BFMTV

Covid et Fêtes: les bons gestes à retenir pour le repas de Noël

Des toasts apéritifs au verre de vin, un infectiologue et un spécialiste de la cuisine imaginent sur BFMTV les situations à risque auxquelles vous pourriez être confronté le soir de Noël.

À quelques jours de Noël, les familles s'apprêtent à se retrouver pour les traditionnels repas de fête, auxquels s'invitent cette année les gestes barrières et les règles de distanciation sociale, en vigueur depuis plusieurs mois maintenant. Mais concrètement, comment se déroulera un repas en famille au temps du Covid-19?

Apéritifs en portions, vin en carafe, fromage prédécoupé... Sur BFMTV, l'infectiologue Christophe Rapp et le rédacteur en chef des revues culinaires 180°C et 12°5 Philippe Toinard, croisent leurs conseils pour un repas de Noël Covid-compatible.

· Désinfecter mains et objets

La désinfection des mains au savon ou au gel hydroalcoolique fait désormais partie des réflexes à avoir régulièrement dans la journée, et à garder le soir de Noël. Si un pot de gel hydroalcoolique sera le bienvenu sur la table, attention à ne pas en déverser dans un plat sans faire attention.

Philippe Toinard rappelle également que "si vous achetez le vin chez votre caviste, pensez juste à nettoyer votre bouteille en rentrant des courses. Vous désinfectez, et vous carafez. Et surtout celui qui sert le vin, c'est celui qui sert le vin pour tout le repas, on ne passe pas la carafe".

Globalement "à table, une seule personne fait le service avec des couverts dédiés, idem pour les boissons", conseille l'Agence Régionale de Santé Nouvelle Aquitaine. Et "c'est pareil pour les cadeaux: une seule personne distribue les paquets". Chacun devra aussi bien identifier son verre pour la soirée.

· Des portions individuelles

Cette année on ne doit pas piocher dans les plats, on ne doit pas partager les couverts", rappelle Christophe Rapp, il faut "privilégier les amuse-gueules individuels ou utiliser des petits canapés avec des piques".

Respecter le mètre de distance ne sert en effet pas à grand chose si c'est pour piocher dans le même bol de cacahuètes que tonton pendant tout le repas. "Regroupez par foyer ou par conjoint les bols apéritifs de façon à ce qu'il n'y ait pas de partage", conseille ainsi l'infectiologue.

En ce sens, Philippe Toinard conseille de partir "plutôt sur des petites volailles", que sur un gros morceau de viande à partager. "Vous gagnez du temps en cuisine, et vous n'aurez pas de restes. En ce moment sur le marché vous avez des petites cailles, que vous pouvez farcir de foie gras, du pigeon, le coquelet, qui est très bien pour deux... Tout ça c'est moins de trente minutes à 180 degrés".

· Prédécouper pain et fromage

"Il y a vraiment cette année un travail de préparation, de dresser les assiettes, de prédécouper et de privilégier les portions individuelles puisque cela évite les contacts", appuie Christophe Rapp. Par exemple, "le pain il faut le précouper en cuisine".

De même pour "le fromage, on va le prédécouper en cuisine de façon à ce qu'il arrive en portions individuelles, ça éviter le partage des couteaux, parce que le virus il n'est pas dans les mets, mais dans les couverts, sur les surfaces".

· Masque et mètre de distance

L'infectiologue rappelle également les mesures plus classiques à adopter le soir du réveillon. "Il faut 1 mètre, 1 mètre 50 entre les convives, et il ne faut pas hésiter à mettre une chaise vide entre deux convives, c'est un moyen assez simple", explique-t-il, ajoutant ensuite que l'on "peut mettre un masque entre les plats, c'est ce qui est recommandé par l'OMS. Cela peut être utile surtout s'il y a des personnes vulnérables".

Le gouvernement français a également rappelé plusieurs fois qu'il était important d'aérer les pièces, et conseille de ne pas se retrouver à plus de six adultes dans une pièce fermée pour manger.

Plusieurs médecins ont aussi conseillé ces dernières semaines de s'isoler avant de retrouver ses proches, et de faire un test de dépistage.

Salomé Vincendon
Salomé Vincendon Journaliste BFMTV