BFMTV

Ruffin se défend de toute entente avec Macron, après la diffusion d'un enregistrement datant de 2016

François Ruffin et Emmanuel Macron à Amiens en 2017.

François Ruffin et Emmanuel Macron à Amiens en 2017. - PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP

L'avocat Juan Branco a exhumé, ce mardi, un enregistrement de 2016 dans lequel il affirme que François Ruffin et Emmanuel Macron ont "mis en scène leur rivalité en utilisant des ouvriers pour propulser leur notoriété".

La séquence date du mois de septembre 2016. La Radio Nova suit François Ruffin, à l'époque rédacteur en chef de la revue Fakir, lors d'une rencontre dans le QG de campagne d'Emmanuel Macron.

S'ensuit un dialogue au cours duquel celui qui vient juste de quitter le gouvernement Valls "prend des leçons de stratégie politique avec François Ruffin", selon le titre choisi par la radio. Le réalisateur de Merci Patron! est accompagné par des ouvriers de l'entreprise Ecopla, un fabricant français de barquettes en aluminium qui se trouve en redressement judiciaire et que ses employés veulent reprendre. Les deux hommes semblent décider d'une stratégie commune pour mettre la lumière sur le combat des salariés d'Ecopla.

La piste audio, dans une version longue, est brandie comme une "exclu", ce mardi, par l'ancien avocat de Jean-Luc Mélenchon, Juan Branco, dans une vidéo Youtube partagée sur son compte Twitter. L''écrivain affirme, de son côté, que Ruffin et Macron "ont mis en scène leur rivalité, utilisant les ouvriers pour propulser leur notoriété".

"J'ai tremblé en entendant leurs propos. Et les mensonges de Ruffin pour se justifier", ajoute-t-il.

Dans l'enregistrement diffusé par l'avocat, on entend François Ruffin expliquer vouloir réfléchir "stratégie":

"Il faut que vous soyez vivement interpellé, et publiquement, par les salariés d’Ecopla, ça fera un épisode. Et ensuite, que vous y répondiez en disant: 'Ben nous, moi je suis prêt à aller me déplacer sur place', ben ça fait un deuxième épisode".

Le président de la République répond ensuite: "Alors un, on échange sur le dossier. Deux, on vous tient au courant des avancées. Trois, vous, vous m'interpellez publiquement. Quatre, dans la foulée, on cale ensemble une date de déplacement avant le 5 octobre et on voit comment on la communique ensemble".

Dans sa vidéo, Juan Branco assure que le député LFI agit de la même manière avec les anciens salariés de l'usine Whirlpool à Amiens "identiquement manipulés". En particulier lors d'une confrontation entre les deux hommes dans cette ville du Nord de la France, le 22 novembre dernier. À la fin de son montage, l'avocat en profite pour faire la publicité de son livre Crépuscule, sorti en décembre 2018.

"J’avais une carte Macron à jouer, je l’ai jouée"

Auprès du Figaro, François Ruffin explique ne pas avoir "envie de [se] cacher sur ce truc-là", en évoquant l'épisode avec les ex-salariés d'Ecopla, qui n'avaient finalement pas pu reprendre leur entreprise, rachetée par un concurrent italien, Cuki.

"Je n’ai pas honte. J’étais dans un combat pour sauver des salariés d’une boîte située au fin fond de l’Isère. J’avais une carte Macron à jouer, je l’ai jouée. Et j’ai d’ailleurs joué d’autres cartes avec d’autres candidats à la présidentielle au même moment", assure François Ruffin au Figaro.

France Bleu Isère a rapporté, par ailleurs, que la société Nicholl Food Packaging (NFP), ex-maison-mère d'Ecopla, a été condamnée en avril 2018 à verser 1,2 million d'euros de dommages et intérêts pour licenciements abusifs à ses anciens ouvriers.

L'entourage de Macron nie "toute mise en scène"

Sur Twitter, le député de la Somme a également fustigé les "donneurs de leçons", les appelant à mener "ces batailles sociales autrement que depuis des posts sur Facebook". 

De son côté, l'entourage d'Emmanuel Macron "nie catégoriquement toute mise en scène avec François Ruffin à Amiens" et indique que "les nombreux témoins des différents face-à-face en attesteront", selon Le Figaro..

Clément Boutin