BFMTV

Ségolène Royal: "Le gaz va baisser au 1er décembre"

La ministre de l'Ecologie et de l'Energie, Ségolène Royal, sur le plateau de BFMTV-RMC le 20 novembre 2014.

La ministre de l'Ecologie et de l'Energie, Ségolène Royal, sur le plateau de BFMTV-RMC le 20 novembre 2014. - BFMTV

Ségolène Royal, la ministre de l'Ecologie et de l'Energie, était l'invitée de Jean-Jacques Bourdin, sur BFMTV-RMC, jeudi matin. Elle est notamment revenue sur les baisses de prix dans l'énergie, des primaires à gauche pour 2017 et l'épineux dossier Ecomouv'. Ce qu'il faut retenir de son interview.

Le feuilleton Ecomouv' est encore loin d'être fini. La ministre de l'Ecologie et de l'Enerie, Ségolène Royal, était à Rome, mercredi, pour aborder le dossier avec les dirigeants d'Atlantia, qui contrôle Ecomouv', pour les informer de la volonté du gouvernement français de négocier et d'"évaluer le manque à gagner des uns et des autres", a-t-elle déclaré mercredi. Invitée jeudi matin de BFMTV et RMC, Ségolène Royal a précisé sa position.

> L'inconnue: l'avenir des portiques Ecomouv'

"Aujourd'hui, comme dans toutes les négociations de ce type, nous négocions pour voir qui doit payer quoi. Ma responsabilité, c'est de faire sortir les factures et de regarder les préjudices des uns et des autres", a fait valoir la ministre au sujet des négociations en cours avec l'Italie. Si les discussions sont engagées, les solutions ne son pas encore trouvées. Au point que la ministre s'est déclarée prête à aller devant les tribunaux en cas d'impasse.

Problème: plusieurs portiques ont déjà été installés. Vont-ils être démontés? "On regarde qui pourrait être intéressé pour les récupérer. Il y a dans ses portiques une technologie pointue qui pourrait intéresser, par exemple pour prévenir les bouchons, pour les intempéries...", a-t-elle souligné.

> La confirmation: une baisse du prix du gaz

"Le gaz va baisser au 1er décembre, oui, a confirmé Ségolène Royal, sans préciser la valeur de cette baisse. Ce n'est pas au gouvernement de donner les tarifs du gaz." Et d’insister sur les modifications des formules de calcul des prix de l’énergie "les augmentations automatiques sans régulation et sans contrôle" sont finies affirme la ministre.

Quant à l'électricité, rien n'est encore tranché. "Je suis opposée à toute augmentation non justifiée. Il y avait des augmentations non justifiées (sur les prix de l'électricité) auxquelles nous avons mis fin."

> Le 'no comment' sur 2017

Interrogée sur la pertinence de tenir des primaires à gauche en vue de la présidentielle de 2017, Ségolène Royal a préféré botter en touche. "J'ai toujours refusé de commenter les échéances électorales. Et je ne crois pas que cela intéresse les Français", a-t-elle rétorquant, assumer d'éluder la question . "Ce n'est pas le sujet aujourd'hui, je m'y intéresserai quand ce sera le sujet.", a-t-elle encore martelé lorsque Jean-Jacques Bourdin l'a questionnée sur son éventuelle candidature, ou participation, à des primaires PS pour 2017.

> L'annonce: des "vérifications en cours" dans l'enquête sur les drones

Plusieurs centrales nucléaires françaises ont été survolées par des drones ces dernières semaines, relançant le débat sur la sécurité et la vulnérabilité des centrales. "Nos centrales ne sont pas vulnérables, elles sont conçues pour résister", a-t-elle assuré. Et d'annoncer que "des vérifications étaient en cours" dans l'enquête sur ces survols de drones.

> Sivens: stop ou encore?

Enfin, Ségolène Royal est revenue sur l'impasse en cours concernant le barrage de Sivens, alors que la Commission européenne enquête sur le projet controversé. "Bruxelles ne peut pas stopper un projet", a souligné Ségolène Royal. Et de se réjouir de l'avancée entre les parties opposées dans cette affaire, qu'elle avait reçue la semaine dernière à son ministère. " Aujourd'hui, le dialogue a été renoué. Mon travail consiste maintenant à faire émerger une solution de réconciliation" entre toutes les parties, a résumé Ségolène Royal.

Sandrine Cochard