BFMTV

Régionales: le silence d'Emmanuel Macron au lendemain du revers de LaREM

Au lendemain d'une cuisante défaite de LaREM aux régionales, élection dont les Français se sont désintéressés, le président de la République n'a pas semblé vouloir réagir.

Comme si de rien n'était. Deux jours après le premier tour des élections régionales, au cours duquel le taux d'abstention a connu un taux historiquement haut tandis que le parti présidentiel, LaREM, s'est très largement fait battre dans toutes les régions du pays, les Français étaient en droit d'attendre une réaction de l'exécutif.

Si plusieurs membres du gouvernement dont le Premier ministre Jean Castex, ont bien tenté un timide appel à la mobilisation sur Twitter, le président de la République est quant à lui resté silencieux, préférant poursuivre son travail de retour à "la vie d'avant" en France plutôt que d'envoyer un signal politique fort.

Ce lundi, Emmanuel Macron n'est toutefois pas resté inactif puisqu'il a planifié la réouverture des discothèques, reçu le chanteur canadien Justin Bieber afin d'évoquer la jeunesse, inauguré la réouverture de La Samaritaine, le mythique grand magasin de la rue de Rivoli, mais aussi organisé une soirée à l'Elysée dans le cadre de la Fête de la musique, en présence de Jean-Michel Jarre et de Marc Cerrone.

"Ligne intenable"

Des activités inattendues au lendemain d'une telle déconvenue dans les urnes, mais qui ne sont finalement pas étonnantes au vu des derniers propos du président de la République. Ces dernières semaines, l'homme fort de l'Elysée s'était en effet évertué à minimiser les résultats de cette élection locale, affirmant qu'il ne souhaitait pas en tirer de conclusions nationales.

Seulement, une telle attitude fait grincer des dents, et ce au sein même de LaREM, Auprès du Parisien, un ministre de premier rang se laisse aller aux confidences, quelques heures après cette soirée électorale cauchemardesque.

"Cette ligne est purement intenable. Dire qu’il ne tirera pas le moindre enseignement pour notre majorité, comme pour le pays vu l’état de l’abstention, ce serait donner le sentiment qu’il n’a pas compris le double avertissement des Français dimanche", estime ce membre du gouvernement.

De manière générale, de nombreuses voix discordantes commencent à se faire entendre au sein du parti, et réclament des actes rapides. Auprès du même média, un élu local cite ironiquement les "grands stratèges au sommet de l’Etat", et vise particulièrement Thierry Solère, actuel conseiller politique d'Emmanuel Macron.

"On est obligé d'en tirer les conséquences"

Une telle déconvenue électorale, en attente des résultats du second tour qui doit se dérouler le 27 juin prochain, doit pourtant avoir un effet d'alerte. "Après les législatives et les européennes, nous nous sommes peut-être vus plus beaux que nous ne l’étions…", estime un marcheur auprès du Figaro.

Et derrière son silence, Emmanuel Macron semble avoir bien compris la gravité de la situation. "On est obligé d'en tirer des conséquences, même si les gens ont très peu voté", reconnaît ainsi l'un de ses conseillers dans les colonnes des Echos.

"C'est très embêtant pour nous: la droite a regagné un espace. Le problème de Macron, ce n'est pas la gauche, c'est que quelqu'un de droite arrive à se faire un chemin", souligne une source gouvernementale, qui dénonce le manque de ligne claire du parti.

De plus, à quelques mois des présidentielles, ces résultats pourraient également rebattre les cartes de la campagne pour Emmanuel Macron, qui pensait pouvoir affaiblir la droite et se réserver un duel avec Marine Le Pen sur la route de l'Elysée. Une hypothèse qui, au vu des scores de LaREM, mais aussi du RN, a pris du plomb dans l'aile.

https://twitter.com/Hugo_Septier Hugo Septier Journaliste BFMTV