BFMTV

"Pas à la hauteur des Français": la colère de Macron contre la lenteur de la campagne de vaccination

Le chef de l'État déplore, en privé, les débuts de la stratégie vaccinale en France et un rythme, selon les indiscrétions du JDD, pas "à la hauteur ni du moment ni des Français".

Une lenteur qu'il estime désormais injustifiée. Emmanuel Macron ne cache pas son impatience face au lent début de la campagne de vaccination en France, une stratégie pourtant soutenue par la Haute Autorité de Santé mais qui agace le chef de l'État selon le Journal du Dimanche.

Un rythme qualifié "de promenade en famille", par le président à des proches qui estime cette lenteur pas "à la hauteur ni du moment ni des Français".

"Moi, je fais la guerre le matin, le midi, le soir et la nuit", a déclaré Emmanuel Macron au cours d'échanges téléphoniques, "et j'attends de tous le même engagement. Or, là, ça ne va pas [...] Ça doit changer vite et fort et ça va changer vite et fort".

"La France doit gagner cette guerre"

Le chef de l'Etat veut notamment que l'ensemble des médecins qui le souhaitent puissent se faire vacciner le plus vite possible pour donner l'exemple à leurs patients. Nommant à nouveau cette crise sanitaire de "guerre", le chef de l'Etat estime que la France "peut et doit (la) gagner. Elle la gagnera".

Dans un entretien accordé au Parisien, Gabriel Attal a réaffirmé l'intention pour l'exécutif d'accélérer le rythme de la vaccination en France.

"Dès ce week-end, nous commençons à vacciner des soignants de plus de 50 ans, ce qui était prévu initialement pour février", a assuré le porte-parole du gouvernement. Des vaccinations qui ont débuté dès vendredi dans les établissements d'Île-de-France, notamment.
Hugues Garnier Journaliste BFMTV