BFMTV
en direct

Covid-19: Paris pourrait vacciner "30 à 40%" de sa population "dès janvier"

Une personne se fait vacciner contre la grippe en 2017 à Ajaccio (illustration)

Une personne se fait vacciner contre la grippe en 2017 à Ajaccio (illustration) - PASCAL POCHARD-CASABIANCA © 2019 AFP

La pandémie de coronavirus continue de faire des ravages à travers le monde, tandis que tous les yeux sont plus que jamais tournés vers la recherche médicale.

C'est la fin de ce live

Ce live est désormais terminé, merci de nous avoir suivi sur BFMTV

Le professeur Raoult porte plainte pour diffamation contre un homologue du CHU de Grenoble

Le professeur Didier Raoult a porté plainte pour diffamation contre Jean-Paul Stahl, professeur de maladies infectieuses au CHU de Grenoble, après que celui-ci l'a notamment accusé de proférer des "fadaises" et d'avoir "bidonné" son étude sur l'hydroxychloroquine, a-t-on appris auprès de son avocat vendredi.

M. Stahl est l'ancien président de la Société de pathologie infectieuse de langue française (SPILF), une société savante à l'origine d'une plainte contre le professeur Raoult devant le conseil de l'ordre des médecins, a souligné Me Grazzini, l'un des avocats du professeur Raoult.

La SPILF reproche plusieurs entorses déontologiques au directeur de l'IHU Méditerranée Infection liées à sa promotion de l'hydroxychloroquine dans le cadre du traitement des malades du Covid-19.

Dans le cadre de ce dossier M. Raoult va comparaître devant la chambre disciplinaire du Conseil de l'ordre en Provence-Alpes-Côte d'Azur, à une date pour l'instant non précisée.

La nicotine, protectrice contre le Covid-19? Une étude lancée pour le savoir

Porter un patch de nicotine peut-il empêcher d'attraper le Covid-19? Pour tenter de le savoir, l'AP-HP (Hôpitaux de Paris) va lancer une étude nationale portant sur plus de 1600 personnes. Certaines de ces personnes porteront des patchs de nicotine pendant 4 à 5 mois et d'autres des patchs de placebo, pour comparer et vérifier si la nicotine a un effet préventif contre le Covid-19.

A l'appui de cette hypothèse, l'AP-HP souligne que "les données épidémiologiques françaises montrent un taux de fumeurs actifs significativement plus faible dans la population Covid-19 que dans la population générale".

"Ces données ont été aussi confirmées et renforcées par différentes études dont une étude montrant que l'utilisation de substituts nicotiniques chez les fumeurs est associée à une baisse significative du risque d'hospitalisation pour Covid-19", poursuit-elle. Mais ce n'est surtout pas une raison pour fumer des cigarettes en espérant être protégé du Covid, souligne l'AP-HP: "Le tabac tue beaucoup plus qu'il ne protège".

Les publics prioritaires pourront être vaccinés dans "les premiers mois de 2021" (

Une fois les premiers vaccins contre le Covid-19 disponibles en France, les publics prioritaires pourront être vaccinés "dans les premiers mois de 2021", a estimé ce vendredi une responsable de la Haute autorité de santé (HAS), disant "ne pas craindre une pénurie".

Cette commission technique des vaccinations (CTV) prévoit de publier "vers le 30 novembre" ses recommandations finales sur les publics à vacciner en priorité puis, "probablement vers la mi-décembre", son avis définitif sur l'organisation de la campagne vaccinale, actuellement en cours de consultation publique.

"On n'en est pas à dire qui on va vacciner en priorité, parce que le travail est en cours. Mais (...) il y a quand même un consensus pour dire" que ce sera "les professionnels de santé et du médico-social au contact direct des malades et ceux les plus à risque de forme grave de la maladie", a rappelé Daniel Floret, vice-président de la CTV.

Des études de modélisation mathématique encore en cours, en partenariat avec l'Institut Pasteur, l'Inserm et l'Ecole des hautes études en santé publique (EHESP), vont permettre d'affiner la définition de ce public prioritaire.

Le Canada pourrait passer la barre des 20.000 nouveaux cas quotidiens d'ici fin 2020

En cas de nouveau relâchement, le pays, qui compte 38 millions d'habitants, pourrait connaître jusqu'à 60.000 nouveaux cas chaque jour dans le pire des scénarios, a annoncé la responsable de l'Agence de santé publique du Canada, Theresa Tam, lors d'une conférence de presse.

"Sans une réduction suffisante du nombre de contacts, nous nous attendons à 20.000 cas diagnostiqués par jour d'ici la fin décembre, suivis d'une augmentation des hospitalisations et des décès", a déclaré le Dr Howard Njoo, son adjoint. Le pays compte ce vendredi 317.000 cas et 11.273 morts depuis le début de la pandémie, selon les médias locaux. En outre, près de 4800 cas et 65 décès ont été recensés en moyenne au cours des sept derniers jours, des chiffres en nette augmentation.

En Isère et Haute-Savoie, appel à volontaires pour renforcer des Ehpad

Alors que les Ehpad subissent frontalement la deuxième vague de l'épidémie de Covid-19, les départements de l'Isère et de Haute-Savoie ont chacun lancé des appels à volontaires pour venir renforcer des personnels épuisés ou en arrêt.

En Isère, 906 personnels étaient absents ce vendredi dans les 101 établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) et 63 en résidences autonomie. Les Ehpad sont les plus touchés, "cela représente 20% de leurs personnels, dans des structures déjà en tension", a affirmé le président Jean-Pierre Barbier en conférence de presse.

Ces volontaires seront rémunérés "selon la grille salariale" des établissements. "Tout le monde peut venir et des formations courtes seront dispensées pour acquérir un savoir-faire et un savoir-être avec les personnes âgées".

La Haute-Savoie a lancé la semaine dernière un appel similaire pour "renforcer temporairement" les effectifs dans ses 66 Ehpad (5285 places au total et environ 4200 personnels).

Paris pourrait vacciner "30 à 40%" de la population "dès janvier"

La mairie de Paris se tient prête à vacciner 30 à 40% de la population parisienne contre le Covid-19 à partir de janvier, en ciblant "les plus de 65 ans et les plus fragiles", a annoncé ce vendredi l'adjointe à la Santé Anne Souyris.

Suivra "une deuxième phase de vaccination" pour le reste des plus de deux millions de Parisiens, qui "se ferait en médecine de ville", a ajouté Anne Souyris lors d'une visioconférence avec la maire (PS) de Paris, Anne Hidalgo, les maires d'arrondissement et le professeur Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, à laquelle l'AFP a pu participer.

Campagne massive de tests ce week-end dans le Sud-Tyrol, au nord de l'italie

Le Sud-Tyrol, une région autonome de l'extrême nord de l'Italie à la frontière avec l'Autriche, a entamé ce vendredi une campagne massive de dépistage du Covid-19 qui durera jusqu'à dimanche, dans le but de tester 70% de sa population sur une base volontaire.

Selon les autorités de cette région, les taux d'infection par le coronavirus ont "atteint de telles proportions" qu'il est devenu crucial de tester 350.000 personnes pour isoler les vecteurs de contamination.

Le Sud-Tyrol est actuellement classé en "zone rouge", soit à haut risque selon le système de classification à trois couleurs instauré par l'Italie (jaune-orange-rouge).

L'ensemble des entreprises françaises du commerce et de l'e-commerce annoncent un report du Black Friday au 4 décembre

La Fédération des entreprises du commerce et de la distribution (FCD), la Fédération des enseignes du commerce associé (FCA), de la Fédération de e-commerce et de la vente à distance (FEVAD, Amazon, Intermarché, E Leclerc, Système U, Casino, carrefour, Auchan, Fnac Darty, Boulanger, Décathlon, Leroy Merlin, Conforama) ont dit oui au report du Black Friday au 4 décembre. C'est ce que souhaitait le ministre de l'Économie Bruno Le Maire. 

Emmanuel Macron s'exprimera mardi à 20h

A quand le déclenchement d'une sortie progressive du deuxième confinement? A quelle date les commerces pourront-ils rouvrir? Le président de la République s'exprimera mardi à 20h sur la situation sanitaire et les hypothèses d'allègement des mesures restrictives mises en place depuis mi-octobre, selon des sources concordantes à BFMTV.

Les contours d'une possible levée des restrictions demeurent encore flous. Seule certitude, répétée par plusieurs membres du gouvernement ces derniers jours: il s'agira d'un confinement "adapté", ou d'une sortie "progressive", plutôt que d'un véritable déconfinement. "Des dispositions de freinage" seront maintenues, a prévenu le Premier ministre, Jean Castex.

La pandémie, une "opportunité" que tente de saisir la droite radicale (étude)

La droite radicale en Europe et aux Etats-unis voit la pandémie comme une "opportunité" à saisir pour attirer de nouveaux militants, issus des mouvances anti-vaccins et conspirationnistes, prévient ce vendredi une étude commandée par le gouvernement allemand.

L'enquête a été réalisée en Allemagne, France, Grande-Bretagne, Etats-Unis, Suède et Finlande par le Counter Extremism Project, un think-tank international réunissant experts et anciens diplomates.

Elle décrit l'émergence dans ces pays depuis 2014 d'une nouvelle droite radicale "sans leader, transnationale, apocalyptique et orientée vers la violence", autour de thèmes tel qu'un supposé "grand remplacement" des populations européennes par des immigrés d'autres continents.

Après la Slovaquie, l'Autriche entame à son tour un dépistage national

L'Autriche a commandé 7 millions de tests antigéniques pour 50 millions d'euros et son armée va mener une campagne massive de dépistage volontaire du coronavirus en vue d'éviter un nouveau confinement, a annoncé ce vendredi la chancellerie.

"Nous voulons permettre aux gens de fêter Noël dans un cercle familial étroit (...); les tests de masse constituent désormais une option efficace de substitution aux confinements pour plusieurs semaines", a dit le chef du gouvernement Sebastian Kurz. Les 8,9 millions de résidents en Autriche, un pays membre de l'Union européenne (UE), auront la possibilité d'effectuer un test au cours de la semaine précédant les fêtes de fin d'année, ainsi qu'au début du mois de janvier.

Les cinémas espèrent rouvrir, soirs compris, en décembre

Les salles de cinéma espèrent obtenir l'autorisation de rouvrir en décembre, mais surtout de pouvoir organiser au moins une séance le soir si un couvre-feu est décrété, a indiqué ce vendredi le responsable de leur fédération. "Si on ne peut pas faire de séance le soir, au moins autour de 20h00, on ne pourra pas rouvrir", a-t-il souligné. Les séances du soir représentent la moitié de l'activité des cinémas, qui ne peuvent espérer être rentables sinon.

Les salles soulignent en tout cas que le protocole sanitaire a été "très bien appliqué" entre les deux confinements, "par les spectateurs et les exploitants". Le masque était obligatoire et un siège sur deux laissé libre.

Les Etats-Unis cumulent le plus grand nombre de nouvelles contaminations cette semaine

Les Etats-Unis sont le pays ayant enregistré le plus grand nombre de nouvelles contaminations cette semaine, avec 167.400 nouveaux cas quotidiens, devant l'Inde (39.200) et l'Italie (34.600). La tendance s'améliore en Inde (-14%), est stable en Italie, mais se détériore nettement aux Etats-Unis (+26%). Suivent le Brésil (28.600, +18%) et la France (26.800, -37%).

Peu de risque de contracter à nouveau le Covid-19 dans les six mois qui suivent, selon une étude

Les personnes atteintes par le nouveau coronavirus sont très peu susceptibles de contracter de nouveau la maladie les six mois suivant, relève une étude de l'université britannique d'Oxford et des hôpitaux universitaires d'Oxford présentée vendredi.

Leurs recherches, qui n'ont pas encore été évaluées par les pairs, se fondent sur une étude menée entre avril et novembre 2020 auprès de 12.180 soignants employés dans les hôpitaux universitaires d'Oxford. Les soignants ont été régulièrement testés pour déterminer s'ils avaient des anticorps et s'ils avaient le Covid-19.

"Cette étude toujours en cours impliquant une large cohorte de soignants a montré qu'une infection par le Covid-19 offre une protection contre une réinfection pour la plupart des gens pendant au moins six mois", a déclaré dans un communiqué l'un des auteurs.

"Les niveaux d'anticorps diminuent avec le temps, mais cette dernière étude montre qu'il existe une certaine immunité chez ceux qui ont été infectés", a-t-il dit. Une autre étude britannique, réalisée par l'Imperial College de Londres et l'institut Ipsos Mori et publiée le mois dernier montrait que l'immunité acquise par les personnes guéries du nouveau coronavirus diminuait "assez rapidement", en particulier chez les malades asymptomatiques, et ne pourrait durer que quelques mois.

Pfizer et BioNTech déposeront vendredi une demande d'autorisation pour leur vaccin aux Etats-Unis

Le groupe pharmaceutique américain Pfizer et la société allemande BioNTech ont confirmé vendredi qu'ils déposeraient vendredi auprès de l'Agence américaine des médicaments (FDA) une demande d'autorisation de mise sur le marché pour leur vaccin contre le Covid-19, devenant les premiers fabricants à le faire aux États-Unis.

L'annonce était attendue depuis plusieurs jours, après la publication des résultats de l'essai clinique mené depuis juillet sur 44.000 volontaires dans de multiples pays, et selon lesquels le vaccin serait efficace à 95% pour prévenir le Covid-19 sans effets secondaires graves. La FDA n'a pas dit combien de temps il lui faudrait pour examiner les données, mais le gouvernement américain table sur un feu vert dans la première quinzaine de décembre.

Une partie "très substantielle" des Espagnols vaccinés d'ici à mi-2021, annonce Sanchez

Une partie "très substantielle" de la population espagnole aura été vaccinée contre le Covid-19 d'ici à mi-2021, a annoncé ce vendredi le chef du gouvernement Pedro Sanchez.

"Nos prévisions sont que, dans tous les scénarios raisonnables, une partie très substantielle de la population espagnole pourra être vaccinée, avec toutes les garanties, au cours du premier semestre" de l'année prochaine, a-t-il déclaré.

Il a ajouté que le plan de vaccination serait présenté mardi en Conseil des ministres et que l'Espagne serait "le premier pays de l'UE, avec l'Allemagne, à avoir un plan complet de vaccination".

L'Irlande du Nord et une partie de l'Ecosse durcissent les restrictions anti-Covid

Plus de 2 millions d'Ecossais s'apprêtent à vivre dès vendredi soir sous le plus haut niveau de restrictions contre le nouveau coronavirus, alors que l'Irlande du Nord a décidé de son côté d'introduire un nouveau confinement de deux semaines.

En Ecosse, à partir de 18 heures dans 11 zones dont la ville de Glasgow, les pubs et restaurants garderont portes closes jusqu'au 11 décembre, comme les commerces non essentiels et les coiffeurs. Les écoles resteront en revanche ouvertes.

Ces mesures concernent plus de 2 millions de personnes sur une population de 5,5 millions d'habitants.

En Irlande du Nord, le gouvernement local a décidé jeudi soir d'imposer deux semaines de confinement supplémentaires du 27 novembre au 11 décembre.

Une information judiciaire ouverte après un décès dans un Ehpad à Clamart

Une information judiciaire a été ouverte contre X après le décès d'une pensionnaire atteinte du Covid-19 dans un Ehpad des Hauts-de-Seine appartenant au groupe Korian, a appris ce vendredi l'Agence France-Presse auprès du parquet de Nanterre.

L'information judiciaire ouverte en novembre 2020 concerne la maison de retraite Bel-Air à Clamart.

Deux plaignantes ont dit avoir constaté "une détérioration des conditions de prise en charge des soins" au sein de l'établissement à compter de janvier 2020.

Selon leurs plaintes déposées en avril 2020, les familles ont alerté à de nombreuses reprises sur "l'absence d'utilisation de matériels de protection, tels que des gants et des masques, et le défaut de respect des gestes barrières".

"Nous sommes sur la bonne voie", assure Jean Castex

À Crozon, le Premier ministre Jean Castex trouve "normal" d'être interpellé par les tenants des petits commerces "affectés par la situation actuelle". Il confirme que le gouvernement réfléchit à des nouveaux protocoles sanitaires "adaptés", "concertés" avec les professionnels du secteur, "sous l'égide" des ministres Bruno Le Maire et Alain Griset.

"Nous sommes sur la bonne voie" pour rouvrir les petits commerces "autour du 1er décembre", a-t-il expliqué.

Castex confirme que l'exécutif déterminera la semaine prochaine comment "passer à une nouvelle étape"

En déplacement à Crozon dans le Finistère, le Premier ministre a confirmé qu'il y avait "des motifs d'espoir" dans la lutte contre l'épidémie de Covid-19. Il a par ailleurs affirmé que l'exécutif verrait "la semaine prochaine" dans quelle mesure il pourra "passer à une nouvelle étape" à partir du 1er décembre.

Le chef du gouvernement assume d'avoir dû prendre des "mesures difficiles mais nécessaires".

Un nouveau protocole sanitaire envisagé par l'exécutif pour les commerces

Le gouvernement doit encore le faire valider la semaine prochaine par son Conseil scientifique, mais il a déterminé les grandes lignes du nouveau protocole sanitaire envisagé pour les commerces, qu'Emmanuel Macron compte rouvrir, selon les informations de BFM Business, à partir du 28 novembre.

Parmi les mesures du nouveau protocole, il y a la limitation du nombre de client à un par espace de 8m2 pour tous les commerces. Pour les surfaces de plus de 400m2, il y aura une obligation de contrôle à l'entrée. Il y aura également une promotion obligatoire de l'application TousAntiCovid par de l'affichage dans les magasins.

"Si on continue nos efforts, ça permettra de rouvrir autour du 1er décembre", assure Castex

En déplacement à Crozon, dans le Finistère, après avoir visité le CHRU de Brest, le Premier ministre a eu un échange avec une commerçante qui a dû réduire drastiquement son activité et travailler en "drive".

"Si on ouvre plus, ça va multiplier les flux de populations, les gens qui se croisent. D'ailleurs ça produit des effets. Si on continue nos efforts, ça permettra de rouvrir - toujours avec le protocole sanitaire - autour du 1er décembre, le plus vite possible. Le seul objectif c'est de faire baisser l'épidémie", lui a dit Jean Castex.

Face à l'agacement exprimé par les commerçants, le chef du gouvernement s'est voulu à la fois rassurant et réaliste:

"Ça va durer encore cette épidemie. Il faut éviter d'avoir à faire des ouvertures et fermetures, il faut trouver un socle commun. Si chacun s'y met, on va y arriver. Jusqu'à, bien entendu, ce que les vaccins soient déployés."

Ruffin veut faire payer les "profiteurs" de la crise sanitaire

Reprenant une proposition de loi qu'il avait déposée en juin, le député LFI François Ruffin veut taxer ceux qu'il qualifie de "profiteurs" de la crise sanitaire.

"Le premier profiteur de crise, c'est l'industrie pharmaceutique. (...) Le deuxième profiteur de crise, ce sont les assureurs. (...) Troisième profiteur de crise, c'est la grande distribution, notammant par les 'drives'. (...) Quatrième profiteur évidemment, ce sont les grandes plateformes, dont ce Leviathan moderne qu'est Amazon", a-t-il énuméré sur BFMTV.

Des tests antigéniques menés dans des lycées d'Île-de-France dès lundi

Des opérations pilotes de dépistage du Covid-19 avec des tests antigéniques vont être menés dès lundi dans une trentaine de lycées d'Île-de-France, à destination des personnels et des élèves volontaires.

"Ces opérations pilotes débuteront le lundi 23 novembre et se dérouleront sur plusieurs semaines dans une trentaine de lycées répartis sur l'ensemble de la région Île-de-France", annoncent dans un communiqué l'Agence régionale de santé (ARS), la Région académique Ile-de-France et l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (APHP).

Les établissements d'enseignement scolaire "font partie des lieux prioritaires de déploiement des tests, afin de garantir l'effectivité du droit à l'instruction tout en offrant le plus haut niveau de protection aux élèves, aux professeurs et à l'ensemble des personnels", poursuit le communiqué.

À Brest, Castex loue "la grande force de l'hôpital en France"

Jean Castex a loué ce vendredi "la grande force de l'hôpital en France" qui déploie des "trésors d'imagination pour s'organiser" face à l'épidémie du Covid-19 lors d'une visite au CHRU de Brest.

Après s'être rendu dans des hôpitaux à Strasbourg, Saint-Etienne ou encore Lille ces dernières semaines, le Premier ministre est arrivé dans celui de Brest peu avant 9 heures, accompagné du président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand, député du département du Finistère.

Il a rencontré le personnel du service des maladies infectieuses, puis celui des réanimations, où le chef de service lui a notamment présenté un ventilateur inventé lors de cette crise sanitaire.

Le DG d'Amazon France promet "un très beau Black Friday" le 4 décembre

Invité ce vendredi de BFMTV, le directeur général d'Amazon France a déclaré vouloir faire en sorte que les Français fassent "des millions d'euros d'économies" et que les entreprises françaises puissent "travailler" le Black Friday. Respectant le report d'une semaine demandé par le gouvernement, Frédéric Duval promet "un très beau Black Friday" le 4 décembre.

Il a toutefois confirmé que les consommateurs français pourront profiter du Black Friday à la date initiale du 27 novembre sur les plateformes d'autres pays.

L'exécutif, entre autres par la voix de Bruno Le Maire, qui doit avoir un entretien avec Frédéric Duval à Bercy, avait demandé à Amazon de reporter sa date du Black Friday afin de ne pas pénaliser les commerçants en incapacité de rouvrir avant le 1er décembre en raison du confinement.

Attal affirme que l'isolement obligatoire des malades du Covid-19 est "une piste sur la table"

L'isolement obligatoire des malades du Covid-19 est "une piste sur la table" qui doit faire l'objet d'un "débat démocratique", a indiqué sur France Info Gabriel Attal.

"C'est une piste qui existe, qui est sur la table par principe puisque c'est un modèle qu'un certain nombre de pays, et pas uniquement en Asie mais y compris chez nos voisins, ont retenu; ensuite parce qu'il y a aujourd'hui des parlementaires qui font cette proposition", a expliqué le porte-parole du gouvernement.

"Ils disent: dans cette nouvelle étape qui s'ouvre dans la lutte contre l'épidémie, est-ce qu'il ne faudrait pas adapter nos dispositifs et avoir un isolement des cas positifs et des cas contacts avec des contrôles, voire des sanctions s'il n'est pas respecté?", a-t-il précisé.

Le pic de la deuxième vague "sans doute" franchi en France

Selon Santé publique France ce vendredi matin, le pic de la deuxième vague a sans doute été franchi en France. L'agence appelle toutefois à maintenir les "mesures de prévention".

"Même si les indicateurs restent à des niveaux élevés, leur observation suggère que le pic épidémique de la seconde vague a été franchi", a expliqué l'agence sanitaire dans un communiqué accompagnant la publication de son point épidémiologique hebdomadaire.

Sur les vacances de Noël, Attal estime qu'il "vaut mieux attendre la semaine prochaine plutôt que de se précipiter"

Invité de France Info, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a affirmé que, s'agissant des vacances de Noël, il valait mieux "attendre (...) la semaine prochaine plutôt que de se précipiter". Attendre, donc, la prochaine allocution d'Emmanuel Macron, où celui-ci devrait indiquer comment le confinement sera assoupli à partir du 1er décembre.

"On a depuis deux semaines une diminution progressive du rythme de l'épidémie, c'est-à-dire qu'il continue d'y avoir des nouveaux cas chaque jour, mais d'une semaine sur l'autre, ça diminue de l'ordre de 15 à 20%. Mais ça reste à un niveau élevé, (...) qui est celui qui existait au moment où on a mis en place le couvre-feu dans les grandes métropoles et on commençait à s'interroger sur le confinement", a prévenu Gabriel Attal.

"La question qui est posée en ce moment, le travail qui est fait, c'est de savoir si cette amélioration (...) peut nous permettre, autour du 1er décembre, (...) d'avoir une adaptation du confinement, pour permettre à des secteurs économiques de travailler", a-t-il développé.

Gabriel Attal réfute tout "tabou" autour du mot "déconfinement"

Sur France Info, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal réfute tout "tabou" autour du mot "déconfinement", que l'exécutif évite d'évoquer en amont de l'échéance du 1er décembre.

"Je n'ai aucun problème à prononcer le mot 'déconfinement' pour dire qu'on n'y est pas", a insisté Gabriel Attal.

Sans annoncer de date pour la prise de parole prévue d'Emmanuel Macron la semaine prochaine, le porte-parole du gouvernement a affirmé qu'il était "important de dire aux Français qu'ils ne font pas des efforts pour rien". Et que ces efforts allaient devoir continuer pour éviter une reprise grave de la pandémie.

"Notre objectif, c'est que la situation continue à s'améliorer", a-t-il déclaré.

75% des Français jugent que les jeunes seront les plus pénalisés par la crise sanitaire

Dans une enquête Odoxa réalisée pour Le Figaro et France Info, les Français âgés de 15 à 30 ans sont largement majoritaires à juger que leur génération est la plus pénalisée par la crise sanitaire et ses conséquences - ils sont 65% à le penser.

Les Français issus de cette tranche d'âge sont surtout 85% à juger que leur génération "sera plus encore à l'avenir pénalisée par les conséquences économiques de cette crise sanitaire".

Sur cette même question, 75% des Français toutes générations confondues estiment que les jeunes âgés de 15-30 ans seront "à l'avenir" les plus pénalisés par les conséquences économiques de la crise du Covid-19. Par ailleurs, 55% des Français jugent qu'il s'agit de la génération la plus pénalisée "actuellement".

Deux vaccins chinois non homologués déjà inoculés à un million de personnes

Près d'un million de personnes ont déjà bénéficié d'inoculations "d'urgence" de deux vaccins expérimentaux anti-Covid de la firme chinoise Sinopharm, a indiqué la compagnie pharmaceutique, sans toutefois fournir de données cliniques montrant leur efficacité.

La Chine autorise depuis cet été les inoculations de vaccins non encore homologués, pour les besoins jugés urgents - comme les employés et étudiants se rendant à l'étranger, ou encore les travailleurs particulièrement exposés, comme les soignants.

Dans ce cadre, "nos vaccins ont été inoculés à près d'un million de personnes et nous n'avons pas eu de retours faisant état de réactions indésirables graves", a indiqué Liu Jingzhen, le président de Sinopharm, sur le site internet du groupe.

Selon la compagnie, aucune des personnes inoculées avec ses vaccins n'a attrapé le Covid-19, malgré le fait qu'elles se soient rendues "dans plus de 150 pays".

Le Dr Anthony Fauci assure que les vaccins anti-Covid n'ont pas été bâclés

L'immunologue Anthony Fauci, figure scientifique très respectée aux Etats-Unis, a assuré jeudi que les vaccins de Pfizer/BioNTech et Moderna contre le Covid-19, bien que développés en un temps record, n'en restaient pas moins sûrs.

"La rapidité du processus n'a en rien compromis la sécurité, pas plus que l'intégrité scientifique", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse de la cellule de crise de la Maison Blanche sur la pandémie de Covid-19.

"C'est le reflet des avancées scientifiques extraordinaires pour ce type de vaccins, qui nous ont permis de faire en l'espace de quelques mois ce qui prenait auparavant des années", a-t-il développé.

Le Dr Fauci a également voulu rassurer sur l'indépendance du processus de développement et de certification des vaccins, dont le président Donald Trump a régulièrement promis au cours de la campagne l'arrivée avant l'élection présidentielle du 3 novembre.

Plus de 2000 morts et 200.000 cas en 24 heures aux États-Unis

Les États-Unis ont enregistré sur 24 heures entre mercredi et jeudi 2239 décès liés au Covid-19, selon le comptage de référence de l'université Johns Hopkins, actualisé en continu.

Plus de 200.146 nouveaux cas de contamination au nouveau coronavirus ont été recensés dans le même temps dans le pays, le plus touché au monde par la pandémie en valeur absolue.

La barre des 2000 morts quotidiens était régulièrement franchie au printemps, au plus fort de la crise sanitaire aux États-Unis, et ne l'avait plus été depuis des mois.

L'épidémie est actuellement en pleine phase "exponentielle" à travers le pays, ont alerté jeudi les Centres américains de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), demandant aux Américains de ne pas voyager pour les fêtes de Thanksgiving à la fin de la semaine prochaine.

Un haut fonctionnaire du Pentagone positif après une rencontre diplomatique

Un haut fonctionnaire de la défense américaine a été testé positif au Covid-19 jeudi après avoir rencontré la semaine dernière à Washington le ministre lituanien de la Défense, qui a ensuite été également déclaré positif, a annoncé le Pentagone.

Le porte-parole Jonathan Hoffman a déclaré que le Pentagone a été informé jeudi que le ministre lituanien Raimundas Karoblis, qui s'est rendu à Washington le 13 novembre, était infecté par le coronavirus.

Lors de sa visite, Raimundas Karoblis a rencontré le ministre de la Défense par intérim Chris Miller et les secrétaires de l'armée de terre, de la marine et de l'armée de l'air.

Le Mexique atteint les 100.000 morts du Covid-19

Au moins 100.000 personnes ont succombé au Covid-19 au Mexique, où les cas de contamination ont dépassé le million, ont annoncé jeudi les autorités du pays.

"Aujourd'hui au Mexique, 100.000 personnes ont perdu la vie à cause du Covid-19", a dit Hugo Lopez-Gatell, responsable au sein du gouvernement de la stratégie de lutte contre l'épidémie.

Le pays de 129 millions d'habitants compte désormais 100.104 décès pour 1.019.543 cas confirmés depuis que la pandémie a touché le Mexique fin février, a déclaré José Luis Alomia, directeur général de l'épidémiologie du ministère de la Santé.

Les personnels d'Ehpad bientôt soumis à des tests antigéniques

Les personnels des Ehpad vont être soumis à des dépistages hebdomadaires par test antigénique et les visiteurs seront incités à effectuer auparavant un test PCR ou antigénique. C'est ce qu'a recommandé le ministère de la Santé jeudi soir.

"Les semaines qui suivent vont être cruciales. Tout se joue maintenant pour que la deuxième vague ne ressemble pas à la première dans les Ehpad", a souligné la ministre déléguée à l'Autonomie, Brigitte Bourguignon, lors d'un point presse aux côtés d'Olivier Véran, son ministre de tutelle.

"S'agissant des professionnels, nous recommandons d'organiser des dépistages des personnels des Ehpad de manière hebdomadaire à partir de la semaine prochaine", a-t-elle expliqué, car "ces dépistages sont essentiels pour réagir le plus vite possible afin de repérer un éventuel cluster".

L'OMS ne recommande pas l'utilisation du remdesivir

L'Organisation mondiale de la santé recommande de ne pas administrer de remdesivir aux malades du Covid-19 hospitalisés, car ce médicament antiviral n'évite ni des morts ni des formes graves de la maladie, a-t-elle annoncé ce vendredi.

"Le médicament antiviral remdesivir n'est pas conseillé pour les patients admis à l'hôpital pour le Covid-19, quel que soit le degré de gravité de leur maladie, car il n'y a actuellement pas de preuve qu'il améliore la survie ni qu'il permette d'éviter d'être placé sous ventilation artificielle", indique l'OMS dans un communiqué.

Elle s'est prononcée après l'avis de son panel d'experts, dont les conclusions sont publiées dans la revue médicale BMJ.

Ces experts soulignent "la possibilité d'importants effets secondaires" de ce médicament, de même que "son coût relativement important et ses implications logistiques", puisqu'"il doit être administré par intraveineuse".
BFMTV