BFMTV

Loi Travail: 7 Français sur 10 favorables au retrait du texte pour éviter un blocage du pays

Le gouvernement a envoyé les forces de l'ordre pour débloquer le dépôt de carburants de Douchy-les-Mines, dans le Nord, le 25 mai 2016.

Le gouvernement a envoyé les forces de l'ordre pour débloquer le dépôt de carburants de Douchy-les-Mines, dans le Nord, le 25 mai 2016. - François Lo Presti - AFP

69% des Français préféreraient que ce projet de réforme du Code du travail soit retiré plutôt que de voir le pays bloqué, selon un sondage Elabe pour BFMTV.

Pénuries de carburant qui se multiplient dans les stations essence, menace de coupures de courant après l'appel de la CGT-Energie à étendre le mouvement aux centrales nucléaires, huitième journée d'action nationale jeudi... Alors que la contestation contre le projet de loi Travail se durcit, près de sept Français sur dix (69%) se disent favorables au retrait du texte de Myriam El Khomri pour éviter un blocage du pays, selon un sondage Elabe pour BFMTV publié ce mercredi.

69% des Français se disent favorables au retrait du projet de loi Travail pour éviter un blocage du pays, selon un sondage Elabe pour BFMTV publié ce mercredi.
69% des Français se disent favorables au retrait du projet de loi Travail pour éviter un blocage du pays, selon un sondage Elabe pour BFMTV publié ce mercredi. © BFMTV

A la question "selon vous, le gouvernement doit-il retirer le projet de loi travail pour éviter un blocage du pays?", 22% répondent y être "plutôt" favorables et 47% "tout à fait" favorables, contre 17% "pas vraiment" favorables et 14% "pas du tout" favorables. 

L'option qui consisterait à retirer le texte a les faveurs d'une majorité de répondants chez les sympathisants de gauche (65%), de la droite et du centre (54%) ou du Front national (77%). Cependant, dans le détail de la répartition parti par parti, seuls les sympathisants socialistes (54%) et UDI (58%) ne sont pas favorables au retrait du projet de réforme du Code du travail pour éviter le blocage.

Hollande et Valls tenus pour responsables des tensions

Par ailleurs, alors que le bras de fer engagé entre Manuel Valls et la CGT laisse penser que le conflit va encore se radicaliser, près de six Français sur dix (59%) désignent le président de la République François Hollande et son Premier ministre comme principaux responsables des tensions sociales actuelles. 40% estiment à l'inverse que la responsabilité incombe principalement aux organisations syndicales comme la CGT. 

"A gauche, seuls les sympathisants socialistes désignent majoritairement les organisations syndicales comme principaux responsables (61%), alors que les sympathisants du Front de Gauche (78%) et EELV (71%) désignent, au contraire, le couple exécutif", décrypte Yves-Marie Cann, directeur des études politiques d'Elabe.

"A droite et au centre, les sympathisants des différentes sensibilités s’accordent pour désigner majoritairement les organisations syndicales comme responsables des tensions (de 54% pour les sympathisants du MoDem à 77% pour ceux de l’UDI). Enfin, 71% des sympathisants du Front National et des personnes ne déclarant aucune préférence partisane désignent le président de la République et le Premier ministre responsables", souligne-t-il.

Une très courte majorité contre les actions de contestation

Enfin, 52% de Français désapprouvent les actions - blocage des raffineries, appels à la grève, etc. - pour s’opposer au projet de loi Travail (23% n'approuvent "pas vraiment", 29% n'approuvent "pas du tout"), contre 48% qui les approuvent (22% approuvent "plutôt', 26% approuvent "tout à fait").
Une très courte majorité de Français (52%) n’approuvent pas les actions pour s’opposer au projet de loi Travail, selon un sondage Elabe pour BFMTV publié ce mercredi.
Une très courte majorité de Français (52%) n’approuvent pas les actions pour s’opposer au projet de loi Travail, selon un sondage Elabe pour BFMTV publié ce mercredi. © BFMTV

"Encore une fois, les sympathisants socialistes s’opposent au reste des sympathisants de gauche sur cette question: 'seuls' 34% d’entre eux approuvent ces actions quand ils sont 78% chez les sympathisants du Front de gauche à faire de même et 66% chez les sympathisants EELV", analyse encore le sondeur. "Enfin, trois quarts des sympathisants de la droite et du centre déclarent ne pas approuver ces actions (75%), alors que les sympathisants du Front National les approuvent à hauteur de 62%."

Sondage réalisé par Internet les 24 et 25 mai 2016 auprès d'un échantillon de 1.000 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.
V.R.