BFMTV

Campagne vaccinale: nouvelle patronne à la tête de la "task force" de l'exécutif dédiée à la logistique

Le Premier ministre et le ministre de la Santé le 18 novembre à l'Elysée

Le Premier ministre et le ministre de la Santé le 18 novembre à l'Elysée - Ludovic Marin

Louis-Charles Viossat a été remplacé par Laetitia Buffet à la tête de cet organe dépendant du ministère de la Santé. Elle était directrice adjointe du cabinet de la ministre Brigitte Bourguignon.

"Je ne suis pas du tout un spécialiste de ces questions." Voilà quelques mots, prononcés le 30 décembre sur LCI, qui ont causé quelque tort à Alain Fischer, le "M. Vaccin" nommé par le gouvernement à la tête du Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale. Le professeur d'immunologie était interrogé en l'espèce sur des questions de logistique, essentielles pour le déploiement d'une campagne de vaccination sur le territoire. Essentielles, mais dont Alain Fischer n'a pas la responsabilité, ce qui explique sa réponse sincère mais qui, aux yeux de certains, ressemblait à un aveu coupable.

Abondamment critiquée pour son apparente lenteur, cette campagne ne répond pas moins à une stratégie pensée et définie en amont par l'exécutif, d'abord focalisée sur les résidents et employés d'Ehpad. Le même exécutif accélère sous la pression de l'opinion et de ses oppositions, au point d'amender (à la marge) sa propre stratégie faute d'en avoir dessiné les contours de façon suffisamment claire dès le mois de décembre.

Décalage

Parmi les changements mis en œuvre, il y a le remplacement de la personne dirigeant la "task force" gouvernementale dédiée à cette logistique. Comme l'ont révélé plusieurs médias dont Libération, c'est Laetitia Buffet, directrice de cabinet adjointe de la ministre Brigitte Bourguignon (Autonomie), qui occupe désormais ce rôle.

Ainsi Laetitia Buffet, passée par la Cour des comptes puis le ministère de la Santé, remplace Louis-Charles Viossat. Elle travaillera donc en parallèle d'Alain Fischer, dont L'Opinion a révélé qu'il serait maintenu dans ses fonctions à la tête du Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale. Et ce, malgré le décalage entre son éloge de la lenteur et le coup de pression récemment mis en scène par Emmanuel Macron dans Le Journal du Dimanche. Le 28 décembre sur Europe 1, Alain Fischer jugeait bon que la France "n'aille pas plus vite".

"Il ne faut pas se précipiter, (mais) se donner le temps de faire les choses très bien en termes de sécurité, d'efficacité et d'organisation. Je pense que c'est juste la bonne façon de faire", développait-il.

Invitée lundi de BFMTV-RMC, la présidente du collège de la Haute autorité de Santé, Dominique Le Guludec, a elle-même insisté sur l'intérêt concret d'une diffusion très progressive du vaccin.

Énarque

Côté exécutif, le remplacement de la personne chargée de la "task force" logistique, qui dépend du ministère de la Santé, est l'expression d'une reprise en main politique de la séquence. Nommé en novembre, Louis-Charles Viossat s'est vu reprocher un CV problématique détaillé par Le Monde, notamment son passage dans deux laboratoires pharmaceutiques.

Reste à savoir si l'énarque Laetitia Buffet, qui "a déjà commencé" son travail nous dit-on au ministère de la Santé, sera l'antidote à l'excès de bureaucratie auquel certains attribuent la lenteur du processus vaccinal.

Jules Pecnard Journaliste BFMTV