BFMTV
Politique

Primaire EELV: Jean-Marc Governatori dénonce un vote "vicié" et conteste ses résultats

Le candidat dénonce une manipulation lors du dépouillement qui justifierait un score jugé "impossible". Il n'exclut pas une action en justice.

Le candidat dénonce une manipulation lors du dépouillement qui justifierait un score jugé "impossible". Il n'exclut pas une action en justice. - Valery HACHE © 2019 AFP

Le candidat rapporte une manipulation lors du dépouillement qui justifierait son score de 2,5% des voix, jugé "impossible". Il n'exclut pas une action en justice.

Un résultat "impossible", clame-t-il à Nice Matin. Au lendemain du premier tour de la primaire écologiste, Jean-Marc Governatori repousse en bloc le score qui lui a été attribué, 2500 voix, soit 2,5% des suffrages exprimés. L'élu niçois a pris appui sur l'écart important qui le sépare de ses concurrents - tous ont dépassé les 22% de votes - pour dénoncer une manoeuvre déloyale organisée contre sa candidature.

"Il s'est passé quelque chose avant le dépouillement. Il n'est pas concevable que je n'ai obtenu que 2500 voix, alors que j'en ai eu près de 61.000 aux élections régionales. Cela représente à peine plus de 25 bulletins par département", s'étonne-t-il.

A la question de savoir qui aurait ourdi ce complot, Jean-Marc Governatori préfère néanmoins botter en touche. "C'est ce que nous devons déterminer, répond-il. Pour cela, je vais demander à la société Neovote qui a organisé le scrutin de nous permettre d'accéder à ses machines". Sans exclure une procédure judiciaire: "Si elle refuse, je ferai nommer un expert par voie judiciaire."

"Le vote a été vicié"

Autre élément qui viendrait appuyer sa thèse: les difficultés que le candidat avait rencontré pour se présenter à la primaire écologiste. Face à la disqualification du parti qu'il co-préside avec Corinne Lepage, Cap Ecologie, par les responsable du Pôle écologiste, Jean-Marc Governatori avait en effet saisi la justice en référé pour finalement se voir autoriser sa participation à l'investiture écolo.

Ses résultats reflètent ainsi, selon lui, l'animosité des représentants écologistes à son encontre, et sanctionnent des positions politiques de droite qui tranchent avec les programmes défendus par ses quatre concurrents:

Le vote a été vicié. Pour moi, c'est la suite logique de ce qui s'est passé avant la primaire. Les autres membres du Pôle écologiste ont tenté de m'empêcher d'y participer, parce que je porte une voix différente, parce que je ne suis pas de gauche. J'ai dû aller devant les tribunaux pour obtenir gain de cause. On ne me l'a évidemment pas pardonné. Après ça, all is possible...

"Un fantasme total"

De son côté, la société Neovote contrecarre les allégations de Jean-Marc Governatori sans ciller, déclarant au journal niçois que les soupçons du candidat ne sont pas "sérieux" et "relèvent d'un fantasme total". "Notre système est totalement fiable", assure un porte-parole de la société. Le type de manipulation suggérée par M. Governatori est absolument impossible."

Hugo Roux