BFMTV

RIC: 78% des Français plébiscitent le référendum populaire

La consultation citoyenne réclamée par les gilets jaunes remporte un franc succès auprès des Français, selon un sondage Odoxa. Près de huit personnes interrogées sur dix la plébiscitent, estimant qu'elle rendrait au peuple son pouvoir souverain.

C’est le nouveau mot d’ordre des gilets jaunes: le référendum d’initiative citoyenne (RIC). Cette mesure, devenue l’une des revendications phares des manifestants, séduit une grande majorité des Français qui la plébiscitent à 78%, selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting réalisé pour Le Figaro et Franceinfo.

Huit sondés sur dix ont répondu positivement à la question suivante: "Depuis 2008, la Constitution prévoit qu’un référendum d’initiative partagée peut être organisée si un projet de loi est soutenu par 20% des parlementaires et par 10% des électeurs inscrits. De nombreux gilets jaunes, soutenus par certains partis politiques estiment que ces conditions sont trop contraignantes et demandent que les RIC puissent être plus facilement organisés. Personnellement, êtes-vous favorable ou opposé à cette revendication ?"

37% des Français y sont "tout à fait favorables"

Le RIC, qui vise à faciliter la consultation du peuple sans associer le Parlement en amont, semble donc convaincre les Français, à en croire les résultats du sondage. Dans le détail, ils sont 37% à y être "tout à fait favorables" et "41% plutôt favorables".

"Le consensus est quasiment absolu dans l'opinion", souligne Gaël Sliman, président de l’institut de sondage. Il n'y a qu'une seule et unique catégorie de population en France à ne pas y être massivement favorable… Ce sont les sympathisants de LaREM: 58 % d'entre eux s'y déclarent opposés."

Méfiance envers l'exécutif

En réclamant cette consultation citoyenne, formulée le 13 décembre devant la salle du Jeu de Paume à Versailles, les gilets jaunes souhaitent avoir la possibilité de proposer, rédiger et abroger des lois. Un besoin de "rendre au peuple son rôle souverain" face à un président de la République en perte de vitesse. Selon le sondage Odoxa, près d'un sondé sur deux n’a pas été convaincu par les mesures annoncées par Emmanuel Macron pour tenter de calmer la crise enclenchée le 17 novembre. 49% d’entre eux jugent qu'il s'agit simplement d'une "opération de communication inutile".

Par ailleurs, 51% des Français émettent des doutes sur la suite du quinquennat, alors qu'ils étaient 60% à faire confiance au chef de l’Etat en septembre 2017. Une méfiance qui risque de se creuser avec les chantiers sensibles prévus en 2019: retraite, assurance-chômage, révision constitutionnelle, etc.

Enquête réalisée sur un échantillon de 995 Français majeurs interrogés par internet les 19 et 20 décembre.

Ambre Lepoivre