BFMTV

Castex estime que le masque "pourrait entrer dans les habitudes", "notamment en période de grippe"

Le Premier ministre Jean Castex prononce un discours devant les députés de l'Assemblée nationale sur le maintien des élections régionales et départementales, le 13 avril 2021

Le Premier ministre Jean Castex prononce un discours devant les députés de l'Assemblée nationale sur le maintien des élections régionales et départementales, le 13 avril 2021 - STEPHANE DE SAKUTIN © 2019 AFP

Obligatoire en de nombreux lieux pour lutter contre la pandémie, le masque pourrait s'installer durablement dans nos habitudes pour lutter contre les virus respiratoires tels que la grippe.

Le masque survivra-t-il au Covid-19? À en croire Jean Castex, interrogé dans Le Parisien ce mardi, son port pourrait demeurer épisodiquement, et ce même si la crise sanitaire liée au coronavirus touchait à sa fin. Depuis la rentrée de septembre 2020, il est obligatoire dans de nombreuses villes comme Paris, ainsi que dans les commerces et au travail.

Un assouplissement "espéré" à la fin de l'été

Si le Premier ministre "espère", à l'instar du ministre de la Santé Olivier Véran, que le masque ne sera plus nécessaire en extérieur à la fin de l'été, il se garde toutefois de prononcer une sentence définitive, et avance l'hypothèse d'une entrée durable de cet outil dans nos habitudes.

"Le port du masque sera sans doute, à l'avenir, un moyen de protection naturel au-delà de la Covid. Évidemment pas de façon permanente, obligatoire, partout et tout le temps, comme aujourd'hui. Mais il pourrait entrer dans les habitudes en Occident, notamment en période de grippe hivernale", émet-il.

Une habitude durable?

Un propos qui fait écho à celui de l'immunologue Anthony Fauci, tenu lors d'une interview accordée dimanche à la chaîne NBC, dont s'est notamment fait l'écho CNBC. Le conseiller médical de la Maison-Blanche note que "les gens se sont habitués au fait que le port du masque (...) diminue les maladies respiratoires".

"Il est donc concevable que durant un an ou deux, ou plus, durant certaines saisons où vous avez des virus respiratoires comme la grippe, les gens puissent choisir de porter un masque pour limiter la propagation de ces maladies", a-t-il estimé.
Clarisse Martin Journaliste BFMTV