BFMTV

Coronavirus: en Bretagne, les rassemblements privés font craindre une résurgence de l'épidémie

Le nombre de cas de contamination a augmenté dans la région, passant de dix cas hebdomadaires en mai à 100 en juillet.

"Entre le 11 mai et le 10 juillet, nous avions de l'ordre de dix nouveaux cas positifs pour toute la région par semaine. Nous en sommes à plus de cent depuis le 10 juillet, c'est une augmentation qui appelle à la vigilance", a indiqué la préfète de la région Bretagne Michèle Kirry, lors d'une conférence de presse à Rennes mardi.

Mais cette augmentation des cas de contamination ne serait pas seulement imputable au tourisme estival, a par ailleurs estimé la représentante de l'État à cette même occasion:

"Ce qu'on peut dire avec certitude, c'est que l'augmentation du nombre de cas positifs n'est pas due à des personnes qui viennent d'en dehors de la Bretagne (...). Ils sont très peu nombreux sur la centaine (de nouveaux cas, NDLR) qu'on a enregistrés toute la semaine. En revanche, (...) ma partie de la réponse qui est 'oui, c'est lié au tourisme', c'est parce que cette période estivale donne lieu à des brassages de population plus importants, et donc à des événements privés."

Relâchement sur les gestes barrières

Les événements familiaux, amicaux, comme les mariages ou encore les fêtes, propices au relâchement quant au respect des gestes barrières, sont donc dans le viseur des autorités sanitaires quant à une éventuelle résurgence de l'épidémie de Covid-19.

"On ne le respecte pas trop, à dix. De toute façon, vu que souvent on mange, déjà on n'a pas le masque, on n'est pas à un mètre de distance", confie une jeune femme à BFMTV.

Toutefois, selon la préfète de Bretagne, la situation n'est pas à ce jour considérée comme alarmante, et Michèle Kirry appelle à la vigilance. Si la conjecture devait se détériorer néanmoins, des mesures plus restrictives pourraient être imposées.

Angy Louatah et Clarisse Martin