BFMTV

Covid-19: que changerait la nouvelle règle des deux mètres de distance?

La distanciation sociale pourrait passer d'un mètre à deux (photo d'illustration)

La distanciation sociale pourrait passer d'un mètre à deux (photo d'illustration) - JUSTIN TALLIS © 2019 AFP

Pour lutter contre la propagation du Covid-19, le Haut conseil pour la Santé publique recommande notamment que la règle de distanciation sociale soit étendue à 2 mètres.

Les gestes barrières vont-ils encore évoluer dans les prochains jours? Un décret reprenant les recommandations du Haut Conseil pour la santé publique (HCSP) en vue de les intégrer au protocole sanitaire est attendu ce vendredi. Parmi les mesures préconisées par le HCSP: le port de masques de catégorie 1 et le bannissement des masques artisanaux, et l'élargissement de la distanciation sociale, qui passerait d'un mètre à deux en cas de non port du masque.

Cette distance "correspond à la projection des postillons", a expliqué ce vendredi matin sur notre antenne le docteur Alain Ducardonnet, consultant santé de BFMTV.

"Lorsque vous enlevez le masque pour manger ou que vous voulez fumer, il faut avoir ces deux mètres. Quand vous avez le masque, c'est moins important puisqu'on filtre les postillons", a-t-il précisé. Selon le médecin, ce mètre de plus est également un outil "pour prévenir" l'augmentation des cas positifs au Covid-19 "liée aux variants".

Impact sur le contact tracing des personnes infectées

Si la mesure est inscrite au décret, elle aura notamment un impact sur les règles d'identification des cas contacts. Jusqu'à présent, ces derniers sont considérés comme tels après avoir été exposés à moins d'un mètre sans masque d'une personne positive au Covid-19.

"Ça va avoir des conséquences dans la manière dont l'Assurance maladie fait le contact tracing pour identifier les cas-contacts", avec des mesures d'isolement à la clé, a commenté le ministère de la Santé, cité par l'Agence France-Presse.

Selon Matignon, les protocoles de "contact tracing" vont être "renforcés" pour chercher plus de contacts encore que dans une "protection classique". Pour Jean-Michel Pawlotsky, virologue à l'hôpital Henri-Mondor de Créteil (Val-de-Marne), cette augmentation de cas contacts potentiels pourrait entraîner une surcharge de patients à dépister. "Ca peut peut problème, en effet. On peut se retrouver avec un nombre de tests qui augmente", a-t-il expliqué dans les colonnes du Parisien.

"Une garantie supplémentaire"

Autre conséquence possible: l'évolution des protocoles sanitaires déployés dans les entreprises ou les administrations. Si la ligne du gouvernement reste le distanciel et le télétravail, cette nouvelle distance devra être respectée pour les salariés se rendant sur leur lieu de travail.

Interrogé sur la question ce vendredi matin sur France Inter, Arnaud Fontanet, membre du Conseil scientifique, a estimé que, même si l'élargissement de la distanciation sociale donne "une garantie supplémentaire", la priorité doit être donnée "au lavage des mains", "des surfaces", "le port du masque" et "à l’aération des pièces".

Fanny Rocher