BFMTV

Qui est Alice Coffin, l'élue parisienne au cœur des tensions entre Anne Hidalgo et les écologistes?

Alice Coffin dans les couloirs de l'Hôtel de Ville de Paris, vendredi 24 juillet 2020

Alice Coffin dans les couloirs de l'Hôtel de Ville de Paris, vendredi 24 juillet 2020 - BFM Paris

Militante féministe et LGBT, l'élue EELV Alice Coffin a participé jeudi à la manifestation réclamant la démission de l'adjoint à la Culture d'Anne Hidalgo, critiqué pour des liens supposés avec Gabriel Matzneff.

Peu connue du grand public jusqu'à la semaine dernière, la conseillère de Paris Alice Coffin est aujourd'hui au coeur d'une fracture au sein de la majorité municipale de la capitale.

L'élue Europe Écologie Les Verts et militante féministe est sous le feu des projecteurs depuis sa participation, jeudi dernier, à la manifestation sur le parvis de l'Hôtel de Ville réclamant la démission de Christophe Girard. Depuis plusieurs semaines, elle réclamait la suspension de l'adjoint à la Culture d'Anne Hidalgo en raison de ses liens supposés avec Gabriel Matzneff, l'écrivain visé par une enquête pour "viols sur mineurs". Christophe Girard avait été entendu en mars dernier comme témoin et était sorti libre de son audition.

Une journaliste et militante féministe

Aujourd'hui conseillère de Paris, Alice Coffin n'a pas débuté sa carrière en politique. Née dans la capitale en 1978 et aujourd'hui âgée de 42 ans, l'élue parisienne a étudié la philosophie et les sciences politiques avant d'intégrer le Centre des formations des journalistes (CFJ). Elle est par la suite devenue responsable de la rubrique Médias du journal 20 Minutes avant de diriger sa carrière vers l'enseignement en devenant professeur de journalisme à l'Institut Catholique de Paris ainsi qu'à Paris I.

Outre son parcours professionnel, Alice Coffin est également une militante féministe convaincue. Elle-même lesbienne, elle a cofondé l'Association des journalistes LGBT en 2013 et est membre de nombreuses associations et collectifs féministes ou de défense des droits des personnes LGBTQI+.

L'élue écologiste fait par exemple partie des Dégommeuses, qui vise à démocratiser le football féminin, ou encore de La Barbe, qui milite pour une meilleure représentation des femmes au sein des instances de pouvoir. Elle sortira par ailleurs un livre, intitulé Le Génie Lesbien, lors de la prochaine rentrée littéraire.

Une élue écologiste au cœur de tensions dans la majorité

Au Parisien, Alice Coffin a confié s'être lancée en politique après que la tête de liste EELV aux municipales à Paris, David Belliard, lui a demandé de rejoindre ses rangs.

"Je ne vais pas renoncer à mon combat parce que j'ai endossé une écharpe tricolore. Il n'y a pas de frontière pour moi entre le militantisme et la politique", déclare-t-elle au quotidien.

Une position qu'elle a fait valoir la semaine dernière en participant avec une autre élue EELV, Raphaëlle Rémy-Leleu, à la manifestation féministe qui réclamait la démission de Christophe Girard, adjoint à la culture d'Anne Hidalgo. Une manifestation au cours de laquelle des banderoles qualifiant la mairie de Paris de "pedoland" avaient été brandies.

À la suite de la démission de Christophe Girard de son poste d'adjoint, le préfet de police présent au Conseil de Paris vendredi a voulu rendre un hommage à l'élu. Un hommage suivi d'applaudissements d'une partie de l'hémicycle. En réaction à cette ovation, la fraîchement élue Alice Coffin s'est faite remarquer en criant "La honte, la honte, la honte", en référence à la réaction d'Adèle Haenel lors de la dernière cérémonie des Césars.

Victime de harcèlement sous protection policière

Mais depuis plusieurs jours, Alice Coffin est victime d'une vague de cyberharcèlement sur les réseaux sociaux en raison de sa prise de position concernant Christophe Girard et de l'exhumation, sur Twitter notamment, de son passage en 2018 sur le plateau de RT France.

Dans cette vidéo, la politique et militante déclare notamment que "ne pas avoir un mari, ça m’expose plutôt à ne pas être violée, ne pas être tuée, ne pas être tabassée".

Face au déferlement de haine et aux propos sexistes et lesbophobes qu'elle subit depuis plusieurs jours, Alice Coffin a été placée sous protection policière, rapporte le Parisien.

"En dehors de la majorité municipale"

Du côté de majorité socialiste, la participation d'Alice Coffin et de son alliée écologiste Raphaëlle Rémy-Leleu à la manifestation féministe de jeudi dernier n'est pas bien passée. En cause: la présence de pancartes aux slogans jugés "injurieux" par Anne Hidalgo en personne.

Dans un communiqué, la maire de Paris a ainsi déclaré que les deux élues avaient "incité et soutenu ces comportements, (et) se placent ainsi d'elles-mêmes en dehors de la majorité municipale". Dénonçant des "injures publiques", l'édile a également déclaré avoir saisi la justice.

Fracture au sein de la majorité

La prise de position d'Alice Coffin et Raphaëlle Rémy-Leleu fracture la majorité municipale. Derrière elles, le groupe EELV fait bloc.

Pour David Belliard, la participation d'EELV à la majorité ne fait pas de doute. "Il n'y a pas pour nous de sujet particulier, on continue à travailler" et "à (en) faire partie", expliquait-il en fin de semaine.

"Raphaëlle et Alice sont membres du groupe écologiste, qui est membre de la majorité, a-t-il insisté. Notre ligne est claire".

Au Parisien, l'élu écologiste a ajouté qu'il avait souhaité qu'Alice Coffin soit sur sa liste car "elle incarne une mouvance activiste féministe reconnue"

"On ne peut pas vouloir le renouvellement et demander aux jeunes générations de se conformer aux pratiques d'il y a vingt ans. Il va falloir apprendre à travailler ensemble et construire une doctrine commune pour sortir par le haut de cette affaire", a jugé l'adjoint d'Anne Hidalgo aux Mobilités.
Juliette Mitoyen Journaliste BFM Régions