BFMTV

Une seconde liste gilets jaunes pour les européennes "constituée", selon son porte-parole

raphaël Ibanez, porte-parole de l'"Union jaune"

raphaël Ibanez, porte-parole de l'"Union jaune" - BFMTV

Ce mercredi soir, Raphaël Ibanez, porte-parole de l'"Union jaune", a annoncé sur notre antenne la constitution de cette seconde liste de gilets jaunes en vue des européennes.

On s'achemine vers un scrutin européen présentant, au moins, deux listes se réclamant des gilets jaunes. Raphaël Ibanez a en effet déclaré ce mercredi soir à notre micro que la liste "l'Union jaune", dont il est le porte-parole, était désormais "constituée". 

"Notre liste est constituée mais on ne va pas s’avancer pour l’instant à donner des noms. On a une quarantaine de personnes sur la liste aujourd’hui, avec des horizons différents. Les gens viennent de toute la France, c’est une liste très éclectique, très ouverte. On s’attache à rester apolitique au niveau de la liste", a-t-il expliqué. 

"Il y a beaucoup de choses à remettre sur le tapis" 

Il en a dit plus sur les convictions que son équipe comptait porter:

"Cette Europe, on souhaite la changer. Il y a beaucoup de choses à remettre sur le tapis, on est là pour ça. (...) Nous avons mis en avant cinq thématiques importantes et on espère qu’elles correspondent à ce qu’il s’est passé au cœur des manifestations: le pouvoir d’achat, les retraites, l’immigration, la justice sociale et fiscale et la souveraineté."

S'agit-il de damer le pion à la première liste de gilets jaunes, emmenée par Ingrid Levavasseur et dont deux membres se sont déjà écartés? Non, s'est-il récrié. "Notre position par rapport à ça, c’est qu’une seconde liste, c’est complémentaire", a lancé Frédéric Ibanez.

"Ce qui favorise Macron, c'est ne pas voter" 

Quant aux observateurs ou électeurs qui pourraient lui objecter que concourir aux européennes risque de faire les affaires de la liste de la majorité, il a répondu:

"Ce qui favorise Macron, c’est de ne pas aller voter. Avec le grand débat, on a demandé à beaucoup de gens de s’asseoir, c’est une très bonne chose de débattre, cependant le débat vient des rues et sans le combat dans les rues, on n'en serait pas là aujourd’hui. On trouve qu’il est compatible de manifester dans les rues et de manifester ses opinions dans les débats."

Robin Verner