BFMTV

Valérie Pécresse appelle à un plan de soutien de l'Etat pour les transports publics

-

- - -

Le déficit global des transports publics pour 2020 est évalué à 4 milliards d'euros, dont 2,6 milliards pour Île-de-France Mobilités.

"Les transports du quotidien ne doivent pas être les grands oubliés des plans de sauvetage". Dans une tribune publiée ce dimanche dans Le Parisien, Valérie Pécresse, présidente d'île-de-France et de son autorité organisatrice des mobilités, appelle l'Etat à soutenir les transports publics.

Car, selon elle et Louis Nègre, le président du Groupement des autorités responsables de transport (GART), avec qui elle co-signe le texte, "les acteurs du transport subissent un terrible effet ciseau pris par la nécessité de devoir maintenir un niveau d’offre le plus élevé possible avec des surcoûts liés aux mesures sanitaires, alors même que les recettes s’effondrent dramatiquement". 

Ils demandent au gouvernement d'apporter "une compensation des pertes de versement mobilité et de recettes tarifaires subies par les autorités organisatrices de la mobilité". Et souhaitent engager des discussions pour établir un plan de relance du secteur.

2,6 milliards d'euros de déficit pour Île-de-France Mobilités

Sans aide, Valérie Pécresse et Louis Nègre estiment que les autorités organisatrices "ne pourront plus payer la RATP, la SNCF, et toutes les autres entreprises de transport dès cet été". Cela "conduira ces dernières, pour éviter la faillite, à couper dans les investissements et surtout à réduire fortement l’offre de transport". 

Or, selon eux, ce secteur "contribue au développement des territoires, au droit à la mobilité des populations et constitue l’un des atouts majeurs en termes d’attractivité pour notre pays".

Le déficit global des transports publics pour 2020 est évalué à 4 milliards d'euros selon eux, dont 2,6 milliards pour Île-de-France Mobilités. 

Clément Boutin