BFMTV

Covid-19: avant Noël, un infectiologue recommande de "s'autoconfiner un peu" et de faire un test PCR

Les scientifiques conseillent d'être particulièrement prudent si vous envisagez de rejoindre vos proches pour les vacances de Noël, notamment si des personnes fragiles seront présentes.

Masques, dîners en petits groupes, tests préventifs... Les réunions de familles pour les vacances de Noël devront s'accompagner de beaucoup de prudence cette année, afin d'éviter de propager le Covid-19, et notamment de contaminer les plus âgés, plus fragiles face au coroanvirus.

"Surtout, auto-confinez vous un peu avant les fêtes, ça permettra aussi d'alléger le risque", déclare Gilles Pialoux, chef du service des maladies infectieuses à l'hôpital Tenon (Paris), ce vendredi sur BFMTV.

"Les clusters ce sont aussi des drames familiaux"

"Certains vont avoir envie de stocker du lien social sous prétexte qu'ils ne vont être qu'à six le soir de Noël", explique l'infectiologue. Mauvaise idée: il déconseille fortement de "se faire une petite fête à dix (personnes) trois jours avant" les fêtes.

"Le risque existe évidemment d'un redémarrage de l'épidémie avec les fêtes, avec le brassage des populations, et avec les vacances. Tout dépend du respect des mesures barrières qu'observeront les Français à ce moment là", explique également sur BFMTV le docteur Bruno Mégarbane, chef du service de réanimation à l'hôpital Lariboisière (Paris).

"Il faut faire des tests PCR"

Si Gilles Pialoux valide la recommandation du gouvernement de limiter le nombre d'adultes à six par table, il pense aussi qu'il faut faire des tests PCR aux gens qui vont se réunir". Plusieurs scientifiques ont déjà recommandé à la population de faire un test PCR - plus sûr que le test antigénique - 48h avant les fêtes, afin de rester isolé s'il revenait positif.

Mais même s'il revient négatif, le risque n'est pas nul et les gestes barrières et la distanciation sociale doivent être respectés autant que possible. Il faut, "en-dehors des repas, maintenir les mesures barrières", souligne Gilles Pialoux et notamment "protéger les personnes les plus âgées". Autant de précautions nécessaires pour "protéger les familles d'elles-mêmes" car "les clusters, ce sont aussi des drames familiaux".

Salomé Vincendon
Salomé Vincendon Journaliste BFMTV