BFM Pratique

Fromages et laitages maison, le naturel a du bon !

-

- - 199838780 : vaaseenaa / Adobe Stock

“Quand c’est fait maison, c’est que c’est bon”. Voici ce qui devrait être un dicton de base dans l’alimentation. Mettre la main à la pâte permet de réaliser des économies, de maîtriser sa consommation. Et c’est souvent plus facile que ce l’on pouvait penser…

Voici des mots que l’on aime lire et entendre à propos des produits que l’on consomme. Les fabriquer soi-même, c’est la promesse de ne pas retrouver dans la liste des ingrédients des choses que l’on s’était promis d’éviter. Concernant les produits laitiers, on retrouve souvent sur les étiquettes de drôles de noms : acide citrique, lipase, chlorure de sodium… Quand on a l’impression de réviser son bac de chimie en lisant les ingrédients contenus, il y a de quoi ne pas être rassuré, et de trouver une motivation naturelle pour passer en mode DIY (Do It Yourself). Après tout, on n’est jamais aussi mieux servi que par soi-même !

Faire son propre fromage peut paraître compliqué sur le papier, alors que dans les faits, l’opération est relativement simple et à la portée de tout le monde. Du lait, du sel, de la présure naturelle, et… c’est tout ! Alors évidemment, il faut pour cela un lait de grande qualité. Privilégier le circuit court, dans la mesure du possible, pour du lait de ferme au top. Ingrédient principal des recettes de fromage maison, c’est le lait qui déterminera la teneur de votre fromage. Il y en aura forcément pour tous les goûts : brebis, vache, chèvre… Et quel luxe de pouvoir élaborer sa propre mozzarella ! Pour relever le goût de son fromage, on peut également y ajouter des épices, et quand on voit le résultat que certains parviennent à obtenir, on a très envie de jouer à l’apprenti-fromager :

Pourquoi ne pas prendre l’expression au pied de la lettre ? Faire son propre beurre est très simple : il suffit de mixer de la crème fraîche (35% de matières grasses minimum) à l’aide d’un mixeur ou d’un robot pâtissier équipé d’un fouet plat à deux branches. En quelques minutes, on observe la séparation du liquide (appelé babeurre) et des grains de beurre. Il faut continuer de mixer tant que cette distinction n’est pas visible. Après avoir évacué le liquide, il n’y a plus qu’à former sa motte de beurre. Que l’on peut agrémenter de fleur de sel selon ses envies. Simple, basique. Voici par exemple un beurre à la truffe 100% fait maison. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le résultat est appétissant :

Source de calcium, un bon yaourt aide à lutter contre les troubles intestinaux comme les ballonnements, douleurs abdominales et autres problèmes de digestion des plus désagréables. Un yaourt fait maison contiendra également moins d’acidité, et beaucoup moins de lactose que dans les yaourts industriels. Et cerise sur le yaourt, il est écologique : finis, les pots en plastique et divers emballages accompagnant les produits que l’on trouve en supermarché. Pour ses propres yaourts, il suffit de ré-utiliser à l’infini les indémodables pots en verre, qui ont l’avantage du look vintage, et surtout de ne pas dénaturer le goût du produit.

Pour réaliser ses propres yaourts, les yaourtières sont très tendance depuis quelques années. Mais il existe d’autres méthodes simples, avec un process exigeant, mais une belle récompense.

Il faut porter 1 litre de lait cru à ébullition dans une casserole passée à l’eau froide (pour éviter que cela colle). La température du lait doit atteindre les 85°C, température à maintenir pendant 15 minutes de cuisson.

Il faut ensuite retirer le lait du feu, et à l’aide de son thermomètre de cuisine, le laisser descendre à environ 60°C. Prochaine étape, ajouter trois cuillères à café de yaourt du commerce (pour ses ferments lactiques), préalablement mélangé avec une petite louche de lait chaud.

Ensuite, il faut verser le tout dans les fameux pots en verre, puis les couvrir. Faire chauffer un fond d’eau dans une casserole, elle-même revêtue d’un couvercle. Une fois l’eau à 45°C, retirer la casserole du feu. Puis les pots peuvent enfin être placés dans le fond d’eau, et y rester pendant trois heures. Laisser les jolis yaourts refroidir, puis les mettre au frais.

Prochaine et dernière étape, la plus agréable : les savourer !

La rédaction de BFMTV n'a pas participé à la réalisation de ce contenu.

Roxane Centola