BFMTV

En quoi consiste le ministère de la Citoyenneté de Marlène Schiappa?

Marlène Schiappa, le 15 janvier 2020.

Marlène Schiappa, le 15 janvier 2020. - Ludovic Marin

Marlène Schiappa a été nommée place Beauvau auprès de Gérald Darmanin. Une récompense selon son entourage pour son action au secrétariat à l'Égalité femmes-hommes.

Son entourage l'assure, cette nomination est une "véritable promotion", "un choix de confiance du président de la République". Marlène Schiappa a été nommée ce lundi ministre déléguée auprès du ministre de l'Intérieur en charge de la Citoyenneté. A l'heure actuelle, Matignon travaille toujours sur la feuille de route à suivre pour définir les périmètres dévolus de Marlène Schiappa. L'accent de son action devrait être mis sur les sujets liés à la laïcité.

"Il y a énormément à faire sur les sujets de citoyenneté, de laïcité", explique-t-on dans l'entourage de la nouvelle ministre.

Promise à la tête d'un grand ministère de la Famille, Marlène Schiappa quitte finalement le secrétariat d'État en charge de l'Égalité femmes-hommes pour gagner la place Beauvau.

"Je suis extrêmement heureux de vous retrouver, nous avons ensemble beaucoup de travail, a précisé Gérald Darmanin, le nouveau ministre de l'Intérieur, lors de son installation au ministère de l'Intérieur. "Le président de la République et le Premier ministre ont souhaité que tu t'occupes particulièrement des questions de citoyenneté."

"Intraitable avec le séparatisme"

Le nouveau locataire de la place Beauvau a d'ailleurs donné une première indication quant aux nouvelles prérogatives de la ministre déléguée. "En République, la liberté de conscience et de croyance doit être ardemment défendue mais jamais la foi ne doit être au dessus de la loi", a-t-il martelé.

"Nous devons être intraitable avec le séparatisme, l'islamisme politique doit être combattu", a ajouté Gérald Darmanin sur le perron de l'hôtel Beauvau.

L'ancienne secrétaire d'État, qui a publié un livre sur la laïcité en 2018, avait d'ailleurs transmis une charte sur la laïcité aux associations subventionnées par son secrétariat. Marlène Schiappa, qui s'est déjà prononcée contre le port du voile, voit en la laïcité "un élément de la cohésion nationale".

"On nous dit souvent, la laïcité de Manuel Valls, la laïcité de telle ou telle personnalité ou de tel ou tel intellectuel. Je pense que c'est important pour nous de sortir de l'affrontement (…) de se dire voilà la ligne qui est celle de la laïcité, point. Pas la laïcité ouverte, pas la laïcité bienveillante, pas la laïcité stricte, pas la laïcité offensive", expliquait-elle en 2017 sur LCP.

Lutter contre le harcèlement et les violences

La nomination de Marlène Schiappa est également une manière de montrer que la question de l'égalité femmes-hommes soit incarnée partout dans le gouvernement, assure son entourage. La nouvelle ministre compte peser et poursuivre son travail sur ces sujets dans la maison police, via par exemple, une meilleure prise en compte de la parole des femmes dans les commissariats.

"J'ai aimé partager cet engagement avec vous Marlène, Mme la ministre, pour que nos forces y soient particulièrement sensibles", a d'ailleurs salué l'ex-ministre de l'Intérieur Christophe Castaner lors de la passation de pouvoirs place Beauvau. "C'est une révolution culturelle."

On peut imaginer également que la nouvelle ministre poursuive sa lutte contre le harcèlement et les discriminations. Marlène Schiappa a rencontré la semaine dernière les représentants de TikTok pour connaître les mesures prises par le réseau social à la suite de la publication de témoignages de harcèlement sexuel.

La ministre s'est emparée récemment d'un autre sujet en demandant à ce qu'une délégation du mouvement #IwasCorsica, qui dénonce les violences sexuelles et sexistes dans l'île, soit reçue en préfecture, qui dépend du ministère de l'Intérieur.

"Être derrière un clavier ça facilite cette prise de parole. Mais je veux aussi leur dire que la justice doit passer et la justice ne se fait pas sur les réseaux sociaux. Pour que la justice passe, il faut que des plaintes soient déposées", a estimé Marlène Schiappa sur Alta Frequenza, espérant que les réponses judiciaires suivent.
https://twitter.com/justinecj Justine Chevalier Journaliste police-justice BFMTV