BFMTV

Vaccin anti-Covid: Véran dit qu'il ne fera pas "courir un risque" qu'il ne prendrait pas lui-même

Le ministre de la Santé a indiqué qu'il est, selon lui, encore tôt pour avoir un avis sur la question de l'obligation vaccinale.

Faudra-t-il rendre obligatoire la vaccination contre le Covid-19? Alors que la course aux vaccins se poursuit, Olivier Véran, interrogé ce mardi mardi sur BFMTV-RMC à ce propos, a assuré qu'il ne fera pas courir un risque aux Français qu'il ne "ferai[t] pas courir à [lui]-même et à [sa] famille".

"Le jour où j'aurais un arrêté à signer avec une autorisation d'une agence de santé qui me dit: 'Vous pouvez proposer le vaccin à la France et aux Français', c'est que je serai non seulement en état de me vacciner mais également de vacciner mes parents et mes enfants, s'il répond aux indications", a-t-il ajouté.

Le ministre de la Santé a indiqué qu'il est, selon lui, encore tôt pour avoir un avis sur la question de l'obligation vaccinale. "Avant même de me poser cette question, je me pose celle de savoir si on va avoir un vaccin et quels seront ses caractéristiques", a-t-il assuré.

Un début de vaccination "au début de l'année 2021"

Olivier Véran a souligné que si le vaccin est "efficace et sûr" et qu'il obtient "toutes les autorisations", la vaccination pourra débuter "au début de l'année 2021".

"Nous ne serons pas freiner par des questions de logistique. Nous avons fait en sorte, avec la commission européenne, d'avoir un approvisionnement de l'ensemble des pays européens progressivement. Concernant le vaccin de Pfizer, nous avons pré-commandé l'équivalent de 30 millions de doses", a-t-il indiqué.

Plusieurs laboratoires ont récemment vanté l'efficacité de leur candidat-vaccin, comme l'entreprise de biotechnologie américaine Moderna lundi, mais de nombreuses questions restent en suspens, comme la durée de leur efficacité ou leur capacité à empêcher la transmission du virus.

Clément Boutin Journaliste BFMTV