45 communes touristiques

Des passants portant des masques en raison de la pandémie de coronavirus

Après avoir reçu l'avis du Conseil d'État, le Conseil des ministres doit adopter ce lundi en fin de journée le projet de loi comportant les nouvelles mesures destinées à lutter contre le virus, dont la vaccination obligatoire pour les soignants et l'extension du pass sanitaire.

Charente-Maritime: retour du masque obligatoire en extérieur dans 45 communes touristiques

Le port du masque en extérieur redevient obligatoire ce mardi en Charente-Maritime dans 45 communes touristiques comme à l'Île de Ré, l'Île d'Oléron, Royan ou encore La Rochelle, alors que le département est confronté à une "évolution rapide et inquiétante" de l'épidémie de Covid-19, a annoncé la préfecture dans un communiqué.

"La dégradation de la situation s'explique essentiellement par le brassage des populations en pleine saison estivale, par le relâchement du respect des gestes barrières et par la propagation très rapide du variant Delta", précise le communiqué préfectoral.

En Charente-Maritime, le taux d'incidence a atteint mardi 145,4 cas pour 100.000 habitants, loin du seuil d'alerté fixe à 50.

"Nous ne cèderons pas à la dictature des slogans outranciers, des raccourcis honteux", assure Gabriel Attal

"Avec le vaccin, nous pouvons reprendre la main sur le virus, nous ne cèderons pas à la dictature des images choquantes, des slogans outranciers, des raccourcis honteux", a déclaré le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, en référence aux manifestations contre le pass sanitaire, dont certains participants arboraient des étoiles jaunes en signe de protestation.

Il a rappelé que "la grande majorité des Français s'est déjà fait vacciner ou a pris rendez-vous".

Pass sanitaire: le gouvernement prévoit une "période de rodage" d'environ une semaine

Le gouvernement prévoit une "période de rodage" d'une durée limitée, évoquant "une semaine" ou un peu plus, afin d'"accompagner les professionnels" dans la mise en place du pass sanitaire, a annoncé lundi son porte-parole Gabriel Attal.

"Il n'y a aucune envie de piéger personne", a-t-il assuré à l'issue du Conseil des ministres qui a adopté le projet de loi imposant le pass sanitaire progressivement à partir de mercredi.

Le gouvernement veut maintenir le pass sanitaire dans certains centres commerciaux

Alors que le Conseil d'Etat n'a pas donné son accord pour la mise en place d'un pass sanitaire dans les centres commerciaux, le porte-parole du gouvernement a expliqué ce lundi que le gouvernement voulait le maintenir dans certains endroits.

"Nous avons décidé d'adapter la rédaction de cette mesure dans le projet de loi qui a été adopté", a expliqué Gabriel Attal. Elle sera maintenue dans les établissements "dont la superficie excède un seuil qui sera défini par décret".

D'autre part, il a expliqué que si "à l'échelle du territoire où se trouve le centre commercial, il y a des commerces qui ne sont pas dans le centre commercial mais qui permettent d'acheter des produits de première nécessité alimentaires ou pharmaceutiques, alors le pass sanitaire pourra s'appliquer dans le centre commercial de ce même bassin de vie".

Pass sanitaire: les sanctions moins fortes que prévu pour les premières transgressions

"Il y aura des contrôles et des sanctions" a assuré Gabriel Attal ce lundi, au sujet du pass sanitaire, mais elles seront moins fortes que prévues, du moins pour les premières transgressions.

Ainsi, déroger à la règle du pass sanitaire une fois vaudra une contravention de 5e classe, avec jusqu'à de 1500 euros d'amende pour une personnes physique, 7500 euros pour une personne morale.

"À la troisième réitération, cela passe à un délit qui peut aller jusqu'à 1 an et 9000 euros d'amende pour une personne physique, 1 an et 45.000 euros pour une personne morale", a précisé le porte-parole du gouvernement.

Dans un premier temps, "il était prévu que dès la première infraction constatée cela relève du délit avec une peine pouvant aller jusqu'à 1 an d'emprisonnement et 45.000 euros d'amende".

Gabriel Attal alerte sur "le risque" d'un nouveau variant si le virus circule trop

"Si vous vous faites vacciner, vous permettez de limiter la transmission du virus et la circulation du virus dans notre pays. Or nous savons qu'un virus mute quand il circule largement", explique Gabriel Attal ce lundi. Donc si nous laissons le virus trop circuler dans la population, "il y aurait le risque que demain apparaisse" un nouveau variant.

"La vaccination limite drastiquement le nombre de formes graves", a-t-il également rappelé, soulignant que la "couverture vaccinale n'est pas suffisante", actuellement en France.

Le variant Delta concerne 80% des contaminations en France

Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a déclaré ce lundi que le variant Delta représentaient, selon les derniers criblages, 80% des contaminations en France.

Les contaminations, mais aussi les hospitalisations, sont reparties à la hausse.

Bars et restaurants: pass sanitaire pour les salariés exigible au 30 août

Le pass sanitaire sera sous peu étendu aux activités de loisirs, aux bars et restaurants, aux foires et salons, et à certains centres commerciaux, a rappelé Gabriel Attal.

"Pour les salariés de ces lieux, le pass sera exigible le 30 août, le temps pour ceux qui le souhaitent de se faire vacciner", a-t-il déclaré, rappelant que des sanctions seraient prévues pour ceux qui ne respecteraient pas cette règle.

"Dans un premier temps, une 'période de rodage' va s'appliquer pour l'accompagnement et la mise en place du pass sanitaire", a-t-il précisé.

Le régime de gestion de la sortie de crise prolongé jusqu'à la fin de l'année, annonce Attal

Dans la métropole "nous restons dans le régime de gestion la sortie de crise, en vigueur depuis le 2 juin dernier" a expliqué le porte-parole du gouvernement. Il sera prolongé jusqu'à la fin de l'année.

Pour la Martinique et la Réunion, l'état d'urgence sanitaire "sera également prolongé jusqu'au 30 septembre".

Le taux d'incidence a augmenté "de près de 125% en une semaine"

Le taux d'incidence a augmenté "de près de 125% en une semaine", a annoncé ce lundi le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal. "Une hausse de ce type aussi forte, aussi soudaine, nous n'en avions jamais connu depuis le début de l'épidémie dans notre pays".

"Le nombre de nouveaux cas détectés a doublé en une semaine et depuis plusieurs jours nous avons franchi le seuil des 10.000 cas positifs chaque jour", a-t-il déclaré, ajoutant que ce virus "contamine à la vitesse de l'éclair"

"Nous sommes entrés dans une quatrième vague du virus", lance Gabriel Attal

"Nous sommes entrés dans une quatrième vague du virus", "la dynamique de l'épidémie est extrêmement forte, nous constatons une vague plus rapide, une pente plus raide que toutes les précédentes".

Il a appelé à tout mettre en oeuvre pour qu'elle ne soit pas "plus dévastatrice", assurant que cette vague pouvait monter "très vite très haut".

Le Canada rouvre ses frontières le 7 septembre à tous les voyageurs étrangers vaccinés

Le gouvernement canadien a annoncé lundi la réouverture de ses frontières le 7 septembre à tous les étrangers vaccinés, après les avoir fermées le 18 mars 2020 en raison de la pandémie de coronavirus.

La réouverture de la frontière canado-américaine le 9 août sera suivie de la "réouverture de notre frontière aux voyageurs entièrement vaccinés en provenance de n'importe quel pays à condition qu'ils remplissent les conditions d'entrée prévues", a annoncé Dominic LeBlanc, le ministre des affaires intergouvernementales, lors d'un point presse.

Royaume-Uni: la vaccination bientôt exigée à l'entrée des discothèques

Le gouvernement britannique veut instaurer en septembre un pass sanitaire prouvant une vaccination complète contre le coronavirus pour accéder aux établissements accueillant un public nombreux, comme les discothèques, a annoncé lundi le Premier ministre Boris Johnson. Un test négatif ne sera alors plus suffisant.

"D'ici à la fin du mois de septembre, lorsque que tous les jeunes de plus de 18 ans auront eu la possibilité d'être doublement vaccinés, nous prévoyons de faire de la vaccination complète une condition d'entrée dans les boîtes de nuit et autres lieux accueillant beaucoup de monde", a déclaré le chef du gouvernement conservateur.

Le taux d'incidence a doublé en une semaine

Le taux d'incidence nationale en France a grimpé à 74 pour 100.000 habitants (semaine glissante du 10 au 16 juillet), selon le dernier bilan ce lundi soir. Pour rappel, il était de 37 il y a une semaine, sur la période du 3 au 9 juillet.

Parmi les départements les plus touchés en France métropolitaine, les Pyrénées-Orientales affichent un taux de 345, et la Haute-Corse de 266. En tout, 39 départements sont au-dessus du seuil d'alerte de 50

En moyenne du nombre de cas quotidiens sur 7 jours est de 7150 cas, un chiffre là aussi en augmentation.

Le Conseil d'État valide le principe de l'isolement de 10 jours pour les personnes positives

Le Conseil d'État valide le principe de l'isolement de 10 jours pour les personnes positives au Covid-19, a appris BFMTV de sources concordantes.

Le Conseil d'Etat valide l'extension du pass sanitaire mais "soulève la question des centres commerciaux"

Le Conseil d'État valide l'extension du pass sanitaire "mais soulève la question des centres commerciaux", a appris BFMTV de sources concordantes.

La haute juridiction administrative indique par ailleurs que le montant des amendes en cas de non respect du pass sanitaire "sera revu à la baisse".

Pass sanitaire: les points qui restent à trancher

Le Consei d'État doit rendre son avis ce lundi sur le projet de loi sanitaire que présentera cette semaine le gouvernement au Parlement.

Le texte vise notamment à étendre l'utilisation du pass sanitaire mais aussi les sanctions à prononcer en cas de non-respect de celui-ci. Des sujets sur lesquels l'exécutif et le législatif devront très bientôt trancher.

Forte baisse de l'espérance de vie en Afrique du Sud

L'espérance de vie en Afrique du Sud, pays le plus touché du continent par la pandémie de Covid-19, a chuté de près de quatre ans au cours des 12 derniers mois, a indiqué lundi l'agence de statistiques officielle.

Le pays, qui compte près de 2,3 millions de cas d'infections et 66.859 décès, a connu deux vagues de virus très meurtrières entre juillet 2020 et juin dernier, et traverse actuellement une troisième vague virulente.

Selon l'agence, la forte hausse des décès en 2021, d'environ 34 %, a entraîné une baisse de l'espérance de vie.

"L'espérance de vie à la naissance pour les hommes est passée de 62,4 en 2020 à 59,3 en 2021 (...) et de 68,4 en 2020 à 64,6 pour les femmes".

JO de Tokyo: un joueur tchèque de beach-volley testé positif au Village Olympique

Un joueur tchèque de beach-volley, résident du Village olympique de Tokyo, a été testé positif au Covid-19, a annoncé lundi le comité olympique tchèque (COV) dans un communiqué.

Ondrej Perusic a été testé positif le dimanche 18 juillet, lors des tests quotidiens effectués au sein du village, a précisé le chef de la délégation olympique tchèque Martin Doktor.

"Il n'a absolument aucun symptôme. Nous regardons tout en détail, et en particulier prêtons attention aux mesures anti-transmission au sein de l'équipe", a-t-il ajouté.

Le taux d'incidence dépasse les 200 dans l'Hérault

Selon le préfet de l'Hérault à BFMTV, le taux d'incidence dans le département a dépassé la barre des 200 cas pour 100.000 habitants et grimpe à 201,4.

JO de Tokyo: une gymnaste américaine testée positive au Covid-19

Une gymnaste américaine a été diagnostiquée positive au Covid-19 dans le camp d'entraînement des Américains, et un autre membre de l'équipe a été placé à l'isolement, a annoncé lundi un responsable de la ville d'Inzai, à l'est de Tokyo.

L'identité de la sportive n'a pas été dévoilée mais le responsable a précisé qu'il s'agissait d'une adolescente.

Cette annonce intervient après l'annonce ce week-end de premiers cas au village olympique de Tokyo, où des milliers de sportifs et encadrants vivent en bulle.

Les JO-2020, retardés d'une année en raison de la pandémie, vont officiellement débuter vendredi sous strictes conditions sanitaires pour les participants et à quasi-huis clos pour l'ensemble des épreuves. Ils doivent se terminer le 8 août.

Projet de loi sanitaire: Jean Castex prendra la parole mercredi à l'issue du Conseil de défense

Le Premier ministre Jean Castex s'exprimera mercredi au journal de 13 heures de TF1 à li'ssue du Conseil de défense sanitaire.

Le chef du gouvernement évoquera notamment la situation épidémique alors qu'une trentaine de départements voient leur taux d'incidence dépasser le seuil d'alerte ainsi que le projet de loi sanitaire qui doit être discuté dans la semaine au Parlement.

L'Irlande rejoint tardivement le pass sanitaire européen

L'Irlande a fortement assoupli ce lundi les restrictions contre le Covid-19 imposées aux voyageurs arrivant de l'étranger, rejoignant tardivement le système de certificat sanitaire européen après une cyberattaque ayant visé le système de santé du pays.

Les passagers en provenance des 26 autres pays de l'Union européenne (UE), ainsi que de l'Islande, du Liechtenstein, de la Norvège et de la Suisse ne seront plus soumis à quarantaine, qui pouvait aller jusqu'à deux semaines, s'ils sont totalement vaccinés, guéris du coronavirus ou ont été testés négatifs dans les 72 heures.

Cet allègement s'appliquera aussi au Royaume-Uni voisin.

Une étude montre que le vaccin Pfizer n'augmente pas le risque cardiovasculaire chez les plus de 75 ans

Le vaccin contre le Covid-19 de Pfizer/BioNTech n'augmente pas le risque de problèmes cardiovasculaires graves (infarctus, AVC ou embolie pulmonaire) chez les plus de 75 ans, selon une étude officielle française rendue publique ce lundi.

Les résultats de cette étude "suggèrent, de façon rassurante, que la vaccination" avec Pfizer/BioNTech "ne semble pas être associée à une augmentation du risque d'événements cardiovasculaires graves chez les personnes âgés de 75 ans et plus", que ce soit après la première ou la deuxième injection, concluent ses auteurs.

Ces travaux ont été réalisés dans le cadre du groupement d'intérêt scientifique Epi-Phare, qui associe l'Agence du médicament (ANSM) et l'Assurance maladie (Cnam). Les chercheurs ont pris en compte l'ensemble des cas d'hospitalisation rapportés en France pour des infarctus, des AVC et des embolies pulmonaires entre décembre 2020 et mars 2021 chez les 75 ans et plus, vaccinés et non vaccinés (soit près de 30.000 personnes).

Une mairie du Doubs porte plainte après la coupure d'électricité "ciblée" d'un centre de vaccination

La mairie d'Audincourt (Doubs) a porté plainte ce lundi après la coupure des disjoncteurs d'alimentation électrique qui a touché la veille le centre de vaccination contre le Covid-19 de la commune et son groupe électrogène de secours.

"On s'est rendu compte dimanche qu'il y a eu une panne d'électricité, et que notre générateur, qui permet de prendre le relai en cas de panne, était lui aussi en panne, ce qui a enclenché une alarme", a expliqué à l'AFP Martial Bourquin, le maire d'Audincourt.

"Nos services se sont rendus sur les lieux, il y avait quatre disjoncteurs coupés et le disjoncteur de l'alimentation principale était lui aussi coupé. Il n'y a aucun doute là-dessus, le centre de vaccination était ciblé", a-t-il ajouté, évoquant des "actes inacceptables et inqualifiables".

La coupure d'électricité a duré "entre une heure et une heure et demie". A l'intérieur du centre, "environ 3500 doses" de vaccin Pfizer étaient stockées dans des réfrigérateurs. "Nous avons mis de côté ces doses pour les faire analyser par la pharmacie centrale de l'hôpital, qui nous dira si elles ont été affectées", a indiqué le maire.

Pass sanitaire: les Insoumis veulent saisir le conseil constitutionnel

Dans un communiqué, les députés de La France insoumise disent vouloir saisir le conseil constitutionnel concernant le projet de loi sanitaire. "Comme depuis le début de la crise sanitaire, Emmanuel Macron prend des mesures attentatoires aux libertés", dénoncent les parlementaires. "Le monarque décide seul et compte que sa majorité parlementaire applique sans discuter les ordres présidentiels."

"Il y a six semaines, le président jurait pourtant ne jamais vouloir recourir au pass sanitaire généralisé", poursuivent les députés. "L’unité du peuple de France et la confiance sont essentielles pour la lutte contre l’épidémie. La société de contrôle détruit cette confiance, divise et sera contre-productive."

Il faut au moins 60 députés pour saisir le Conseil constitutionnel. Les parlementaires LFI appellent donc les autres groupes à se joindre à eux "pour atteindre le nombre nécessaire à cette saisine".

Vers le retour de couvre-feux localisés? Pour Clément Beaune, "c'est une possibilité"

L'épidémie de Covid-19 reprend: 37 départements ont désormais dépassé le seuil d'alerte et, en métropole, le taux d'incidence frôle désormais les 300 dans les Pyrénées-Orientales. Risque-t-on de voir des couvre-feux localisés dans les zones les plus touchées par cette résurgence du virus?

"C'est une possibilité, ça n'est pas exclu", a répondu le secrétaire d'État Clément Beaune sur BFMTV-RMC ce lundi.

Durant son allouction de la semaine dernière Emmanuel Macron a évoqué un seuil d'indidence de 200, associé à une hausse de la pression hospitalière, pour mettre en place des "mesures de freinage" localisées.

"C'est adapté en fonction de ce que les préfets estiment nécessaire", explique Clément Beaune. Des mesures de restriction adaptées aux territoires en fonction de la gravité de la situation peuvent être prises. C'est nécessaire en attendant que la vaccination progresse."

Pass sanitaire: pour Bruno Le Maire, 45.000 euros d'amende pour les entreprises récalcitrantes, c'est "excessif"

Invité de France 2, Bruno Le Maire a défendu la mise en place de "règles communes" pour contrer la percée du variant Delta, dont l'extension du pass sanitaire. "Cela n'exclut pas de faire preuve de compréhension et d'intelligence collective", a-t-il affirmé.

Le ministre de l'Économie et des Finances a notamment évoqué la menace d'une amende de 45.000 euros pour les entreprises qui ne contrôlerait pas les pass sanitaires.

"Il faut toujours des sanctions quand il y a des règles, mais elles doivent être proportionnées, mais pas excessives", a-t-il expliqué. "Elles doivent être dissausives, mais il ne s'agit pas de tomber dans l'excès : 45.000 euros ça me semble excessif."

Bruno Le Maire interroge: "Qu'est-ce qu'on veut à la rentrée? Le retour à la normale ou le retour au confinement?"

Bruno Le Maire assure que le gouvernement a "écouté tous les professionnels pour essayer de trouver le bon équilibre" dans la mise en place du pass sanitaire.

"L'objectif, c'est de protéger la santé des Français", a plaidé le ministre de l'Économie et des Finances sur France 2. "Qu'est-ce qu'on veut à la rentrée: le retour à la normale ou le retour au confinement", a-t-il interrogé?

La quasi-totalité des restrictions levée en Angleterre, malgré la flambée des contaminations

La quasi-totalité des restrictions liées à la pandémie de coronavirus est levée en Angleterre ce lundi, rebaptisé "Jour de la liberté", malgré une flambée des contaminations, qui inquiète nombre de scientifiques et de responsables politiques.

Depuis minuit en Angleterre, les salles de spectacle et les stades peuvent rouvrir à pleine capacité, les discothèques de nouveau accueillir du public, le service au bar est de nouveau autorisé dans les pubs et il n'y a plus de limite au nombre de personnes autorisées à se rassembler. Le port du masque n'est plus obligatoire mais recommandé dans les transports et magasins et le télétravail n'est plus la consigne.

Les contaminations continuent de progresser, une trentaine de départements au-delà du seuil d'alerte

Le nombre de nouveaux cas quotidiens du Covid-19 a bondi selon les chiffres publiés ce dimanche par Santé publique France, à un moment où le gouvernement tirait la "sonnette d'alarme" face à cette recrudescence. L'agence sanitaire a fait état de 12.532 cas détectés en 24 heures, le nombre le plus élevé pour un dimanche depuis la mi-mai.

Le seuil d'alerte - fixé à 50 de taux d'indidence - est désormais dépassé dans une trentaine de départements. La situation est plus préoccupante en Martinique (483), dans les Pyrénées-Orientales (près de 300), et en Haute-Corse (près de 250).

La pression sur l'hôpital reste cependant modérée. Au total, 6.936 personnes sont hospitalisées en France pour cause de Covid-19, soit 14 de plus que la veille, où ce chiffre était tombé à son plus bas depuis octobre.

La tendance est identique dans les services de soins critiques, qui traitent les cas les plus graves: ils accueillent 891 patients, soit un de plus que la veille, où cette statistique était au plus bas depuis septembre.

Olivier Véran dément tout changement de calendrier pour le pass sanitaire

Le ministre de la Santé dément tout changement de cap. Olivier Véran a répondu au Parisien, qui affirmait que l'exécutif envisageait "un report au 15 septembre de la date d'entrée en vigueur du pass sanitaire", "afin de permettre aux professionnels de s'organiser".

Ce "n'est clairement pas à l'étude", a-t-il rétorqué. "Les dates sont connues: 21 juillet (décret), début août (loi) et 30 août (12/17 et salariés des établissements utilisant le pass)", a-t-il détaillé sur son compte Twitter.

Vaccination, pass sanitaire... Le nouveau projet de loi anti-Covid au Conseil des ministres ce lundi

Bonjour à tous et bienvenue dans ce nouveau direct consacré à l'évolution de l'épidémie de Covid-19. Après avoir reçu l'avis du Conseil d'État, le Conseil des ministres doit adopter ce lundi en fin de journée le projet de loi comportant les nouvelles mesures destinées à lutter contre le virus, dont la vaccination obligatoire pour les soignants et l'extension du pass sanitaire.

Le texte sera discuté dans la semaine au Parlement tandis que la colère des anti-pass sanitaire monte, comme ils l'ont manifesté samedi, et que les mauvais chiffres sanitaires se multiplient.

Le projet de loi doit être présenté mardi en fin de journée en commission à l'Assemblée nationale, avant l'hémicycle le lendemain. Ce sera jeudi au tour du Sénat, dominé par la droite, en vue d'une adoption définitive d'ici la fin de la semaine, au bout de la session extraordinaire de juillet.

Députés et sénateurs pourraient assez rapidement tomber d'accord sur ce texte qui fait l'objet sur ses principes d'une assez large approbation, hormis La France insoumise et le Rassemblement national.

BFMTV avec Brightcove