BFMTV

Primaire EELV: Sandrine Rousseau "pose le pari" qu'elle sera "la surprise de cette présidentielle"

Arrivée deuxième dimanche face à Yannick Jadot à la primaire écologiste, Sandrine Rousseau affirme qu'elle "ira jusqu'au bout" pour enclencher une "transformation radicale".

"Je veux être présidente de la République." Arrivée deuxième avec 25,14% des voix à la primaire écologiste, l'économiste Sandrine Rousseau a affirmé ce lundi sur BFMTV qu'elle serait "la surprise de cette présidentielle". "J'irai jusqu'au bout et vous serez surpris du résultat", a-t-elle lancé, assurant que, si elle remporte le second tour de la primaire, elle ne se désistera pas ensuite au profit d'un candidat de la gauche.

"Je ne le ferai pas, a-t-elle martelé. L'écologie est la forme transfomatrice et émancipatrice de la gauche et j'irai jusqu'au bout avec cette volonté de modernisation. Je pose ce pari, je serai la surprise de cette présidentielle."

"Le réalisme c'est d'être radical"

Sandrine Rousseau se fait la représentante "d'un mouvement de fond qui veut une transformation radicale, qui veut que les questions sociales et sociétales soient à l'agenda", a-t-elle déclaré dimanche à la suite de sa victoire au premier tour. Ce lundi, elle a réaffirmé sa volonté de mettre en place une politique "radicale".

"Il faut prendre la mesure du réchauffement climatique. Tout l'été on a eu des catastrophes naturelles d'une ampleur inédite. Le seul moyen de s'en sortir, c'est la radicalité. Le réalisme c'est d'être radical. Il nous faut changer notre système consumériste et productiviste", a insisté celle qui affrontera Yannick Jadot au second tour de la primaire écologiste organisé en ligne du 25 au 28 septembre.

Dimanche, Yannick Jadot et Sandrine Rousseau se sont qualifiés au coude-à-coude, avec seulement 2,56 point d'écart. L'eurodéputé EELV a revendiqué pour lui aussi le terme de "radicalité", associé généralement à son adversaire: "La radicalité que je porte c'est de gagner l'élection présidentielle".

Ambre Lepoivre Journaliste BFMTV