BFMTV

Des masques pour tous le 11 mai? Paris sera "au rendez-vous", promet Emmanuel Grégoire

Le premier adjoint d'Anne Hidalgo a déclaré que la mairie de Paris serait en mesure de fournir plus de deux millions de masques à ses habitants d'ici le début du déconfinement.

"L’État devra permettre à chaque Français de se procurer un masque grand public" à partir du 11 mai, date envisagée pour le début du déconfinement. C'est la promesse faite par Emmanuel Macron lors de son allocution lundi soir. Le chef de l'État a précisé que cette généralisation du port du masque sur l'ensemble du territoire se ferait "en lien avec les mairies". 

Cette mesure sera-t-elle applicable à Paris et ses deux millions d'habitants? "Oui, et on espère même commencer bien avant" le 11 mai, a déclaré ce mardi sur BFM Paris Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la mairie de Paris.

"Cette annonce nous va très bien, c'est un élément essentiel de la stratégie d'évolution de la gestion du confinement. C'est un prérequis indispensable donc évidemment nous serons au rendez-vous au côté de l'État", a ajouté l'adjoint d'Anne Hidalgo.

"Il faut tendre vers l'obligation" du masque

La maire de Paris avait en effet déjà annoncé, il y a de cela une semaine, qu'une trentaine de petites entreprises de l'économie sociale et solidaire étaient déjà à l'oeuvre ou en train d'être sollicitées pour fabriquer plus de deux millions de masques qui seraient ensuite offerts à tous les Parisiens. Sur le port du masque, la position de la Ville est claire:

"Si on veut notre avis, nous pensons qu'il faut tendre vers l'obligation", a déclaré ce mardi Emmanuel Grégoire. "C'est un élément hyper important, a poursuivi le premier adjoint, donc toute personne qui contreviendrait à cette consigne mettrait en péril sa vie et celle des autres."

Mais c'est cependant "le rôle de l'État de fixer les règles" et de décider ou non d'une obligation du port du masque, a-t-il insisté.

dossier :

Anne Hidalgo

Juliette Mitoyen