BFM Pratique

Octobre rose : les enjeux d’un mois de mobilisation

-

- - -

Comme chaque année, ce mois d’octobre s’est revêtu de rose. Une couleur symbolique, choisie pour sensibiliser sur une maladie qui touche plus de 58 000 Françaises par an, en tant que cancer féminin le plus répandu : le cancer du sein.

La Tour Eiffel qui s’illumine tout en rose, le concert HEROSE donné par Catherine Ringer et Dido devant la Fontaine du Trocadéro, les courses caritatives Odysséa organisées partout en France, les collections capsules qui apparaissent dans les rayons, les hashtags “#JaimeMesSeins” qui fleurissent sur les réseaux sociaux… Derrière de telles initiatives nées dans l’Hexagone (et tout autour du globe) en octobre 2019, un objectif : soutenir la lutte contre le cancer du sein. Pour la 26ème année consécutive, ce mois a en effet fait l’objet d’une vaste campagne en France, cherchant non seulement à mobiliser, que ce soit par le biais de dons qui permettront de soutenir la recherche médicale et d’accompagner les victimes, mais aussi tout simplement à sensibiliser sur ce qui n’est autre que le premier cancer le plus répandu chez la femme.

Comme le rappelle l’Institut Curie, le cancer du sein touche chaque année près de 58 000 Françaises. De fait, et c’est une terrible statistique, une femme sur huit risque de contracter cette maladie. Et alors que l’on a tendance à penser que seules les femmes d’un certain âge sont touchées - le dépistage systématique n’étant d’ailleurs proposé en France qu’à partir de 50 ans - l’établissement parisien spécialisé en cancérologie précise qu’elle fait pas moins de 3 000 jeunes victimes, de moins de 40 ans, chaque année en France. Soit 5% des cas enregistrés. De même que, s’il reste majoritairement la plaie des femmes, 1% des cas de cancers du sein recensés en France concerne des hommes.

Ce sont de tels chiffres qui poussent l’association Le Cancer du Sein, Parlons-En !, à renouveler chaque année sa campagne Octobre Rose. Un mois de mobilisation, né au début des années 1990 outre-Atlantique sous l’impulsion d’Evelyn Lauder, de la marque de cosmétiques Estée Lauder, à l’origine non seulement d’une fondation pour la recherche contre le cancer du sein (Breast Cancer Research Foundation) mais aussi du symbole qui représente encore aujourd’hui le mouvement de sensibilisation : le fameux ruban rose, déclinaison de celui qui matérialise la lutte contre le sida. La couleur de ce ruban rose a par ailleurs été reprise par KitchenAid, pour designer différents robots pâtissiers multifonctions, afin de sensibiliser ses clientes et reverser une partie des bénéfices à l’association.

Le Cancer du Sein, Parlons-en ! est ensuite née en octobre 1994, d’un partenariat caritatif entre le groupe Estée Lauder France et le magazine Marie Claire, pour étendre la campagne à l’Hexagone. C’est ainsi dans le cadre d’Octobre Rose que sont organisés depuis 25 ans divers évènements caritatifs, voués à sensibiliser sur l’importance du dépistage -- une palpation par un professionnel au minimum une fois par an à partir de 30 ans, à laquelle s’ajoute une mammographie à pratiquer au moins tous les deux ans à partir de 50 ans. 

De plus, l’association française a créé en 2003 les Prix Ruban Rose ont vu cette année une vingtaine de médecins et autres chercheurs recevoir plus de 600 000 euros pour encourager leurs travaux dans le domaine. Depuis leur création, ce sont pas moins de trois millions d’euros qui ont ainsi été collectés et reversés afin de soutenir la recherche sur le cancer du sein d’après l’association.

Sources : Institut Curie, Le Cancer du Sein, Parlons-en !, Odyssea

https://curie.fr/page/le-cancer-du-sein
https://www.cancerdusein.org/octobre-rose/octobre-rose
https://www.odyssea.info/course/paris/

La rédaction de BFMTV n'a pas participé à la réalisation de ce contenu.

Jessica Rat